Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Livres - Chroniques politiques : Belkacem Ahcene-Djaballah, Khelifa Benkara, Ghania Mouffok....

Date de création: 14-01-2011 06:26
Dernière mise à jour: 30-07-2013 08:40
Lu: 523 fois


VIE POLITIQUE - BIBLIOTHEQUE D'AL MANACH - LIVRES - CHRONIQUES POLITIQUES : B. AHCENE-DJABALLAH, KHELIFA BENKARA, Ghania Mouffok..... 

- Chroniques d'une démocratie "mal - traitée" (Octobre 1988-Décembre 1992)

de Belkacem AHCENE-DJABALLAH, Editions Dar El Gharb, Oran 2005, 323 pages. En français

L'auteur: Journaliste indépendant, Professeur associé aux Universités

Notes: Une période mouvementée mais riche en changements présentée avec détails et de manière critique

- Note de l'auteur: L'ouvrage, bien qu'édité, n'a été tiré qu'en très peu d'exemplaires (50? 100?)par l'éditeur et a même été retire du catalogue (sans explication) et n'a pas été diffusé, en dehors des premières semaines dans  quelques très rares librairies.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

- Fis: Chronologie d'une mort annoncée (23 mai 21991 -5 octobre 1992)

de Belkacem AHCENE-DJABALLAH, Editions Dar El Gharb, Oran 2005, 367 pages. En français

L'auteur: Journaliste indépendant, Professeur associé aux Universités

Note: Une période mouvementée et tragique qui montre l'inconscience et la vanité des hommes dans leur rapport au pouvoir. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

- Al Djazair Allati Youmkinouha An Taqlah'

de Khelifa BENKARA, Editions Assaihi, Alger  2011, 432 pages. En arabe

Présenté par Dr Mohamed Larbi Ould Khelifa, président du CSLA

L'auteur: Journaliste à la radio et actuel directeur de Radio-Culture de l'Enrs, Enseignant associé en journalisme, ancien membre du Conseil supérieur de l'Information

Note: Des chroniques - plus d'une centaine pour la plupart déjà parues dans la presse nationale  - qui présentent et analysent presque tous les aspects de la vie sociale, politique , culturelle et  médiatique  du pays. Style journalistique, clair et.....précis ...Droit au but.  Un peu sévère.Ouvrage plus que très utile aux étudiants en journalisme. Pour comprendre une ancienne génération d'hommes de la presse et, surtout pour apprendre ...à écrire

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Apprendre à vivre ensemble ……Essai socio-politique sous la direction de Ghania Mouffok, Editions CISP/Barzakh, Alger 201i , 196 pages, 500 dinars

Un livre né à la demande d’une Ong italienne installée en Algérie .Un livre nourri de souffrances mais , aussi, d’espoirs . Un livre qui décrit des terres et des terres de haine, des peurs de l’autre, des deuils, de convictions bornés…..mais un livre plein d’enseignements ne serait-ce que parce qu’il se présente sous forme de témoignages assez vivants sur des  réalités tragiques vécues ici et là durant des « guerres » civiles, des affrontements  sanglants….. au Rwanda, en Algérie……tout en présentant les expériences tentées, parfois assez originales comme les juridictions (traditionnelles) Gacaca au Rwanda, après l’échec de la justice classique .  Pour ne pas en rester à la mort. Pour renaître. Pour revenir au « vivre ensemble » .

Des drames affreux , effroyables, où la sauvagerie domine ,,mais aussi des bonnes volontés, courageuses, qui bravent les « interdits » comme celui de « rappeler les malheurs », non pour se venger, mais surtout pour réapprendre à vivre…..ensemble…sans oublier pour ne pas reproduire le passé.

Des textes  texte plus qu’émouvants ……à en pleurer. Celui de l’interview de Cherifa Kheddar , présidente de l’association Djazairouna , créée  dans la Mitidja (après l’assassinat , en 1996, à Ouled Aich, par les terroristes islamistes, de plusieurs membres de sa famille : son oncle, sa sœur, son frère.. sept membres de sa famille au total dont sa tante de 87 ans, tuée à coups de hache dans le dos ) pour venir en aide aux familles victimes du terrorisme. Une dame qui ne se laisse pas démonter !

Celui de Nacer Mehemine de SOS-Culture Bab El Oued qui voulait « transformer les convictions en action »

    

Avis : Un livre de chevet – même si on n’est pas toujours d’accord avec la directrice de l’ouvrage, une « réconciliatrice » …..qui ne l’a d’ailleurs jamais caché  - qui vous fera réfléchir sur la fragilité des libertés et sur les « assassins » de l’humanité, toujours là. Se maintenir en « état de veille » tout en défendant bec et ongles le « vivre ensemble » , c’est toujours ça.

Extraits«  Parmi les bases solides d’une paix durable, nous revendiquons le respect de trois principes qui sont : le devoir de mémoire, le devoir de vérité et le devoir de justice. Alors que cette réconciliation nationale a imposé trois principes : le devoir d’oubli, d’impunité , et elle accorde une indemnité aux criminels, c’est ce qu’on appelons, la prime au crime » (p 168), « Il y a deux chose qu’on ne peut pas décréter : l’amour et le pardon » (p 183), « Cet Etat est en crise d’adolescence (….) , il ne veut pas grandir, il continue à gérer comme dans les années 70. Mais cette génération internet, ils volent (…) .Ils sont loin » (p190),