Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Cnes- Rapport national sur le dévelopement humain 2007

Date de création: 20-09-2008 17:55
Dernière mise à jour: 21-09-2008 22:14
Lu: 582 fois


- Extraits du RNDH 2007/CNES , diffusé mi- 2008:

Espérance de vie: A la naissance, elle croît de 72,5 années en 2000 à 75,7 années en 2006, enregistrant un gain de 3,2 ans sur la période, rtrandis que l'écart ezntre les hommes et les femmes d'environ 2 ans reste relativement stable (76,7 pour les femmes en 2006 et 74,6 pour les hommes).

Taux de mortalité infantile (0-28 jours et 0-6 jours): Il passe de 36,9 décès pour mille naissances vivantes en 2000, à 26,9 pour mille naissances vivantes en 2006. Un taux malgré tout élevé.

Taux de mortalité infanto juvénile: Il passe de 43 pour mille en 2000 à 31,41 pour mille en 2006.

Mortalité maternelle: Le taux  reste relativement élevé . Estimé , en 2006, à 92,6 pour mille naissances vivantes . A noter que 89,4% des femmes ayant eu une naissance durant les deux dernières années précédent l'enquête MICS 3-Algérie 2006, ont bénéficié des soins prénatals...et la part des accouchements en milieu assisté est passé de 87% en 2000 à 95,3% en 2006.

Mortalité générale: Le taux brut de mortalité générale est passé de 4,59 pour mille en 2000 à 4,30 pour mile en 2006.

Pyramide des âges: Retrécissement de la base de la pyramide concernant les tranches d'âge des moins de 14 ans (33,91% en 2000, 28,36% en 2006), augmentation des tranches d'âge supérieures, notamment la tranche d'âge 15-59 ans (59,36% en 2000, 64,29% en 2006) et celle deds plus de 60 ans (6,72% en 2000, 7,33% en 2006).

L'âge médian, de 24 ans en 2005 devrait autteindre 32 ans en 2025 et 39 ans en 2050...et l'âge médian serait alors de 30,4 ans en 2025 et de 34,7 ans en 2050.

La population en âge d'activité (15-64 ans) évoluerait, elle, en hypothèse moyenne en croissance continue d'un effectif estimé à 21,6 millions en 2005 à 32,6 millions en 2040 avant de décliner entre 2040 et 2050 confirmant ainsi le procesus de vieillissement de la population.

Autres données: Taux d'accroissement naturel de la population en croissance continue: de 1,48% en 2000, il atteint 1,78% en 2006

Augmentation du nombre annuel des mariages: 177 548 en 2000, 295 295 en 2006, propulsant le taux de nuptialité de 5,84 pour 1000 en 2000 à 8,82 pour 1000 en 2006.

Augementation corrélative de l'effectif des naissances: 589 000 en 2000, 739 000 en 2006, hissant le taux brut de natalité de 19,36 pour mille en 2000 à 22,07 pour mile en 2006.

Augmentation du nombre de femmes en âge de procréer (FAP): de 7,542 millions au recensement de juin 1998 à 8,136 millions en 2000 et 9,563 millions en 2006, soit 2 millions de plus qu'en 1998 avec des proportions respectives de 51,86%, 54,09% et 57,72% de la population féminine. Cettezcroissance à un rythme relativement élevé se poursuivra (selon le CNES) jusqu'en 2010 avec un effectif projeté de 10,264 millions , représentatnt 58,85% de la population féminine. Au-delà de 2010, se produira une décrue, en termes relatifs (57,66% en 2015).Pour rappel , le taux d'accroissement annuel des FAP de 1966 à 2005 est de 3,45% contre 2,59% de la population totale.

Par contre, le recul de l'âge au premier mariage se poursuit et reste élevé: 33 ans pour les hommes et 29,6 ans pour les femmes en 2002, 33,5 ans pour les hommes et 29,9 ans pour les femmes en 2006, en moyenne anationale avec des écarts significatifs à travers le territoire (26,6 dans la wilaya de Djelfa et 31 ans et plus dans plusieurs wilayas du centre et de l'est).

L'indice de fécondité (ISF) ou Indicateur conjoncturel de fécondité (nombre moyen d'enfants par femme en âge de procréer) , de 2,56 enfants par femme en 2000 baisse modérément à 2,27 enfants par femme en 2006. Raisons multiples dont  le recul de l'âge moyen au premier mariage, l'accès à l'emploi et à l'information des femmes, etc....ainsi que le recours aux méthodes modernes de contraceptoion ...qui progresse peu depuis le début d millénaire: 50,1% en 200, 52% en 2006...

La baisse des taux de fécondité chez les femmes pour les groupes d'âge 15-34 ans et 45-49 ans confirme l'importance des changements comportementaux entre les générations. En revanche, le taux de fécondité chez les femmes de 35-44 ans tendent à augmenter entre 2002 et 2006, ce qui est probablement en rapport avec les mariages tardifs.