Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ecriture de l'histoire - Thèse Mehri

Date de création: 08-01-2011 04:34
Dernière mise à jour: 08-01-2011 04:34
Lu: 522 fois


- Conférence de Abdelhamid Mehri au Centre de presse d'El Moudjahid, jeudi 2 décembre 2010, à l'occasion du 16è anniversaire de la disparition de colonel Mohamedi Said , connu sous le nom de Si Nacer. Extraits:

-Beaucoup de ceux qui abordent le parcours des dirigeants de la Révolution algérienne n'insistent que sur les aspects négatifs, alors qu'il faut placer ces erreurs dans leur contexte historique et les traiter de manière objective

- Les historiens doivent mettre en exergue le parcours de la généraltion de la Révolution et son important legs pour en tirer profit et construire l'avenir.

- La gloire de la Révolution procède de la gloire de ses dirigeants. Ces derniers ont été loyaux et c'est ce qui a amené la victoire

- Il est du devoir de tout Algérien de préserver la mémoire des martyrs de la Révolution "intacte" et "loin de toute partialité".

- Concernant Mohamedi Said (membre du GPRA puis ministre des Moudjahidine après l'indépendance), "il a toujours été un nationaliste oeuvrant pour la libération du pays".

Sa coopération en tant qu'offcier avec l'armée allemenade pendant la Seconde guerre mondiale avait pour objectif la libération du pays car le colonialisme français ne laissait d'autre voie pour la libération du pays que celle de la copération avec n'importe quelle autre puissance.

- De nombreux militants algériens et arabes partageaient la vision du colonel Mohamedi , à savoir que la coopération avec l'Allemagne menait vers la libération du pays sans pour autant adhérer au nazisme. Cette vision était même considérée à l'époque comme une caractéristique du nationalisme.

Il y avait, aussi, desdirigeants arabes et algériens, à l'instar de Habib Bourguba et Messali Hadj qui voyaient et la coopération avec les Alliés un moyen de libération du pays.

Concernant ce qui est reproché au colonel Mohamedi en tant que chef de la Wilaya III au sujet de la tuerie de masse survenue dans la nuit du 28 au 29 mai 1957 dans le village de Melouza dans la région de Bouira, "même s'il y a eu des erreurs,c'est à cause des manoeuvres françaises visant à diviser les Algériens et à les pousser à s'entretuer.La respoonsablité de ces erreurs incombre aux services de renseignement français.

 

-