Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Onml

Date de création: 20-07-2008 19:04
Dernière mise à jour: 01-08-2013 11:33
Lu: 1434 fois


INDUSTRIES - METROLOGIE LEGALE

 

L’Office national de métrologie légale est chargé de contrôler à travers l’ensemble du territoire national les instruments de mesure tant traditionnels que nouvellement créés, utilisés dans la vie quotidienne.

Par son poinçonnage de ces instruments, l’Office accorde la garantie officielle quant à leur fiabilité et utilisation et veille, par conséquent, à la loyauté des transactions commerciales et, partant, à la protection des consommateurs par la prévention de la fraude.

Pour cela , des moyens modernes sont nécessaires. Trois laboratoires de métrologie, dont un à Alger et deux régionaux (Constantine et Ouargla) ont été réalisés (pour un coût de 500 millions de dinars).

Par ailleurs, une antenne est prévue au niveau de chaque wilaya du pays  afin de peremettre une meilleure prise en charge des missions quoi sont dévolues à l’Onml suivant la démarche de valorisation et d’amélioration à laquelle l’Etat a consacré une enveloppe de 3,1 milliards de dinars.

   Depuis samedi 2 septembre 2006, l’Onml a un nouveau Directeur général, Sid-Ali Réda Ben El Khaznadji, ancien directeur de l’antenne d’Alger. Il avait rejoint l’Onml en 1974 à l’issue d’une formation à l’Institut de métrologie de Douai, en France.

- L’Office national  de métrologie légale  (ONML) a publié , fin juillet 2013, son bilan des  interventions pour le  premier semestre 2013.  Ce bilan fait ressortir que  sur un total de 6 526  instruments de pesage  vérifiés, un taux de  5,86% ont été refusés. 

La vérification a concerné également  2 194 masses, où 8,38% d’entre elles ont  été récusées, alors que les ponts-bascules  ont connu un taux de rejet de 2,48%  pour un nombre vérifié de 806. Aussi,  selon le même bilan, 3 667 volucompteurs  ont été contrôlés, donnant lieu  à un taux de refus de 7,71%. D’après  l’ONML, des mises en demeure sont  aussitôt adressées aux propriétaires de  stations-service pour la remise à niveau  de leurs appareils. Aussi, les anomalies  constatées ne sont pas forcément de nature  frauduleuse, car certains volucompteurs  défaillants laissent passer une  quantité supérieure de carburant, chose  qui est en défaveur du propriétaire de  la station. D’autre part, l’inspection de  l’Office de la métrologie légale (ONML)  compte lancer prochainement une opération  de contrôle des bonbonnes de gaz  butane, qui se fera notamment à l’aide  d’un travail de pesage d’un échantillon  au niveau du centre d’enfûtage, pour  déterminer la conformité des bonbonnes  avec les normes requises. Même  les taximètres ont été concernés par le  contrôle où 14 441 ont été vérifiés et  5,77% ont été refusés. Les compteurs de  taxi sont dans le collimateur de l’ONML.  Le taximètre est un appareil de mesure  mécanique ou électronique habituellement  installé dans les taxis, il est semblable  à un odomètre. Il sert à mesurer  le montant à percevoir en fonction de  la distance parcourue et du temps passé  à l’intérieur du taxi. En fait, le rôle de  cet office devient très important, car  il est toujours utile de souligner combien  les risques ainsi que les préjudices  encourus et induits par des mesures  inexactes, non fi ables peuvent avoir des  conséquences considérables, voire dramatiques  pour notre pays que ce soit  sur le plan économique ou social. Si la  métrologie a un rôle certain et indiscuté  en recherche, ce rôle n’en est pas moins  tout aussi important en développement.

Eff ectuer une mesure consiste, en utilisant  une loi physique, à prélever une  information que l’on codera suivant un  système d’unités. Cette mesure peut être  effectuée par un instrument de mesure,  par un système groupant des appareils  de mesure. Quelle que soit la solution,  l’information recueillie par un opérateur  ou par un calculateur à des fins  multiples doit être crédible et non sujette  à discussion. Le bureau d’études,  la plateforme, le laboratoire d’essais, le  commerce, l’environnement... tous utilisent  des mesures.  Ces mesures, encore plus que dans le  domaine scientifi que, ont besoin d’être  eff ectuées à l’aide d’un système d’unités.  De plus en plus la technologie,  l’industrie, le commerce ont et auront  besoin d’instruments de mesure délivrant  des valeurs sûres. En eff et, avec  la multiplication et la fi nesse des opérations  de contrôle eff ectuées, l’on se  dirige vers une automatisation de ces  opérations - sinon le temps nécessaire  à ces contrôles deviendrait prohibitif  sur le plan économique. La spécialisation  s’est étendue aux instruments de  mesure. Les corrections d’erreur encore  lues à ce jour sur des courbes seront  de plus en plus eff ectuées directement  à partir d’un programme prédéterminé  et intégré au microprocesseur, partie  intégrante de l’instrument de mesure.  Les opérations de contrôle utiliseront de  plus en plus le prélèvement statistique  de par l’amélioration des composants  et la rationalisation de la conception de  ces instruments dues à la normalisation  et à la maîtrise des méthodes de traitement  des  données

 

*        Le système national de métrologie  repose sur les textes législatifs et  réglementaires suivants : 

*         - La loi n°90-18 du 31 juillet 1990  relative au système national légal  de métrologie. Elle fixe les règles  générales concourant à la protection  de l’économie nationale et à la  protection du citoyen; elle détermine  les règles de contrôle de la mise en  œuvre du système. 

*         - Le décret exécutif n°91-537 du 25  décembre 1991 relatif au système  national de mesure. Ce décret pris en  application de la loi susvisée défi nit  les unités de mesures légales. 

*         - Le décret exécutif n°91-538 du 25  décembre 1991 relatif au contrôle et  aux vérifications de conformité des  instruments de mesure. Ce décret  défi nit les contrôles de conformité  ainsi que leur mise en oeuvre. 

*        - Le décret exécutif n°91-539 du 25  décembre 1991 fixant les catégories  de fonctionnaires et agents habilités  à constater les infractions à la loi  relative au système national légal de  métrologie. 

*         - Le décret exécutif n°02-220 du 20 juin 2002 portant création du  Conseil national de métrologie. 

*        - Les arrêtés ministériels définissant  les prescriptions légales des  différentes catégories d’instruments  de mesure. La gestion des activités  de métrologie est sous l’autorité du  ministère de l’Industrie, de la PME et  de la Promotion de l’investissement  (Direction de la normalisation et de la  protection industrielle). Au sommet  de l’édifice du système national  de métrologie, l’Office national de  métrologie légale (ONML) est chargé  de la mise en oeuvre des dispositions  des textes réglementaires. Au titre  de la promotion du développement  et de la promotion de la métrologie  en Algérie, il a été institué la  célébration de la Journée nationale  de la métrologie par arrêté du 4  septembre 1996. L’Algérie est membre  de l’Organisation internationale  de la métrologie légale (OIML) par  ordonnance n°76-15 du 20 février 1976.