Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Terrorisme - Rapports Us

Date de création: 20-11-2010 04:58
Dernière mise à jour: 01-06-2013 12:56
Lu: 852 fois


DEFENSE - ETUDES ET ANALYSES - TERRORISME - RAPPORTS US

Le "Rapport sur le terrorisme dans le monde" publié le 27 avril 2005 par le département d'Etat Us accorde un certain satisfecit à l'Algérie.
Le rapport considère que "l'Algérie a fait d'impressionnants gains dans lutte contre le Gspc et le Gia"
Citant les autorités algériennes, le rapport fait état de l'existence de 800 terroristes encore en activité sur " les 28 000 qui existaient au milieu des années 90", appartenant essentiellement au Gspc et, dans une moindre mesure, au Gia.
Sur une liste de 82 "organisations terroristes" dressée par le rapport 2004, 40 proviennent du monde arabe et musulman, dont 23 figurent parmi les 41 groupes considérés parmi les plus dangereux.
Dans la région du Maghreb, le rapport retient le Gia et le Gspc, la Jamaa combattante tunisienne, le Groupe islamique combattant marocain et le Groupe islamique combattant libyen.
Par ailleurs, six pays figurent parmi les "Etats sponsors du terrorisme". Outre la Corée du Nord, Cuba, l'Iran, le Soudan et la Syrie, la Libye est toujours considérée comme un parrain du "terrorisme international"

- La dernière "liste noire" des terroristes établie par le Conseil de sécurité des Nations unies fin juillet 2010 et rendue publique début août 2010 comporte 443 noms d'individus et entités  au lieu de 488 auparavant. 45 noms d'individus et entités ont donc été  retirés de la liste: 10 talibans et  35 membres du réseau Al-Qaida.

L'Algérien Hassan Hattab , alias Abou Hamza qyui figurait dans la première liste de 2001 n'y figure plus, alors que la nouvelle liste reconstituée contient 26 noms de terroristes algériens dont 2 noms nouvellement rajoutés en avril 2010, soit Mohamed Belkalem et Tayeb Nayel, accusés d'appartenir à l'AQMI, au terrorisme international et d'enlèvement.

Autres noms d'individus: Salah Gacemi, Yahia Djoudi, Abdelhakim Remadna, Abid Hamadou, , "auteurs de l'enlèvement des touristes étrangers au Sud", ainsi que Mokhtar Benmokhtar, Ammari Saifi (Abderrezak El Para) ,  Droudkel, Djamel Lounici, Djamel Mustapha, Athmane Derramchi, Rachid Fettar, Kamel Djermane, Ali El Hait, El Hadi Bendebka, Ahmed Bendeghdagh....

Entités classées: GIA, DHDS (dont l'émir , Mohamed Benslim, n'est pas cité sur cette liste) et AQMI (ex-GSPC) figurent toujours sur la liste noire alors que l'organisation du GIA a été dissoute et ses quelques éléments ont rejoint le GSPC.

- Le Département d'Etat américain a publié début août 2010 son rapport global sur la situation sécuritaire à travers le monde durant l'année 2009. L'Algérie, la Maghreb et le Sahel y occupent une bonne place.

Pour le cas de l'Algérie, le rapport note une "nette décrue" des attentats terroristes, mais note que qu'Al Qaida au Maghreb (Aqmi) continue à commettre de nombreux attentats terroristes , notammant dans les campagnes (voir la presse du 7 août 2010)

- Le Département d'Etat américain  a publié , le 18  août 2011, son rapport 2010 sur le terrorisme.

Pour le cas de l'Algérie,  les rédacteurs estiment que la guerre livrée par l'Algérie est en voie d'être remportée.....el nombre d'attentats entregistrés est de loin inférieur à celui recensé durant les années 2008 et 2009.....et , en 2010, 1 175 terroristes ont été arrêtés.

- Selon une étude du Centre de recherches sécuritaires américain AGWoold (diffusion presse  juillet 2012) le nombre des terroristes activant au Sahel s'est multiplié par 20 entre 2010 et 2012.

Selon cette étude , de 300 à 500 en 2010, on est passé à plus de 6 000 terroristes , équipés et entraînés en 2012.

- Le Département d'Etat américain  a présenté, mardi 1er  août 2012, son rapport 2011 sur le terrorisme. Il y  alerte contre " la présence préoccupante du groupe AQMI , notamment dans la sous-région du Sahel ".. "AQMI demeure une menace de sécurité importante , principalement dans les régions montagneuses à l'est d'Alger et dans les vastes régions désertiques du Sud, proches des pays frontaliers du Sud algérien ,  le Mali, la Mauritanie et le Niger"

En revanche, il admet que "l'Algérie a accru ses efforts déjà considérables pour lutter contre le groupe terroriste".

- Les Etats-Unis ont relevé les grands efforts engagés par l’Algérie dans sa lutte contre le terrorisme, en affirmant que les forces militaires et policières algériennes avaient permis non seulement de mettre en échec plusieurs opérations terroristes de l’AQMI mais de mettre aussi la pression sur cette organisation terroriste. C’est l’un des principaux constats établi par le département d’Etat  américain dans son rapport mondial 2012 de lutte contre le terrorisme publié jeudi 30 mai 2013 et destiné spécialement aux membres du Congrès pour les informer des évènements et tendances qui ont marqué le terrorisme international durant l’année écoulée. Pour le département d’Etat, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) demeure  ‘‘une menace importante’’ pour la sécurité en Algérie, en exploitant “principalement les régions montagneuses à l’est d’Alger et les vastes régions désertiques de  la frontière sud de l’Algérie’’.    Sur  la question des rançons contre libération d’otages, le rapport américain adressé au Congrès souligne que l’Algérie ‘‘œuvre activement à lutter  contre le financement du terrorisme’’.          
A ce propos, il précise encore que ‘‘le gouvernement algérien maintient une politique stricte et sans concessions à l’égard des individus ou des groupes  détenant des citoyens en otage’’. Le gouvernement algérien, reconnaît-il, ‘‘a joué un rôle de leadership  dans les efforts du Forum mondial de lutte contre le terrorisme afin de sensibiliser les gouvernements à éviter le paiement de rançons aux organisations terroristes’’.  A ce titre, le département d’Etat note que l’Algérie a piloté l’élaboration  du Mémorandum d’Alger sur les bonnes pratiques en matière de prévention des  enlèvements contre rançon par des terroristes et d’élimination des avantages  qui en découlent.