Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Andi 2006

Date de création: 23-07-2008 17:15
Dernière mise à jour: 23-07-2008 17:15
Lu: 619 fois


Le bilan 2006 de l’Andi montre que seulement 0,8% des projets d’investissement déclarés sont le fait d’étrangers ou ce qui est communément répandu sous l’abréviation Ide (Investisements directs étrangers). En chiffres, ce faible taux traduit 56 projets déclarés, c’est-à-dire non encore au stade de la concrétisation. En termes de valeur, ces Ide représentent 88 milliards de Da (1,2 millard de dollars), soit 12% de la valeur de l’ensemble des projets déclarés à l’Andi. Ils doivent créer 20188 emplois.

Comparativement aux données de clôture de 2005, les Ide sont en recul tant en nombre qu’en valeur. En effet, en2005, ils étaient de l’ordre de 84 projets pour un apport de 1,5 milliard de dollars.

L’année 2006 a enregistré 44 partenariats (8 608 postes de travail prévus à peine , ce qui est normal , les partenariats ont cette carence de créer peu d’emplois, en Algérie ou dans le monde) avec près de 165,5 milliards de dinars soit environ 2,3 milliards de dollars.

Pour ce qui concerne les nationaux, l’Andi a accordé le quitus à 6 975 projets (2000 inscrits en 2005), avec des investissements s’élevant à 454,2 milliards de dinars (environ 6,3 milliards de dollars) accompagnés de la création de 94 787 postes d’emplois.

Ce sont les projets liés aux transports qui viennent en première place (5 001 soit 71,70%) suivis des industries (745 projets soit 10,68%) , du Btph (730 projets soit 10,47%), des services (185 projets ),de l’agriculture (180 projets) , de la santé (80) et du  tourisme (53)

Note : - En 2007, 17 projets d’investissement sont prévus, selon le Dg de l’Andi (début juin 2007), dont un projet de fabrication d’aluminium au volume de 5 milliards de dollars.

Evoquant le programme de développement 2009-2010, il a indiqué un montant total prévisionnel de 200 milliards de dollars d’investissements dont 145 financés sur apports publics et 45 à 50 milliards de dollars d’apports privés (nationaux et étrangers)