Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Données démographiques 2010

Date de création: 07-08-2010 09:51
Dernière mise à jour: 01-03-2013 17:39
Lu: 801 fois


 

POPULATION - DEMOGRAPHIE - DONNEES DEMOGRAPHIQUES 2010

 - Selon l'Office national des statistiques (10 juillet 2010), et sur la base de l'accroissement naturel de 2009, qui est de 690 015 personnes en valeur absolue, la population résidente totale est estimée, au 1er janvier 2010,  à 35,6 millions d'habitants.

Le taux d'accroissement naturel a connu une légère progression , passant de 1,92% en 2008 à 1,96M en 2009 et , avec le maintien de ce taux, la population serait de 36,3 millions au 1er janvier 2011.

Selon l'ONS, la dynamique démographique en Algérie maintient son rythme entamé en 2003 avec l'augmentation du nombre de mariages, de naissances et de décès. En effet, le nombre des naissances a atteint 849 000, avec une progression de 4% en 2009 par rapport à 2008. La mortalité a connu un taux d'accroisement de 4,51 pour mille. Quant aux mariages, ils ont atteint 341 000 unions , soit un taux d'accroisement de 3%.

Concernant la structure de la population, la répartition par âge fait ressortir que la population âgée de moins de 15 ans constitue 28,2% de la population totale et celle de moins de 5 ans 10%,ce qui " témoigne de l'augmentation récente de la natalité",selon l'ONS.

La population en âge d'activité (15 à 59 ans) continue de représenter la part la plus imortante dans la population ,s e stablisant autour de 64,4% et celle du troisième âge (60 ans et plus) est de 7,4%

Quant au nombre des femmes en âge de procréer , il franchit cette année le seuil des 10 millions de femmes.

Pour la natalité, l'ONS relève que la progression des naissances se poursuit avec une augmentation de 32 000 naissances vivantes en 2009 par rapport à 2008, soit un total de 849 000 naissances (436 000 garçons et 413 000 filles), soit un rapport de 105 garçons pour 100 filles.

L'évolution récente du nombre de naissances indique que la natalité en Algérie "maintient le cap vers un niveau de plus en plus élevé", commente l'ONS qui précise que le taux brut de natalité n'a pas été très affecté par cette augemntation puisqu'il est passé de 23,62 pour mille à 24,07 pour mille entre 2008 et 2009.

La mortalité a été caractérisée en 2009 par une augmentation bien légère de son taux brut qui s'est installé ces dernières années autour de 4,30 pour mille en 2006. Le nopmbre de décès (159 000 ) a augmenté en valeur absolue de 6 000 , soit un taux brut de mortalité de 4,51 pour mille par rapport à 2008 ou il était de 4,42 pour mile (153 000).

Le taux de mortalité infantile connaît, pour la seconde année consécutive, une légère diminution, passant de 25,5 à 24,8 pour mille. L'espérance de vie à la naissance se stabilise à 75,5 ans, soit 74,7 ans pour les hommes et 76,3 ans pour les femmes. Elle est restée presque au même niveau observé depuis 2006 (75,7 ans) . " La diminution d'un dixième d'année constaté  est due surtout à la réduction restreinte du taux de mortalité infantile conjuguée à une hausse sensible de la mortalité générale" explique l'ONS.

Concernant la nuptialité ,on relève une augmentation du nombre de mariages en 2009 avec 341 321 mariages.

Malgré un accroissement du nombre de mariages de 3% entre 2008 et 2009, le taux de la nuptialité a subi un effet limité, passant de 9,58 à 9,68 pour mille durant cette même période.

Selon le dernier recensement général de la population et de l'habitat (RGPH), effectué en avril 2008, la population de l'Algérie était de 34,8 millions d'habiants.

 

 

Au 31 décembre 2010, selon l'ONS, l'Algérie comptait 36,3 millions d'habitants dont 50,6% de sexe masculin et 49,4% de sexe féminin.

Au 31 décembre 2011, la population devrait être supérieure de quelque 800 000 âmes pour atteindre 37,1 milions d'habitants.

Le bilan démographique , issu de l'exploitation des bordereaux numériques de l'état- civil , fait ressortir, en 2010, l'enregistrement près de 888 000 naissances vivantes, 157 000 décès et 345 000 mariages.

Au premier juillet 2010, la population résidente totale était estimée à 36 millions d'habitants faisant que l'accroisement naturel vient de francjhir le seuil des 2%, soit +731 000 personnes en 2010 contre + 690 000 en 2009.

Selon l'ONS, la structure de la population par âge et par sexe est marquée par une légère baisse du pourcentage des moins de 15 ans qui passe de 28,2% en 2009 à 27,8% en 2010.

Néanmoins, la part de la population âgée de moins de 5 ans continue d'augmenter , passant de 10% à 10,7% durant la même période, alors que la population en âge d'accomplir une activité économique (15 à 59 ans) se stabilise autour de 64,5%.

Par ailleurs, il est observé que la part des personnes du troisième âge (60 ans et plus) a connu une légère augmentation par rapport à celle relevée en 2009, passant de 7,4% à 7,7% soit un effectif de 2 785 000 personnes.

Enfin, la population féminine en âge de procréer (15-49 ans) est estimée à 10,2 millions de femmes.

L'Algérie a enregistré, en 2010, 887 810 naissances vivantes réparties en  454 037 de sexe masculin et 433 773 de sexe féminin, soit un rapport de 105 garçons pour 100 filles. Comparativement à 2009, le nombre de naissances vivantes a connu une augmentation de près de 39 000 âmes,ce qui représente un accroissement relatif de 4,6%.

Le taux brut de natalité passe de 24,07 pour mille en 2009 à 24,68 pour mille en 2010.

L'année 2010 a été marquée, d'autre part, par une diminution de 2000 décès par rapport à 2009, ce qui se traduit par un recul du taux brut de mortalité qui passe de 4,51 pour mille à 4,37 pour mille.

Le taux de mortalité infantile poursuit le même rythme de diminution observé ces dernières années et passe de 24,8 pour mille en 2009, à 23,7 pour mille en 2010, soit un gain d'un point environ.

La diminution de la mortalité infantile et celle de la mortalité générale affectent directement le niveau de l'espérance de vie à la naissance, qui passe de 75,5 ans en 2009 à 76,3 ans en 2010, soit un gain de 9 mois.

Concernant la nuptialité , l'ONS signale que l'effectif s'est accru de 1% entre 2009 et 2010 contre 3% entre 2008 et 2009.

Cette augmentation "limitée" inaugure probablement une nouvelle phase caractérisée par une stagnation du volume  des mariages. Le traux brut de nuptialité a , quant à lui, subi une baisse et passe de 9,68 pour mille en 2009 à 9,58 pour mille en 2010.