Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Travail des enfants - Enquête Mics 2006/2009 - Résultats

Date de création: 08-09-2009 10:49
Dernière mise à jour: 08-09-2009 10:55
Lu: 500 fois


- Extraits de l'enquête nationale à indicateurs multiples Mics 3 (Voir sigle- Santé), 2006-2009, dont les résultats ont été diffusés début juin 2009:

4,7 % des enfants êgés entre 5 et 15 ans sont concernés par le phénomène du travail en Algérie, ce qui représente 334 000 enfants.

Le travail dans l'entreprise familiale semble être la forme la plus répandue et concerne 3,1% des enfants. L'exercice d'activité économique en dehors du ménage touche 1,2% alors que 0,8% des enfants effectue des travaux domestiques.

Le travail rémunéré en dehors du ménage constitue, par contre, un phénomène rare et concerne 0,3% de cette catégorie

La législation algérienne protège l'enfant contre toute forme d'exploitation économique et, à ce titre, l'âge minimum requis pour un recrutement est fixé à 16 ans au moins. En outre, le travailleur mineur ne peut être employé à des travaux dangereux, insalubres et nuisibles à sa santé ou préjudiciables à sa moralité.

Cependant, le travail des enfants en Algérie semble relativement toucher plus les garçons que les filles, les enfants plus jeunes (5-11 ans) que les moins jeunes (12-15 ans) et ceux vivant en milieu rural qu'en milieu urbain. L'enquête fait ressortir que la région Sud connaît une plus grande prévalence de ce phénomène par rapport à l'Est et à l'Ouest, contrairement au centre du pays qui enregistre le taux le plus faible.

De même , ce phénomène est relativement plus fréquent auprès des enfants qui ne sont pas scolarisés avec 8,1% , alors qu'il ne concerne que 4,2% des enfants qui étaint scolarisés au moment de l'enquête.

Les autres facteurs liés à l'environnement dans lequel évolue l'enfant semblent également avoir une influence "très significative" sur l'ampleur du travail des enfants, tels que le niveau d'instruction de la mère et les conditions économiques du ménage. A ce titre, 6% des nefants dont les mères sont sans instruction travaillent, alors que ce taux va en décroissant à mesure que s'élève le niveau d'instruction de la mère pour atteindre 3,8% de ceux dont la mère a le niveau primaire et 2,7% des enfants dont la mère est universitaire.

Le niveau de richesse des ménages constitue également le facteur "le plus discriminant" , note l'enquête qui relève , d'autre part, que "vivre dans un milieu économique défaviorisé semble être propice à une plus grande prolifération de ce fléau".

Ainsi, 7,3% des enfants issus des milieux plus pauvres travaillent, alors que ce taux chute à mesure que s'accroît le niveau de vie des ménages. L'enquête mentionne , par ailleurs, que le travail de l'enfant constitue une "entrave de taille" à son développement physique, intellectuel  et psychologique,précisant que l'accès au marcjé du travail à un âge précoce empêche l'enfant d'assurer une scolarisation normale et multiplie les risques de l'échec scolaire.