Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Dessalement -Sations

Date de création: 21-07-2008 17:21
Dernière mise à jour: 14-05-2010 15:11
Lu: 765 fois


Selon l'Ade (14 janvier 2005), trente-trois stations de dessalement, de moyenne et de petite capacités de traitement seront réalisés à l'horizon 2019 en Algérie et s’ajouteront ainsi aux dix déjà existantes ( fin 2006).

Onze de ces stations seront réalisées suivant la formule "Bot" ou "Boo" et les agences d'exécution seront l'Ade et l'Abc ( filiale des entreprises Sonatrach et Sonelgaz).

Implantées dans les wilayas de Tlemcen, Oran, Chlef, Alger, Béjaia, Jijel, Skikda, Annaba et El Tarf, les stations auront une capacité totale de traitement et de production de 1 075 000 m3/jour pour une population à desservir estimée à 7 166 590 âmes.

Les 21 autres stations seront réalisées sur le budget de l'Etat et auront pour agent d'exécution l'Ade. Ces infrastructures seront réalisées dans les wilayas de Tlemcen, Tipaza, Alger, Boumerdès, Skikda et Tizi-Ouzou. Leur capacité de production est estimée à 57 500 m3/jour pour une population estimée à 383 310 personnes.

Le dessalement de l'eau de mer est une solution adoptée pour assurer une alimentation pérenne en eau potable au profit des populations résidant le long de la bande littorale sujette à un déficit chronique. Cette option a pris forme, avec le lancement des travaux, en septembre 2003 (et à mettre en service durant l'été 2005), de la station de dessalement d'Arzew (Oran), gérée par Kahrama (société mixte Sonatrach - Sonelgaz - partenaire sud-africain) d'un coût de 400 millions de dollars (90 000 m3/jour destinés aux besoins des complexes industriels de la zone avec  une partie qui sera mobilisée pour la population d'Arzew).

A noter que la réalisation de la toute première station de dessalement remonte aux années 60. En 1964, Sonatrach avait décidé de doter ses structures, à Arzew, de deux stations pour éviter toute rupture en alimentation en eau.

Notes: - Pour avoir une idée du coût d'une autre  usine de dessalement, celle de Honein (Tlemcen), qui aura une capacité de 2 000 000 m3/jour pour un prix initial de 55,6 dinars le mètre cube d'eau dessalée (1 000 litres), ramené, à la signature du contrat à 45 dinars le m3,   verra un investissement de 200 millions de dollars. Le contrat de réalisation a été signé, avec un groupement espagnol, le 5 mai 2007. La station de Honaine fait partie d’un programme de 13 stations à réaliser à l’horizon 2010. Comme pour tous les autres programmes de dessalement d’eau de mer, c’est le groupe Sonatrach qui achète l’eau dessalée à la station. Il la revendra à l’Ade qui la vendra au consommateur final.

La Hamma Water Dessalinisation  (HWD), coûtera, au final, 248 millions de dollars dont 186 millions assurés par un prêt de la société américaine Overseas Private Investment Corporation (OPIC).

- En 2010, il est prévu la production quotidienne de quelque 2,26 milliards de litres d’eau dessalée.

- En 2009, quatre stations sur les treize prévues dans le programme confié au ministère de l'Energie et des Mines, sont opérationnelles: El Hamma/ Alger (200 000 m3/j), Beni Saf/Tlemcen (200 000 m3/j), Kahrama/Arzew (88 000 m3/j) et Skikda (100 000 m3/j)