Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Classement mondial

Date de création: 08-04-2010 08:58
Dernière mise à jour: 23-12-2014 15:47
Lu: 2141 fois


DEFENSE - ARMES - CLASSEMENT MONDIAL

- L'Algérie apparaît pour la première fois dans le Top 10 des acheteurs d'armes (9è) dans le rapport annuel sur le commerce des armements portant sur la période 2005-2009 de l'Institut international de recherche pour la paix (SIPRI), un organisme basé à Stockholm (publié en mars 2010).

Il a cité également l'Algérie comme le premier pays importateur au Maghreb,. En Afrique, l'Algérie est en tête avec 43% des importations de tout le continent , suivie de l'Afrique du Sud (18%).

 

Selon le rapport, l'Algérie a consacré, ces dernières années,  une enveloppe de plus de deux milliards de dollars à la mise à niveau de ses équipements.....pour la plupart hérités de la "période socialiste" .

On rappelle qu'en 2006, l'Algérie avait conclu avec la Russie un contrat d'un montant de 1,3 milliard de dollars prévoyant notamment la livraison à l'ANP de 34 MIG -29. Cependant,ce contrat a du être résilié en 2007 par le gouvernement algérien en raison du fait que les premiers avions fournis (15 au total) étant dotés de pièces usées ou de mauvaise qualité. Lors de renégociation du contrat ,l'Algérie a fini par accepter le remplacement des 15 MIG-29 réceptionnés par des chasseurs polyvalents SU 30MKA.

- Les Etats Unis restent les premiers exportateurs d'armes, avec 30% du volume mondial. En revanche, les avions de combat ont constitué 40% des ventes d'armes conventionnelles et 39% des américaines. Ils prévoient d'exporter pour 46,1 milliards de dollars d'armements en 2011, soit près de 50% de plus qu'en 2010 par le biais du système des"ventes militaires à l'étranger" 'FMS".

- Selon la presse (Le Quotidien d'Oran du 14 juillet 2011) , qui reprend Reuters, le Conseil de sécurité allemand a donné son feu vert à un contrat de vente d'armes et de matériel militaire à l'armée algérienne d'un montant de 10 milliards d'euros sur les dix prochaines années. "Ce contrat est le plus important jamais signé par l'Algérie avec un pays occidental.

Pour le journal (ou Reuters?) , qui cite le dernier rapport de l'Institut national de recherche de Stockholm pour la paix, l'Algérie est le huitième acheteur d'armes au monde sur la période 2006-2010 où elle a acheté 3% des armes conventionelles vendues dans le monde, à égalité avec les Etats-Unis et l'Australie.

- En 2011, l'Algérie a été classée de loin premier pays pour les dépenses en matière d'armement dans l'Afrique du Nord. En effet , la plus grosse part de l'augmentation de l'armement en Afrique (8,6% selon le Stockholm International Peace research Institutre, SIPRI, cité par El Watan en date du jeudi 24 mai 2012 : Dossier Dépenses militaires algériennes )  est attribuable à l'augmentation de 44% du budget militaire de l'Algérie . Le SIPRI avait classé l'Algérie, sur les cinq années 2006-2010, dans le Top 5 des plus gros importateurs d'armes dans le monde

- Selon un rapport de Strategic Defence Intelligence (SDI), une plateforme de renseignement et de veille consacrée à l’industrie de l’armement, «l’Algérie est le 9ème importateur d’armes au monde». Avec 46% du total des importations d'armes en Afrique, durant la période 2006-2010, l'Algérie prévoit 10,3 milliards $ de dépenses militaires pour 2013, selon SDI. «L'Algérie demeure l'un des marchés de défense les plus attractifs en Afrique, avec une capacité de dépenses qui devrait augmenter d’ici 2017, en raison principalement de l'augmentation des exportations d'énergie et d'une course aux armements dans la région d'Afrique du Nord», selon des extraits d’un rapport de 84 pages, publié en mars dernier par Strategic Defence Intelligence (SDI). 
Intitulé "L'avenir de l'industrie algérienne de défense - Attractivité du marché, paysage concurrentiel et prévisions jusqu’en 2017", le rapport affirme que "l'industrie de défense de l'Algérie connaît actuellement une phase de modernisation rapide et radicale". "Avec plus de 200 milliards $ de réserves de change, le pays est désormais le 9ème plus grand importateur d'armes au monde", précise le document de SDI. La même source indique que l’Algérie a totalisé "46% du montant global des importations d'armes en Afrique" entre 2006 et 2010.
Il est vrai que, dans un contexte de géopolitique internationale devenu de plus en plus hostile, les pays du Maghreb se sont lancés dans une véritable course à l’armement. Mais, en fait, cette course est sous-tendue par de véritables opérations de ventes, voire de bradage d’armes, nouvelles, surannées ou usagées. 
Les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, qui se sont engagés dans cette course à l'armement, notamment au niveau naval, ressentent, dans un contexte de faillite économique intégrale et tout comme les pays fournisseurs, cette nécessité et se sont fixés un objectif simple et efficace à la fois : vendre et vendre à tout le monde. 
Le rapport intitulé «Ami International 2011 World Naval Market Forecast Highlights Continued Growth, Continuity in the Mena Region», qui a été publié avant la fin 2011, souligne que les pays de la région MENA n’ont eu de cesse de multiplier les investissements pour acquérir des navires afin de protéger leurs eaux territoriales, et ce, depuis 2008. 

