Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Eaux minérales

Date de création: 21-07-2008 17:31
Dernière mise à jour: 30-08-2011 17:14
Lu: 2207 fois


HYDRAULIQUE - SOURCE - EAUX MINERALES

 

 

C'est le décret exécutif 04-196 en date du 15 juillet 2004 qui définit et règlemente les eaux minérales naturelles et les eaux de source. Auparavant, c'était l'arrêté du 26 juillet 2000 (Joradp no 51) qui règlementait l'exploitation de l'eau minérale alors soumise à aucun contrôle sérieux, faute de moyens et de standards:

Les deux sont classées en:

Eaux minérales naturelles : C'est une eau micro-biologiquement saine provenant d'une nappe ou d'un gisement souterrain…et qui se caracrérise par sa pureté et par sa teneur spécifique en sels minéraux, oligo-éléments ou autres constituants.

Eaux de source : C'est une eau d'origine exclusivement souterraine apte à la consommation humaine mico-biologiquement saine et protégée contre les reisques de pollution.

Les deux eaux sont classées en:

- Eau minérale naturelle non gazeuse

- Eau minérale naturelle naturellement gazeuse

- Eau minérale naturelle dégazéifiée

- Eau minérale naturelle renforcée au gaz carbonique de la source

- Eau minérale naturelle gazéifiée

- Eau de source

- Eau de source gazéifiée

Notes : - Fin 2002, la liste des eaux minérales et de source existant en Algérie comportait 24 dénominations ( 2 à Tébessa, 6 à Bejaia, 2 à Ghardaia, 4 à Jijel, 1 à Biskra, 1 à Tizi Ouaou, 1 à Oran, 1 à Tlemcen, 1 à Blida, 1 à El Tarf, 1 à Skikda, 1 à Mila, 1 à Batna, et 1 à Saida)

- Comparées aux sources exploitées en France, les algériennes n'ont rien à envier aux grandes marques.Seule,Contrex présente une caractéristique particulière en ce qui concerne le calcium (486 mg/l). Par contre, il existe des paramètres où les algériennes présentent de meilleures vertus thérapeutiques, du fait de leur contenance en éléments très recherchés tels que le calcium, le magnésium et le bicarbonate.

- A noter que les producteurs des eaux minérales ont jusqu’au 30 novembre 2006 pour se conformer aux dispositions régissant leurs produits auprès du ministère des Ressources en eau (le délai avait commencé à courir à partir du 1er juin 2006). Depuis septembre 2004, date à laquelle une Commission permanente des eaux minérales naturelles et des eaux de source a été installée, il y avait une nouvelle règlementation, mais ce n’est que le 22 janvier 2006 qu’un arrêté interministériel (4 ministres : Ressources en eau, Commerce, Santé, Industrie) y référant a été publié. Il fixe les proportions d’éléments contenus dans les eaux minérales naturelles et les eaux de source ainsi que les conditions de leur traitement ou les adjonctions autorisées.

- Au 21 janvier 2007, les eaux minérales officiellement  agréées (après la mise en conformité prévue par la réglementation) étaient : Ben Haroun, Guedila, Saida, Youkous, Djemila, Mouzaia, El Goléa, Batna, Toudja, Ifri, Messerghine, Sidi Driss, Hammamet. Pour les eaux de source, on avait : Sidi Khelifa Marhoun, Hayet, Alma, El Melez, Helouane, Oumalou, Togi, Ayris, Ovitale et Thevest. Les autres marques avaient un délai de trois mois pour régulariser leur situation ( 10 : Mansourah, Sidi Okba, Lala Khedidja, Aghbalou, Daouia, Milok, Fendjel, Sidi Yakoub, El Meniaa, Sidi El Kébir)

- 2009: 48 arrêtés d'exploitation à des fins commerciales , dont 21 concernat les eaux minérales naturelles et 27 pour des eaux dites de source

- Jeudi 11 août 2011, le ministre des Ressoureces en eau, révélait (à la Télévision nationale)  que l'octroi de permis d'exploitation des eaux minérales a été suspendu afin de procéder à la révison du cadre juridique et à la réorganisation du marché. Jusqu'ici, 40 concessions d'exploitation ont été attribuées.