Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Importations de céréales

Date de création: 24-02-2009 06:30
Dernière mise à jour: 15-01-2015 13:07
Lu: 832 fois


AGRICULTURE - CEREALES - IMPORTATIONS DE CEREALES

- L'Algérie a importé , en 2008, l'équivalent de 6,48 millions de tonnes de blé , dur et tendre, contre 4,85 millions de tonnes en 2007, soit une facture de 3,19 milliards de dollars (selon le CNIS).

L'Algérie demeure ainsi l'un des importateurs potentiels au monde étant classé à la quatrième place derrière les pays de l'UE, le Brésil et l'Egypte.

Cette quantité dépasse les prévisions du conseil inteministériel consacré aux céréales arrêtées à 5,6 millions de tonnes pour l'année 2008.Cette hausse est attribuée à la faiblesse de la récolte céréalière pour la campagne 2007-2008 du fait de la sécheresse.En effet, la production nationale n'a pas dépassé les 2,1 millions de tonnes , contre 4,1 millions durant les saisons précédentes. Il s'agissait donc de combler le déficit.

L'Algérie dont le prncipal fournisseur de blé est l'UE a également acheté 2,14 millions de tonnes de mais destiné essentielement à la production de l'aliment du bétail, soit une facture de 655 millions de dollars, contre 2,28 millions de tonnes (517 millions de dollars) en 2007.

Ces chiffres donnent une facture globale pour les céréales importées en 2008 de l'ordre de 3 ,96 milliards de dollars contre 1,97 milliard de dollars en 2007, soit une hausse de plus de 100,6%. Un chiffre qui représente 51,42% du montant total des importations de produits alimentaires clôturé à 7,7 milliards de dollars.

- En 2010, le facture d'importations de l'Algérie de blé (dur et tendre) a enregistré une baisse en valeur de 31,7% , totalisant 1,251 milliard de dollars contre 1,832 milliard de dollars en 2009 ( Source: CNIS des  Douanes algériennes) .

En 2010, les quantités de blé importées par l'Algérie ont atteint 5,232 millions de tonnes contre 5,719 millions de tonnes en 2009, soit une baisse de près de 500 000 tonnes. Les importations de blé tendre représentent une part de 73% du total des importations algériennes (-12%). Quant au blé dur qui représente 27% des importations, il a connu une baisse de 57% en  termes de valeur.

- Durant le 1er semestre 2011, la facture des achats de céréales a littéralement explosé à 1,51 milliard de dollars pour 3,97 millions de tonnes . A lui seul, le blé tendre (qui sert surtout pour la fabrication du pain) a mobilisé l'enveloppe de 1,10 milliards de dollars pour 3,06 millions de tonnes . Pour le blé dur, l'ardoise est de 410,63 millions de dollars pour l 'achat de 904 800 tonnes.(selon le CNIS/ Douanes)

Note: Début 2011, le gouvernement avait décidé de suspendre pour une durée indéterminée  (et non de supprimer) la taxe sur le blé dur importé en vigueur depuis juillet 2010 

-Durant l'année 2012, les importations de blés ont reculé en valeur de près de 26% en 2012 par rapport à 2011, année durant laquelle les achats ont connu une forte hausse de 125% par rapport à l'année d'avant.La facture des importations de blé est passée de 2,85 milliards de dollars en 2011 (7,45 millions de tonnes)à près de 2,11 milliards de dollars en 2012  (6,29 millions de tonnes) (bilan provisoire du CNIS/Douanes)

 IMPORTATIONS 2013

La facture des importations algériennes des céréales a atteint 3,16 milliards de dollars en 2013, en baisse de 0,6% par rapport à l'année d'avant, en dépit d'une hausse de 2,5% des quantités importées (Douanes algériennes, 16/2/2014)

