Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Patrimoine mondial - Ahellil du Gourara

Date de création: 11-05-2008 13:00
Dernière mise à jour: 06-08-2010 12:02
Lu: 776 fois


L' "Ahellil " du Gourara, genre poétique et musical de la région du sud-ouest de l'Algérie, figure, depuis le 25 novembre 2005, parmi les 107 chefs-d'œuvre du patrimoine culturel de l'humanité.
Il a été retenu parmi 43 nouveaux chefs-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité (sur 64 candidats), dans le cadre de la 3ème Proclamation de l'Unesco ; la première ayant eu lieu en 2001 et la seconde en 2003.
La sélection a été guidée par des critères établis par la proclamation et les 16 membres du jury international (présidé par la princesse de Jordanie Basma Bint Talal), ont travaillé durant cinq jours pour établir leur choix.
Pour l'Unesco, l' "Ahellil" du Gourara est "un genre poétique et musical emblématique des Zénètes du Gourara", région connue aussi pour ses oasis. L' "Ahellil" est régulièrement exécuté lors des fêtes religieuses, à l'occasion du pèlerinage et, aussi, pour célébrer des fêtes familiales, dont des mariages. La tendance actuelle (années 2000) , en raison du brassage des poulations fait que l'ahellil public n'est pratiqué que par les hommes et l'ahellil privé que par les femmes accompagnés d'un instrumentiste. Il peut y avoir mixité mais uniquement dans l'ahellil joué dans les maisons.
A la fois poésie, chant, musique et danse, ce genre musical polyphonique comprend un instrumentaliste (le flutiste ou le joueur de guembri, pratiquement jamais les deux à la fois), un soliste et un chœur, qui peut regrouper une centaine de personnes soudées, épaule contre épaule, et exécutant un mouvement giratoire. Il donne, ainsi, la réplique au soliste placé au centre du cercle, en battant des mains.
La mélodie est exécutée dans une échelle musicale pentatonique, à savoir une gamme à cinq notes, d'où sont exclus les demi-tons.
Située au sud-ouest du pays, la région du Gourara faisait partie d'un ensemble plus vaste qu'est le Touat.
Etroitement lié au mode de vie de la population locale et dont l'essentiel des activités est associé à l'agriculture oasienne (une centaine d'oasis), l' "Ahellil" symbolise "la cohésion du groupe dans un environnement difficile et véhicule les valeurs et l'histoire de la population".
Notes : - Durant la guerre de libération nationale , l' "Ahellil" a souvent été utilisé pour diffuser, auprès des populations, des informations relatives à la situation du pays , à la Révolution et aux faits d'armes de l'Anp, tant au Sud qu'au Nord.

- Les premières recherches ont été entamées dans les années 1970 avec les travaux de Mouloud Mammeri.
- En juin 2006 a été distribué, par l’Unesco, aux participants à la 1ère Ag des Etats parties à la convention sur le patrimoine immatériel, un recueil répertoriant 90 chefs-d’œuvre du patrimoine culturel de l’humanité, retenus par un jury international en 2001,2003 et 2005.Parmi les 43 chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel choisis en 2005 figure l’Ahellil de Gourara.

(Voir , aussi, une interview  de Rachd Bellil par Fayçal Metaoui, in El Watan du mardi 31 mars 2009, p 21. Rachid Bellil, 61 ans, du CNRPAH ,  est  " le meilleur spécialiste algérien de l'ahellil du Gourara)