Dans ce rapport, le Maroc devance l’Algérie, se classant en 6e position, avec un budget prévu de 2,47 milliards de dollars pour l’achat de 31 navires. La toute dernière frégate livrée au Maroc, baptisée «Sultan Moulay Ismail», date du 10 mars dernier. Ce bateau a été construit au chantier naval Damen Schelde Naval Shipbuilding, à Flessingue, au sud-ouest des Pays-Bas, et fait partie d’un lot de trois frégates commandées aux Néerlandais. La première a déjà été livrée à la marine royale en septembre 2011 (Extrait de Mon Journal, samedi 13 avril 2013, par Fayçal Oukaci)

______________________________________________________________

2013:

Selon l'IHS Jane's (Rapport annuel , mardi 4 février) , l'Algérie est une puissance militaire régionale et un pays incontournable dans la problématique de la sécurité internationale en raison de l'évolution de ses dépenses sur le marché international de l'armement, ces dernières années, qui dépassent de loin celles de son rival le Maroc. Selon l'IHS Jane's, l'Algérie a dépensé 10,8 milliards de dollars en armements en 2013 et le Maroc 4 milliards. Ces chiffres placent l'Algérie au 20e rang mondial juste devant Israël alors que le Maroc occupe la 46e place. Le classement d'IHS Jane's porte sur 77 pays. En 2012, l'Algérie occupait le 24e rang et le Maroc le 48e rang dans le classement des dépenses militaires par pays.

 

Sont toujours largement en tête, les États-Unis avec un budget de défense de 582,4 milliards de dollars suivis par la Chine avec 139,2 milliards de dollars. 

Pourtant, « L’Afrique subsaharienne représente des opportunités à long terme pour les entreprises de défense », pointent les auteurs du rapport sur la foi de la croissance des dépenses de l’Angola, du Nigéria et de l’Afrique du Sud soit +18% pour ces trois pays en 2013. 

Mais c’est bien l’Algérie qui fait la progression la plus remarquée cette année. « Nous estimons que l’Algérie a les dépenses militaires les plus élevées en Afrique en 2013, après avoir dépassé l’Égypte en 2009 », indique au quotidien français
Le Monde l’analyste d’IHS Craig Caffrey . « Son projet de budget pour 2013 allouait 10,4 milliards de dollars au ministère de la Défense , en augmentation de 14,2% sur l’année précédente, ce qui le porte à 5% du PIB », et fait de l’effort de défense algérien un des plus élevés du monde note le quotidien français.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

IMPORTATIONS D’ARMES- ETUDE IIRPS 2013 – CLASSEMENT ALGERIE

L’Algérie demeure le plus gros importateur d’armes en Afrique sur les cinq dernières années (période 2009-13) et arrive même à se hisser dans le Top 10 des pays qui se surarment dans le monde. C’est en tout cas ce qu’a révélé (Mars 2014) l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (IIRPS) dans un rapport consacré aux importations d'armements au cours des cinq dernières années. D’après les analyses de l’institut, l’Algérie s’est octroyé plus du tiers (36% précisément) de toutes les importations d’armes effectuées par le continent africain, alors que le Maroc, qui arrive à la seconde position derrière l’Algérie, s’est réservé 22% des importations africaines. Le troisième pays africain, le Soudan en l’occurrence, arrive très loin avec seulement 9% des importations africaines. Pour le cas de l’Algérie, cette course à l’armement trouve son explication dans la montée des conflits régionaux autour des frontières et l’exacerbation des tensions chez certains de ses voisins, avec notamment la situation en Libye et au Mali. Il est évident qu’avec la multiplication des menaces à nos frontières, même après avoir réussi à vaincre le terrorisme, la construction d’une puissance de feu dissuasive devient inéluctable. Les bouleversements géostratégiques qui touchent actuellement le monde arabe, et même l’Ukraine, font, sans doute, de l’Algérie une cible privilégiée en tant qu'allié stratégique de la Russie. En effet, ce qui se passe en Ukraine ne doit pas être perçu comme un problème entre deux pays géographiquement éloignés de l'Algérie, mais comme un plan global dans lequel notre pays occupe une place importante par sa politique étrangère qui refuse la doctrine occidentale basée sur le droit d'ingérence, sa montée en puissance en tant que force militaire régionale, sa dimension géographique en tant que plus grand pays d'Afrique et, bien entendu, ses richesses naturelles qui font saliver les puissances occidentales. C’est peut-être de là que vient la nécessité de prendre les devants et renforcer les capacités militaires du pays en prévision des conflits régionaux qui pointent à l’horizon. Il est loisible ici de rappeler le terrible embargo sur les armes qui avait été imposé sur l’Algérie durant la décennie noire, à un moment où elle faisait face à un terrorisme des plus dévastateurs.