En 2013, les importations des céréales ont totalisé 3,16 milliards de dollars, contre 3,18 milliards de dollars à la même période en 2012, reculant de 0,62%, indique le Centre national de l'informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes. Les quantités importatées ont atteint 10,03 millions de tonnes en 2013, contre 9,79 millions de tonnes, en hausse de 2,55%, durant la même période de référence, selon les chiffres du Cnis obtenus par l'APS. La facture des importations de blé a connu une stagnation en 2013 pour atteindre 2,12 milliards de dollars, soit la même valeur des importations de 2012, relèvent les Douanes algériennes. Les quantités de blé (tendre et dur) importées ont atteint 6,30 millions de tonnes, enregistrant un léger recul (-0,66%) par rapport à l'année d'avant (6,34 millions de tonnes). Les importations de blé dur ont atteint 433 millions de dollars pour une quantité de 1,08 million de tonnes, celles du blé tendre ont dépassé, quant à elles, les 5,2 millions de tonnes pour une valeur de 1,68 milliard de dollars, selon le Cnis. Ce sont les importations de blé tendre qui continuent d'alourdir la facture céréalière de l'Algérie, qui produit de plus en plus de blé dur et d'orge. Selon l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), une étude a été réalisée par la filière céréales pour améliorer la production du blé tendre, le plus utilisé, notamment pour la farine panifiable et la pâtisserie. Par ailleurs, le Cnis relève que les importations d'orge ont atteint près de 152,3 millions de dollars pour une quantité de 514.798 tonnes en 2013, en hausse de 33,6% en termes de valeur par rapport à 2012. Pour les importations de maïs, les Douanes relèvent qu'elles ont totalisé 891,78 millions de dollars en 2013 pour une quantité de 3,2 millions de tonnes, contre 942,16 millions de dollars en 2012, en baisse de 5,35% en valeur. La production céréalière de la campagne 2012-2013 a atteint 49,1 millions de quintaux au niveau national, en baisse de 900.000 quintaux par rapport à la saison précédente. Ce recul de la production s'explique, selon les professionnels, par la sécheresse qui a touché, durant cette période, les wilayas de l'est du pays, d'où provient le gros de la récolte nationale céréalière. De ce fait, l'État a décidé de soutenir les agriculteurs pour créer de nouveaux périmètres irrigués en vue d'accroître la production céréalière.
L'Algérie avait produit 5,12 millions de tonnes, lors de la campagne 2011-2012, alors qu'une production record (6,12 millions de tonnes) avait été enregistrée en 2008-2009. Les besoins nationaux en céréales sont estimés à environ 8 millions de tonnes/an, ce qui classe l'Algérie comme l'un des plus importants pays importateurs de céréales. Le défi est de hisser le rendement à l'hectare à, au moins, 30 quintaux/ha durant les cinq prochaines années, contre 18 qx/ha en moyenne actuellement et 6 qx/ha en 1962. Quant à la superficie céréalière, elle est toujours la même (3,4 millions ha), et tout doit se jouer sur le rendement, estiment les professionnels.     

Les importations des céréales (blé, orge  et maïs) se sont établies à 3,29 milliards de dollars (mds usd) durant les 11  premiers mois de l'année 2014, contre 2,92 mds usd à la même période de 2013, soit une hausse de 12,52% ( Douanes/Mardi 13 janvier 2015). . Les quantités d'importations des céréales ont également connu une tendance haussière de l'ordre de 24,4% avec 11,35 millions de tonnes de céréales achetées entre janvier et fin novembre 2014, contre 9,13 millions de tonnes à la même période de 2013. Il est constaté que la facture d'importation des céréales sur les 11 premiers mois de 2014 a déjà dépassé celle de toute l'année 2013 durant laquelle il a été importé pour 3,16 milliards de dollars de ces produits alimentaires. Par catégorie de céréales, les importations de blé (tendre, dur et semences)  ont atteint 2,19 mds usd contre près de 1,98 md sur la même période de comparaison, en hausse de près de 11%, précise le Centre national de l'informatique et des statistiques des douanes (Cnis). Mais plus précisément, le montant des importations du blé tendre a enregistré une baisse entre les deux périodes de comparaison mais une hausse en termes de quantité. Ainsi, les achats à l'extérieur de blé tendre se sont chiffrés à près de 1,47 md usd pour une quantité de 5 millions de tonnes, contre près de 1,55 md de dollars pour 4,7 millions de tonnes sur la même période de 2013, soit un recul de 4,53% en valeur et une augmentation de 6,36% en quantité. Par contre, les importations de blé dur ont augmenté en coût et en volume à la fois avec une facture de près de 721 millions de dollars pour 1,83 million de tonnes, contre 430,56 millions de dollars pour 1,07 million de tonnes à la même période de comparaison, soit une hausse de plus de 67% en valeur et de 70,5% en quantité. En somme, les quantités importées de blé tous genres confondus ont totalisé 6,84 millions de tonnes contre 5,8 millions de tonnes, en hausse  de 18,16%, précisent les statistiques du Cnis. Pour les autres types de céréales, les importations de l'orge ont augmenté  à près de 181,2 millions de dollars pour 712.470 tonnes, contre 133,03 millions  de dollars pour 438.000 tonnes, en hausse de plus de 36% en valeur et de 62% en quantités. Les importations du maïs, qui ont aussi connu une augmentation de plus de 12% en valeur et de 31% en quantité, ont atteint près de 914,93 millions de dollars pour 3,8 millions de tonnes entre janvier et novembre 2014,  contre 813,82 millions de dollars pour 2,9 millions de tonnes sur la même  période de 2013, selon le Cnis. A rappeler que la production céréalière nationale de la campagne 2013-2014 a reculé de 30% par rapport à la saison précédente en s'établissant à 34 millions de quintaux contre 49,1 millions de quintaux durant la campagne 2012-2013. Dépendante notamment des conditions climatiques, la production céréalière ne cesse de reculer depuis les rendements records enregistrés lors de la campagne 2008-2009 avec une production de 61,2 millions de quintaux. En 2013, les importations des céréales avaient totalisé un montant de 3,16 milliards de dollars contre 3,18 milliards de dollars en 2012, enregistrant un léger recul de l'ordre de 0,62%.