Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Journalistes assassinés

Date de création: 27-05-2009 07:40
Dernière mise à jour: 22-01-2015 10:23
Lu: 3748 fois


COMMUNICATION - JOURNALISME - JOURNALISTES ASSASSINES

Liste des 110 journalistes et assimilés algériens(dont des travailleurs du secteur)  assassinés , par les terroristes islamistes  , entre 1993 et 1997: 26 de l'ENTV, 11 de l'ENRS, 8 d'El Moudjahid, 7 de l'APS, 7 de TDA, 4 du Soir d'Algérie,.........13 femmes.... et 1 étranger, Olivier Quenemeur en 1994 ( à la Casbah d'Alger), non décompté ici. 

9 en 1993

Tahar Djaout / Ruptures (26 mai 1993)

Rabah Zenati / ENTV (3 août 1993)

Abdelmadjid Benmeni/ Algérie Actualités (9 août 1993)

Saâdedine Bakhtaoui / El Minbar du parti APUA (11septembre 1993)

Abderrahmane Chergou / Alger Républicain et L'Hebdo libéré (28septembre 1993)

Djamel Bouhidel (Photographe)/ Le Nouveau Tell de Blida (5 octobre 1993)

Mustapha Abada (Directeur général)/ ENTV (14 octobre 1993)

Ismail Yefash / ENTV (18 octobre 1993)

Youcef Sebti / Journaliste indépendant , écrivain et poète (28 décembre 1993)

25 en 1994

Rachid Khodja/ ENRS (23 janvier 1994)

Abdelkader Hirèche/ ENTV (1 mars 1994)

Mohamed Hassaine/ Alger Républicain (enlevé le 1 mars 1994 et disparu)

Hassan Benaouda / ENTV (12 mars 1994)

Yahia Benzaghou / APS, El Moudjahid et Cellule de communication du premier ministre (19 mars1994)

Abdemadjid Yacef (Photographe)/ L'Hebdo libéré (21 mars 1994)

Rachid Bendahou/ L'Hebdo libéré (21 mars 1994)

Mahmoud Meceffeuk / El Watan (13 avril 1994)

Ferhat Cherkit / El Moudjahid (7juin 1994)

Hichem Guenifi / ENRS (7 juin 1994)

Yasmina Drissi : Le Soir d'Algérie (11 juillet 1994)

Mohamed Lamine Legoui / APS (20 juillet 1994 à Bou Sâada)

Laid-Ali Ait El Hara / ENRS (17septembre 1994)

Mouloud Baroudi (Photographe)/ ANAF (26 septembre 1994 à Tipaza)

Smail Sbaghdi / APS (26 septembre 1994)

Lahcene Bensâadallah / Directeur de publication El Irchad (12 octobre 1994)

Tayeb Bouterfif/ ENRS (16 octobre 1994)

Farah Ziane/ Révolution Africaine (19 octobre 1994 à Blida)

Mohamed Salah Benachour : APS (27 octobre 1994 à Blida)

Kaddour Bousselham / Horizons (disparu à Mascara , 27 octobre 1994)

Khaled Merzouk / TDA (17 novembre 1994 à Zeralda)

Yasser El Akel / El Massa (30 novembre 1994 à Boufarik)

Nasser Eddine Lakehal/ El Massa (30 novembre 1994 à Boufarik)

Ahmed Issaad/ ENRS (30 novembre 2009 à Boufarik )

Said Mekbel / Le Matin (3 décembre 1994)



44 en 1995

Zineddine Aliou-Salah / Liberté (6 janvier 1995 à Blida)

Ali Aboud / ENRS (6 janvier 1995)

Abdelmadjid Yahiaoui / Ech Chaâb (13 janvier 1995)

Taleb Aden / Journaliste indépendant (23 janvier 1995)

Nacer Ouari / ENTV (1 février 1995)

Abdelghani Mokhtari / TDA (11 février 1995)

Djameleddine Zaiter / El Djoumhouria (17 février 1995 à Gdyel)

Mahmoud Ouarhoum / APS (1 mars 1995)

Rachida Hammadi / ENTV (attentat le 20 mars, décès le 31 mars 1995)

Houria Hammadi /ENTV (20 mars 1995)

Ali Boukherbache / El Djoumhouria et Media TV (21 mars 1995)

Mohamed Abderrahmani / El Moudjahid (27 mars 1995)

Makhlouf Boukhezar / ENTV (3 avril 1995 à Constantine)

Azzeddine Saidj / El Ouma (15 mai 1995)

