Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Banque d'Algérie 2009

Date de création: 31-10-2009 10:42
Dernière mise à jour: 07-11-2010 14:24
Lu: 525 fois


Présentation  devant l'APN, jeudi 15 octobre 2009, par le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, du rapport annuel sur le dévelopement économique et monétaire en Algérie. Extraits:

Les revenus budgétaires sont passés de 2 483,3 milliards de dinars au 1er semestre 2008 à 1 962,6 milliards de DA au 1er semestre 2009. Ceci est dû au repli des recettes fiscales pétrolières (-35,4%) dans une conjoncture caractérisée par une augmentaion de la fiscalité ordinaire (28,1%). Le prix moyen du baril de pétrole a été évalué à 51,89 dollars au 1er semestre 2009 contre 111,56 au 1er semestre 2008. Ls recettes des hydrocarbures sont donc passées de 1 918,3 milliards de DA au 1er semestre 2008 à 1 238,7 milliards de dinars au 1er semestre 2009., soit une baissqe de 21%.

Les recettes fiscales hors hydrocarbures ont atteint , en 2009, un montant total de 723,1 milliards de DA soit +28,1% par rapport au 1er semestre 2008.

Dépenses d'investissement : +4,7%

Solde global du Trésor au 1er semestre 2009 : Négatif avec un montant de 228,7 milliards de dinars. Mais, stabilité des revenus du Fonds de régulation des recettes à 4 280,1 milliards de DA fin 2008 et fin juin 2009.

Respect des normes : Les cas de non-respect des normes sont imputables plus aux banques privées avec 52% qu'aux banques publiques avec 37% at aux établisements financiers (11%).

Contrôle en 2008 : six banques publiques, quinze banques privées, deux établissements financiers publics et trois établissements financiers privés.

Vérification en 2008 de 35 594 dossiers de domiciliation dans dix banques privées et dans six banques privées (6 403 dossiers en 2007) totalisant une contre-valeur de 5 429 millions de dinars.

Réserves de change à la fin décembre 2008: 143,1 milliards de dollars et , à fin juin 2009, 144,32 milliards de dollars.

Encours de la dette extérieure: évalué à 3,9 milliards de dollars à fin juin 2009 contre 4,3 à fin 2008.

Présentation  , jeudi 25 mars 2010, par le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, du rapport de conjoncture monétaire et financière concernant le 2è semestre 2009, devant les PDG des banques nationales et étrangères en activité en Algérie et les cadres du secteur au siège de l'Institut d'émision (Extraits): 

- Niveau des réserves de change , y compris les avoirs en droits de tirage spéciaux (DTS) : 148,9 milliards de dollars à fin décembre 2009 (niveau de couverture des importations en biens et services de 36 mois, alors qu'il était de 35 mois en 2008).

- La monétisation des réserves officielles de change se retrouve, selon les connées de fin décembre 2009 : en ressources accummulées par l'Etat dans le Fonds de régulation des recettes pour l'équivalent de 59 milliards de dollars, en dépôts de Sonatrach auprès de la BEA pour l'équivalent de 10,6 milliards de dollars, en dépôt des agents économiques non financiers auprès des banques pour l'équivalent de 73,6 milliards de dollars, et 4 milliards de dollars en dépôts en devises.

- Crédits à l'économie : poursuite de la tendance à la hausse avec une augmentation de 18,5% . Les crédits à moyen et long termes (1 764,09 milliards de dinars) ont connu une augmentation de 26% . La part des crédits au secteur privé se situe entre 51 et 52%. Les crédits aux PME restent, toutefois, en deçà de l'objectif fixé.

- Structure de la masse monétaire (M2): Les dépôts collectés par les banques auprès des ménages représentent 67%

- L'excès de liquidité reste structurel. La Banque d'Algérie s'applique à absorber l'excéès de liquidité (1 100 milliards de dinars en 2009)

- Inflation: la tendance hausière depuis 2007 s'est poursuivie mais l'inflation endogène a pris el relais de l'inflation exogène. Un hausse due au renchérissement des produits alimentaires , notamment les produits agricoles.

