Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Fellag Mohamed

Date de création: 11-05-2008 13:00
Dernière mise à jour: 06-01-2012 06:45
Lu: 740 fois


CULTURE - THEATRE - FELLAG MOHAMED

- Né en 1950 à Azzefoun, Mohamed Fellag étudie les arts dramatiques et se produit dans les nombreux théâtres du pays durant les années 1970. Il lance, en 1986, son premier spectacle Les aventures de Tchop.Bien d'autres suivront.
En septembre 1993, il est nommé directeur du Théâtre régional de Bejaia, mais il est obligé devant la montée des menaces terroristes, de s'exiler en France. Ceci va lui permettre de se lancer à fond dans son métier : il écrit Djurdjurassic Bled, pièce comique qui analyse la société algérienne et qui rencontrera un énorme succès populaire outre-mer.Ce premier spectacle en français lui vaudra le Grand prix de la critique théâtrale et musicale en 1996-1997.
En mars 2002, il reçoit le grand prix Raymond Devos de la langue française.
Artiste polyvalent, l'auteur de Babor l'Australie, de Rue des petites daurades en 2001 (roman), Comment réussir un bon couscous, Le dernier chameau et autres histoires (nouvelles), C’est à Alger (roman) en 2002… est, également, acteur de cinéma. Il joue dans plusieurs films : Liberté, La nuit (1983), Le gône de Châaba (1998), Inch Allah (2001), Fleur de sang (2002), Momo Mambo (2003), Michou (2005).
Fin 2005, Le dernier chameau (Show filmé) est projeté, pour la première fois, à la Maison de la culture Mouloud Mameri de Tizi-Ouzou. Un succès, car il y raconte avec cocasserie son enfance et l'Algérie des années 1950-1960.
En 2007, Mohamed Fellag est l’auteur d’un autre roman, L’allumeur de rêves berbères (ed. JC Lattès, Paris, août 2007) et il a participé comme acteur dans le film de Florent Emilio Siri, L’ennemi intime.

Son dernier spectacle ( Septembre 2008) est intitulé Les Algériens sont tous des mécaniciens.

Selon une belle phrase d'un journaliste: " Aller voir Fellag, c'est comme s'allonger sur le divan d'un psychanalyste. Juste que cela coûte moins cher et qu'on rigole à perdre haleine au lieu de se perdre dans des séances".