Bakhti Benaouda / Journaliste indépendant, écrivain (21 mai 2005 à Oran)

Malika Sabour / Ech Chourouk El Arabi (21 mai 1995)

Mourad Hemazi / ENTV (27 mai 1995)

Ahmed Takouchet / ENRS (18 juin 1995 à Constantine)

Naima Hamouda / Révolution africaine (2août 1995)

Ameur Ouagueni / Le Matin (21 août 1995)

Said Tazrout / Le Matin (3 septembre à Tizi Ouzou)

Brahim Guerroui/ El Moudjahid - caricaturiste (4 septembre 1995)

Yasmine Brick / ENRS (4 septembre 1995)

Omar Guebriout / ENTV (6 septembre 1995)

Radja Brahimi / ENTV (8 septembre à Dellys)

Said Brahimi / ENTV (8 septembre à Dellys)

Rabah Lallali / ENTV (9 septembre 1995)

Ahmed Derdare / TDA (23 septembre 1995 à Constantine)

Bouguedouar Rachid / TDA (23 septembre 1995 à Constantine)

Nourredine Serdouk / Liberté (2 octobre 1995)

Abdelwahab Saadaoui/ Ech Châab (15 octobre 1995)

Ahmed Bouguerra / Imprimeur de presse (15 octobre 1995 à Chlef)

Saida Djebaili / El Hayat El Arabya (16 octobre 1995)

Ahmed Mustapha Lazhar/ El Hayat El Arabya (16 octobre 1995)

Mohamed Fettah / ENTV (18 octobre 1995 à Oran)

Nourredine Serdouk / Liberté (20 octobre 1995)

Omar Ourtilane / El Khabar (3 novembre 1995)

Ahmed Khalfoun / APS (4 novembre 1995)

Hamid Mahiout / Liberté (2 décembre 1995)

Hamidou Benkherfellah / Liberté (2 décemlbre 1995)

Khedidja Dahmani / Ech Chourouk El Arabi (5 décembre 1995)

Bendaoud Abdelkrim / ENTV (14 décembre 1995)

Mohamed Belkesam / ENTV - Chef de production (20 décembre 1995)

Khaled Merioud / ENTV - Réalisateur (23 décembre 1995)

23 en 1996

Mohamed Mekati/ El Moudhjahid (12 janvier 1996)

Khaled Aboulkacem / L'Indépendant (14 janvier 1996)

Abdallah Bouhachek / Révolution et Travail (10 févreir 1996 à Blida)

Allaoua Ait Mebarek / Le Soir d'Algérie (11 février 1996)

Mohamed Dorbane / Le Soir d'Algérie (11 février 1996 )

Djamel Deraza / Le Soir d'Algérie (11 février 1996)

Naima Illoul / ENTV (11 février 1996)

Achour Belghezli / Le Pays (17 février 1996 à Tizi Ouzou)

Dalila Dridèche / Le Pays (17 février 1996 à Tizi Ouzou)

Mourad Taam / ENRS (27 février 1996)

Belkacem Saadi / ENTV Constantine (29 février 1996 à Skikda)

Slim Tria / ENRS (4 mars 1996)

Djilali Arabdiou / Algérie Actualités (12 mars 1996)

Yahia Amour / ENTV (30 mars 1996)

El Hadi Slim / ENTV (10 avril 1996)

Djamel Bouchibi / El Moudjahid (24 avril 1996)

Driss Guerboudj / ENRS (7 juillet 1996)

Mohamed Bahouli / APS (24juillet à Boumerdès)

Farida Bouziane / Le Pays (26 juillet à Draâ Ben Khedda)

Boualem Touari / ENTV (27 juillet 1996)

Mohamed Kessab / ENRS (11 août 1996)

Mokrane Hamoui / Ech Chourouk El Arabi (15 octobre 1996)

Boussaâd Abdiche / El Moudjahid (26 décembre 1996)

9 en 1997

Messaoud Bellach / El Moudjahid (10 janvier 1997)

Si Ali Reguieg / ENTV (7 février 1997)

Lakhdar Brik / TDA (8 avril 1997 à Oran)

Djamel Benaissa / TDA (8 avril 1997 à Oran)

Abdelwahab Harrouche / El Moudjahid (1juin 1997)

Louiza Ait Adda / ENPA (26 juin 1997)

Ali Tenkhi / ENTV (20 août 1996)

Zoubida Berkane / ENTV (31 août 1997)

Lakhdar Meziane / TDA (23 septembre 1997 à Blida)

Notes: - 105 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur fonction dans 33 pays du monde en 2010, un nombre certes inférieur à celui de 2009, mais supérieur à celui de 2008. Le Mexique, avec 14 journalistes tués dans les violents affrontements opposant les autorités aux cartels de la drogue, et le Pakistan avec 14 journalistes tués , en majorité dans les zones frontalières de l'Afghanistan, ont eté , en 2010, les deux pays les plus dangereux pour les médias. Le Honduras s'est hissé au 3è rang du classement , avec neuf journalistes tués, suivi de l'Irak , avec sept journalistes assassinés.

