Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Salem Lyès

Date de création: 11-05-2008 01:00
Dernière mise à jour: 28-08-2014 19:01
Lu: 789 fois


CULTURE - CINEMA - SALEM LYES

La soirée de l'Académie française du cinéma ( Nuit des Césars), tenue à Paris, a récompensé les meilleures productions cinématographiques de l'année 2004. Elle a consacré, entre autres, Lyès Salem pour son court-métrage de 30 minutes, Les cousines, co-production franco-algérienne tournée en 2003 entre Alger et Tipaza.
Il y décrit l'Algérie des années 1990, une Algérie en proie à l'intégrisme et à la violence islamiste à travers l'histoire d'un jeune émigré qui renoue, le temps de vacances, avec son pays d'origine et avec ses proches, notamment avec sa cousine Nedjma. Le film avait déjà obtenu, le 1er octobre 2004, le Bayard du court métrage au 19ème Festival international francophone de Namur en Belgique, la plus haute distinction du festival.
Né en 1973 à Alger , formé à la Sorbonne, à l'Ecole du théâtre national de Chaillot et au Conservatoire national d'art dramatique, metteur en scène, comédien de théâtre, de télévision et de cinéma, Lyès Salem a joué dans des pièces du répertoire classique et moderne et il apparaît, aussi, dans des films. En 2001, il réalise son premier court-métrage, Jean-Farès.

En 2008, il réalise son premier long-métrage, Mascarades, qui se voit décerner le Valois du meilleur film au Festival du film francophone d'Angoulême. Le film , co-poduit avec Alger, capitale de la culture arabe est distribué à partir de septembre 2008 en Algérie où il rencontre un certain succès.

Le fim Mascarades est doublement primé lors du festival international du film de Dubai, mi-décembre 2008 Grand prix Almouhr Al Arabi ainsi que le Prix de l'Association internationale des critiques cinématographiques. A noter que ce film a , aussi, reçu, en novembre, le Prix du meilleur film arabe au 32è festival du cinéma du Caire (Egypte) qu a vu la participation de 150 films de 59 pays , dont 14 en lice pour la compétition internationale. Par la suite (en 2009) le film Mascarades n'a pas manqué de récolter les prix et il avait même été nominé pour la candidature finale à l'Oscar de la meilleure production étrangère attribuée par l'Académie des arts et sciences cinématographiques américaine en février 2009. ....après avoir été sélectionné au Festival panafricain de télévision de Ouagadougouen janvier (Etalon de bronze)..

 

COMPLEMENT

Né en 1973 à Alger, Lyes Salem y a passé son enfance. Il a étudié au Lycée Molière de Paris. Son bac obtenu, il commence une maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne avant de s’engager dans un cursus de formation en art dramatique. De là, débute pour lui une carrière de comédien au théâtre puis au cinéma et à la télévision

Sa passion pour le théâtre l’amène en 1998 à mettre en scène et à jouer Djelloul le résonneur d’après la pièce d’Abdelkader Alloula, El Ajouad (Les généreux). Sa carrière de réalisateur, bien que constituée de seulement trois courts métrages et de deux longs métrages, l’a imposé comme un cinéaste de premier plan.  Après son premier court métrage, Lhasa (1999), le second, Jean-Farès (2001) obtient le prix du Meilleur court métrage au Festival de Milan et celui du Jeune public à Montpellier.

Le troisième, Cousines (2004), lui apporte la consécration avec, parmi de nombreux prix, un César. Son premier long métrage, Mascarades (2008), a fait une razzia de prix dans le monde (Le Caire, Carthage, Angoulême, Dubaï, Namur…) et a représenté l’Algérie à la sélection de l’Oscar du meilleur film étranger en 2009. El Wahrani, en fin de tournage (mi-2013) , est coproduit, comme le précédent, par Dharamsala (France), Laith Média (Algérie) et le soutien public de l’AARC. 

Jeudi 28 août 2014,  la presse rapporte que Lyès Salem qui a présenté son nouveau long-métrage L'Oranais au 7è Festival du film francophone d'Angoulême, a été désigné meilleur acteur (Trophée Le Valois)

 

 

.