Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Transferts à l'étranger

Date de création: 24-05-2008 10:47
Dernière mise à jour: 12-02-2012 06:10
Lu: 524 fois


SANTE - SOINS - TRANSFERTS A L'ETRANGER

Les transferts pour des soins à l'étranger seront réduits de 30% en 2007, de 20% en 2008 pour être définitivement arrêtés en 2009, " sauf exception "(selon le ministère de la Santé, 28 mai 2006). C'est-à-dire pour des cas de " risque vital immédiat " et sans solution thérapeutique dans une structure nationale.
Comme solution de substitution, il est notamment question de favoriser la réorientation des malades vers les structures nationales existantes aussi bien publiques que privées.
L'évaluation finançière des serviecs retenus pour la réduction des transferts de soins à l'étranger est estimée 4,991 milliards de dinars, selon le président de la Commission nationale médicale.
Les transferts à l'étranger ont connu une réduction de 16% pour 1105 prises en charge établies pour la période 2004/2005 .
Cette réduction a eu une incidence finançière immédiate. L'évaluation finançière était de 3,9 milliards de Da en 2004 et de 2,7 milliards de Da en 2005, soit 26% d'écart.
Pour la période 2005 (1 282 transferts accordés sur 2 411 demandes), la stratification des pathologies montre que les pathologies cardiovasculaires viennent en tête pour les transferts à l'étranger avec 568 malades, soit 48,59% des transferts pour un coût moyen de 23 000 euros, suivies des pathologies ophtalmologiques avec 118 malades, dont 41 enfants, avec un coût moyen de 15 000 euros, de pathologies en neurochirurgie avec 229 malades pour un coût moyen de 26 000 euros. Viennent ensuite l'oncologie avec 58 malades (4,52% des transferts ) pour un coût moyen de 35 000 euros, dont 17 enfants pour la greffe de moelle et tumeurs osseuses.
La néphrologie a enregistré 45 transferts pour un coût moyen de 100 000 euros pour une greffe de rein et, enfin, les pathologies orthopédiques avec 184 malades transférés soi 14,35% du total des transferts et 26% du total des dépenses avec un coût moyen de 51 000 euros. Pour cette dernière pathologie, 100 malades sont (en mai 2006) en attente de prothèses.
Notes : - Pour l'année 2004, sur 2 500 dossiers traités par la commission (présidée par le Pr Bougharbal), on compte 1 188 accords, 1 235 orientés au niveau des établissements nationaux et 167 rejets. Pour les soins inopinés, on dénombre 73 accords sur 313 dossiers soumis et 240 rejets. Le prolongations des soins à l'étranger englobent 431 demandes dont 339 accords et 92 rejets.
En 2006, 1 200 prises en charge ont été délivrées par la Cnas. Il s'agit de malades ayant des affections lourdes et comportant un risque vital. Parmi ce nombre, 340 enfants y figurent et concernent les cardiopathies congénitales?.mais, hélas ,selon le professeur Bougherbal (23 juillet 2007), 43 enfants sont décédés faute de visas (pour eux-mêmes ou pour leurs accompagnateurs).
Prises en charge accordées en 2006 par la Commission médicale des transferts pour soins à l'étranger: 1 002 sur 1 922 dossiers toutes pathologies confondues et 800 malades ont été placés dans les structures algériennes publiques ou privées. Coût 2005 : 2,718 milliards de dinars/2006 : 2,449 milliards de dinars.
Pour l'année 2006 et le premier trimestre 2007, sur 1 922 dossiers de transferts à l'étranger présentés, on compte 1 002 accords, 800 orientations et 120 rejets. En ce qui concerne les affectations, le nombre de transferts à l'étranger en matière de cardiologie est passé de 533 en 2004 à 568 en 2005 pour diminuer à 398 en 2006.
En 2007, sur 1 667 dossiers de transferts à l'étranger présentés on compte 779 accords et 716 orientations.
En matière de cardiologie, le nombre de transferts est passé de 533 en 2004 à 568 en 2005 pour diminuer à 398 en 2006 et atteindre 355 transferts en 2007 avec 305 orientations.

En 2008, le nombre de malades évacués pour soins à l'étranger , qui s'élevait à 11 000 en 1987 , a été réduit pour atteindre 575 cas en 2008 (déclaration du ministre de la Santé, jeudi 2 avril 2009 , à Annaba)

En 2009, quelque 530 malades ont été transféreés à l'étarnger : 169 d'entre-eux souffraient de problèmes cardiaques, 24 de rétinoblastome (tumeurs de l'oeil), 200 de cancers, 152 névessitant une neuro-embolisation et 19 divers.

Pour 2010 et 2011, environ 600 prises en charge ont  été accordées pour soins à l'étranger

Le programme 2006-2009 diffusé par la Commission nationale (La presse, 13 mars 2010) fait ressortir , suivant un tableau comparartif, soit un arrêt définitif des transferts (ex de l'ophtalmologie rétinopathies depuis 2008, chirurgie coronarienne  à partir de 2009, chirurgie vasculaire depuis 2009, cardiologie pédiatrique, orthopédie scolioses et orthopédie tumeurs depuis 2009) , soit une réduction allant de 20 à 30% du taux des transferts, suivant certains pathologies (ex des greffes d'organes et de foie DVA).. L'évaluation financière de 2006 à 2009 fait sortir un total de 4 991 millions de dollars déboursés par l'Etat pour la prise en charge localement de certaines pathologies qui faisait l'objet de transfert pour soins à l'étranger.

- Entre 1984 et 1995, plus de 13 000 Algériens ont bénéficié , chaque année , de prises en charge de la Caisse nationale de la sécurité sociale pour se soigner dans des hôpitaux à l'étranger, notammemnt en France , liée à l'Algérie par une convention en la maitière. En 2011, ils ne sont plus que 600 à être évacués , pour raisons médicales, hors du pays ( Pr Boughernbal, novembre 2011) : 530 exactement en 2009..et environ 600 prises en charge  durant les années 2010 et 2011.