- Le vendredi 6 mai 2011, Rabah N. , 50 ans, fonctionnaire dans une entreprise économique mais ancien journaliste correspondant local (il avait alors été menacé maintes fois) était asssassiné par un groupe de terroristes à Benraous (Baghlia) 

- Le jeudi 11 juillet 2013, le correspondant d' El Bilad, Amine Toumi, 26 ans, décède suite à l'explosion d'une bombe artisanale posée par des terroristes près de Khenchela. Un autre passager du véhicule qui les transportait est décédé

- Le rapport de RSF concernant l'année 2010 a montré que 57 journalistes ont été assassinés dans le monde (-25% par rapport à 2009). Il y a eu, par ailleurs, 1374 enlèvements, 535 cas de censure manifeste et 175 journalistes enmprisonnés ou maintenus en détention....Pour la Fédération internationale des journalistes, en 2010, 94 journalistes ont été tués....Pour le Comité pour la protection des journalistes , CPJ, 42 mais  109 selon l'ONG Presse Emblème Campagne , PEC

Au cours de l'année 2011, au moins 106 journalistes ont été tués dans le monde, dont la plupart sont morts dans des pays traversant une période de conflit. Le Mexique figure en tête (12), le Pakistant suit avec 11 tués....et 11 professionnels (surtout les photographes) des médias ont été tués durant le "Printemps arabe" (selon RSF).

Prsè de 2 000 journalistes ont été agressés en 2011, contre 1 374 en 2010. 

En, 2011, 5 "net-citoyens" ont été tués contre un seul en 2010. Près de 200 bloggeurs et "net-citioyens" ont été arrêtés (+20% par rapport à 2010)

A noter que pour la WAN-IFRA (Association mondiale des journaux et des éditeurs de médias d'information) en 2011, 64 journalistes ont  été tués dans le monde dans l'exercice de leurs fonctions  (dont 16 dans le monde arabe...avec l'Irak en tête : 6 journalistes tués). En 2010, le bilan était de 66 morts, en 2009 de 99, en 2008 de 70, en 2007 de 95 et en 2006 de 110. En six ans, pas moins de 503 journalistes ont été assassinés

-Toujours en 2011, le Comité de protection des journalistes (ONG, New York)  a enregistré au moins 46 journalistes tués dans le monde (sept au Pakistan, cinq en Irak, cinq en Libye....17 au total en couvrant des événements dangereux ...)

- Selon RSF (3 mai 2012), depuis le 1er janvier 2012, un acteur de l'information est tué tous les cinq jours alors que 21 journalistes et 6 net-citoyens journalistes ont été tués notamment dans les zones de  conflits comme la Somalie ou la Syrie.

- Selon l'Institut international de la presse (IPI), fin novembre 2012, 119 journalistes ont été  tués dans l'exercice de leur profession depuis le début de l'année 2012. C'est là le bilan le ^lus lourd depuis que l'institution a commencé , en 1997, à tenir ces statistiques.. 2011: 102 journalistes tués. 2009: 110 tués.

La "grande majorité" des journalistes recensés ont perdu la vie suite à des attaques ciblées

- 2013: Moins de journalistes ont été tués au cours du premier semestre 2013 par rapport à la même période de 2012, mais ils sont nombreux à être victimes d’enlèvements, a affirmé début juillet , à Genève l’organisation PEC (Presse Emblème Campagne).

Selon cette ONG, 56 journalistes ont été tués depuis janvier dans 23 pays. L’an dernier, 75 journalistes avaient été tués en six mois. La pratique des enlèvements est devenue courante en Syrie, comme dans les années 2003 à 2006 en Irak. Au moins sept journalistes étrangers sont actuellement détenus ou disparus en Syrie. D’autres journalistes ont été kidnappés récemment au Honduras et au Yémen. Selon le décompte de l’ONG, depuis le début de l’année, le Pakistan est le pays le plus dangereux, avec 10 victimes, devant la Syrie (8 tués). La Somalie et le Brésil suivent au 3e rang avec cinq tués chacun.

