Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Système de formation en Algérie - Conférence Slimane Medhar

Date de création: 15-05-2011 17:57
Dernière mise à jour: 15-05-2011 18:17
Lu: 982 fois


EDUCATION - ETUDES ET ANALYSES - SYSTEME DE  FORMATION EN ALGERIE - CONFERENCE MEDHAR SLIMANE

(Conférence-débat tenue la mardi 6 avril 2011 au siège - Alger, Ben Aknoun - du CRSS, Centre de recherche stratégique et sécuritaire, autour de Slimane Medhar, psychosociologue, sur le système de formation en Algérie. Extraits repris de Liberté du 7 avril 2011, compte-rendu signé Salim Koudil)

En débutant sa conférence sur une "approche critique du système de formation algérien", le psychosociologue avait bien averti qu'il allait parler du sujet "en dehors des limites de la langue de bois". ...Tout au long de son "réquisitoire" , l'auteur de "La violence sociale en Algérie", s'est attelé à critiquer le système de formation en insistant que ses analyses ont  été obtenues par "des observations de terrain" et non "à partir des bureaux".

Il a ainsi exposé les données pour "signaler l'échec du système de formation", en se référant à plusieurs aspects.

L'utilisation de la langue arabe et le plagiat des universitaitres ont été , pour lui, deux " formes" à travers lesquelles il a essayé de démontrer que "rien n'a été fait pour préparer le pays au XXIè siècle". 

Il n'a pas hésité à utiliser plusieurs formules que nombre departicipans qualiferont de "hard", mais que lui a défendu avec brio et arguments scientifiques à l'appui.

AInsi, il affirme que " les Algériens sont passés de l'indigénat à l'indigence intellectuelle", que "l'Algérien , d'une manière générale, n'est pas intelligent mais rusé", ou encore, qu' "intellectuellement, les Algériens ne sont pas structurés". Il donnera beaucoup d'exemples.

Il citera celui du plagiat des universitaires qui "est en train de menacer l'avenir diu pays". Il présentera même le cas d'un enseignant qu'il avait eu dans les années 1960, qui aurait plagié. "On a pu le décoiuvrir et j'avais demandé qi'on le signale, mais personne n'a voulu et là, on se retrouve, en plus diu plagiat , avec la complicité du silence". 

 

L'uitilisation de la langue arabe en Algérie n'a pas échappé aux foudres du psychosociologue.

Des étapes " sociologiques qui sont venues confirmer sa très sévère critique du système de formation algérien. Il est revenu sur son" bébé" qu'est le SST (Système social traditionnel). En analysant le fait que "le mode de vie traditionnel s'accolmode de l'analphabétisme", Slimane Medhar affirmera que ni Ibn Khaldoun (1332-1406), ni Jacques Berque (1910 - 1995) n'ont fait attention au SST, ce qui est pour lui une grave erreur pour comprendre l'Algérien . Seul Mohamed Arkoun (1928-2010) aurait signalé ce système , "mais c'était en appendice" d'un de ses ouvrages.

Ce système social traditionnel "se trouve dans toutes les familes" et a la forme d' "une éducation informelle". D'ailleurs, il mettra en exergue la confrontation entre la famille et l'école qui aurait été à l'avantage de la première (la famille) , ce qui a nuit à "l'aspect humain du développement". Un état des lieux qui poussera Slomane Medhar à dire : "Nous sommes dans une impasse".

Il donnera l'exemple , pour ce qui concerne la langue,  de la Malaisie dont la langue officielle est un mélange d'arabe, de perse et d'ourdou, "mais cela n'a pas empêché le pays de progresser"...et, concerna,t le cas des étudiants qu ont  réussi à l'étarnger, le conférencier trouve que "c'est juste des échappés, des aberrations sociales".