- L'Algérie "se trouve en dessous de la moyenne des pays émergents"

- La balance des paiements a enregistré un surplus de 520 millions de dollars  après l'excédent record enregistré en 2008 d'un montant de de 34,4 milliards de dollars. L'excédent global des paiements a atteint 3,6 milliards de dollars.

- Les exportations d'hydrocarbures ont totalisé 44,36 milliards de dollars contre 77,19 milliards de dollars en 2008, soit un recul de 42,53%. Les importations de biens ont connu en 2009 une légère diminution avec une tendance haussière de 2001 à 2008, s'établissant à 37,73 milliards de dollars contre 37,99 milliards de dollars en 2008.

- Les transferts courants , principalement les transferst de retraites, ont atteint 2,92 milliards de dollars en 2009 contre 2,78 milliards de dollars en 2008.

- Le niveau des flux nets des investissements directs étrangers a atteint 2,32 milliards de dollars en 2009, tiré essentiellement par les entrées de capitaux liées à l'augmentation des fonds propres desbanques et établissements financiers étrangers opérant en Algérie.

 Présentation  , mercredi 20 octobre 2010, par le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, du rapport annuel sur l'évolution de la situation financière devant l'Assemblée populaire nationale (APN) . Extraits:

Le secteurs hors hydrocarbures ont réalisé de meilleures performances en 2009 avec une croissance de 9,3 du PIB , soit la meilleure performance depuis la dernière décennie (une hausse  de 3 points par rapport à l'année précédente).

Cette croissance a été favorisée notamment par la vitalité des secteurs de l'agriculture (20%), des services (8,8%), du bâtiment et des travaux publics (8,7%), dans une conjoncture marquée par la relance de l'activité industrielle et la baisse du taux de chômage (10,2%).

Cependant , selon le gouverneur, ces performances hors hydrocarbures restent tributaires des programmes d'investisements publics alors que l'économie nationale demeure dépendante des ressources en hydrocarbures et des importations".

L'inflation enregistre en Algérie sont plus haut niveau depuis dix ans (5,7%). L'inflation intérieure est tirée par la hausse des prix des produits alimentaires , notamment les produits agricoles frais. Elle a remplacé l'inflation importée en 2009.

Ressources du Fonds de régulation des revenus: 4316,5 milliards de dinars à la fin 2009

Excédent de la balance des paiements : recul "considérable"  en raison de la baisse des recettes des exportations pétrolières (34,45 milliards de dollars en 2008 et 0,41 milliard de dollars en 2009).

Réserves de change officielles en 2009: 147,221 milliards de dollars (hors droits de tirage spéciaux) alors que l'encours de la dette extérieure à moyen et long termes avait enregistré 3,92 milliards de dollars seulement, soit 2,8% du PIB. La dette globale ,elle est de 5,413 milliards de dollars  car il faut ajouter 1,5 milliard de dollars pour la dette à court terme.

Le montant généré par les réserves de change du pays est de 4,4 milliards de dollars, soit un taux de revenu de 3,5%

Le niveau de la dette extérieure et du service de la dette , hors paiements anticipés, estimés à 1,8% seulement  des exportations  des biens et services en 2009, "témoigne clairemet dec la solidité financière extérieure de l'Algérie à moyen terme".

Quant à la politique monétaire , la stabilité du taux de change effectif ,enregistrée à la fin 2009, a été maintenue avec un léger recul de près de 2% contre une amélioration de 1,6% en moyenne annuelle en 2008.

Autres données:

La Banque d'Algérie a introduit, en 2009, des plaintes auprès des tribunaux compétents contre 10 banques et 56 opérateurs économiques pour infractions dans les opérations du commerce extérieur.....19 PV de constats d'infraction touchant des opérations du commerce extérieur d'une valeur de 944 millions de dinars .

 

Exportations d'hydrocarbures: 44,41 milliards de dollars en 2009 , soit une baisse de 42,46% par rapport à 2008

Dette extérieure globale