- Reporters sans frontières (RSF) révèle dans son bilan annuel que 71 journalistes ont été tués en 2013 dans l’exercice de leur fonction, avec une baisse de 20% par rapport à l'an dernier. Aujourd'hui, par ailleurs, 178 journalistes sont emprisonnés dans le monde. Parmi les autres types d'atteintes à la liberté de presse:

Journalistes interpellés/arrêtés : 826 (-6%)
Journalistes agressés ou menacés : 2160 (+9%)
Journalistes enlevés : 87 (+129%)
Journalistes qui ont fui leur pays : 77 (+5%)
Collaborateurs des médias tués : 6
Net-citoyens et citoyens-journalistes tués : 39 (-17%)
Blogueurs et net-citoyens arrêtés : 127 (-12%)

Journalistes tués :
39 % en zone de conflit
8% de pigistes
4% de femmes journalistes

La Syrie, la Somalie et le Pakistant avec l'Inde et les ¨Philippnies (qui ont supplanté le Mexique et le Brésil) restent les pays les plus meurtriers pour la profession

Au moins 108 journalistes ont été tués dans le monde en 2013, la Syrie étant devenue le pays le plus dangereux devant l'Irak et le Pakistan, a annoncé mardi 31 décembre 2013,  la Fédération internationale des journalistes (FIJ). Même si le nombre de tués a reculé de 10% par rapport à 2012, la FIJ a lancé «un appel désespéré aux gouvernements du monde entier pour mettre un terme à l'impunité des violences perpétrées contre les journalistes et les professionnels des médias».
L'organisation basée à Bruxelles demande «instamment à des pays tels que les Philippines, le Pakistan et l'Irak de prendre des mesures drastiques pour que cesse de couler le sang du personnel des médias». Le pays le plus meurtrier a été la Syrie avec 15 journalistes tués, devant l'Irak (13), le Pakistan (10), les Philippines (10), l'Inde (10), la Somalie (7) et l'Égypte (6).

- Selon Reporters sans frontières (RSF), dans son rapport 2014, il a été recensé 1 journaliste tué, 3 net-citoyens et citoyens-journalistes tués, 177 journalistes emprisonnés et 164 net-citoyens emprisonnés

- Selon RSF (décembre 2014. Rapport annuel 2015), 70 journalistes ont été tués à travers le monde, 119 ont été enlevés (et 40 sont otages) et 178 sont en prison.Pays les plus meurtriers: Syrie: 15, Territoires palestiniens: 7, Ukraine: 6, Irak; 4 et Libye: 4

Par ailleurs, 139 journalistes ont contacté RSF avant de fuir leur pays  , soit une hausse de plus de 100% en un an , 853 ont été arrêtés et 1846 ont été menacés et/ou agressés

118 journalistes et professionnels des médias ont été tués en 2014 selon un décompte de la Fédération internationale des journalistes (FIJ).

Le nombre de journalistes tués dans l'exercice de leurs fonctions était de 105 en 2013, selon cette même organisation.

L'augmentation observée cette année "constitue un rappel de la gravité de la crise sécuritaire dans les médias", souligne la FIJ dans un communiqué (lundi 29 décembre 2014) , en renouvelant son "appel urgent aux gouvernements pour qu'ils fassent de la protection des journalistes leur priorité".

Elle estime que les décapitations publiques de journalistes, dont les Américains James Foley et Steven Sotloff, par l'organisation Etat islamique, "représentent un tournant décisif dans l'attitude à adopter concernant la protection des médias".

Le Pakistan a été cette année le pays comptant le plus grand nombre de journalistes tués (14), juste devant la Syrie (12) qui était arrivée en tête l'an dernier. L'Afghanistan et les Territoires palestiniens suivent avec chacun neuf journalistes tués, tandis que l'Irak et l'Ukraine en compte huit chacun, le Honduras six et le Mexique cinq.

A cette liste s'ajoutent 17 autres journalistes ou professionnels des médias qui ont perdu la vie lors d'accidents de la route ou de catastrophes naturelles survenus dans le cadre de leur travail.

Le chiffre de la FIJ diffère sensiblement de celui publié mi-décembre dans le rapport annuel du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), faisant état de 60 journalistes tués dans le cadre de leurs fonctions cette année. Le CPJ enquête toujours sur la mort d'au moins 18 autres journalistes pour déterminer si leur mort était liée à l'exercice de leur profession