Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Tonic Emballage

Date de création: 20-07-2008 18:38
Dernière mise à jour: 07-12-2012 06:39
Lu: 1849 fois


INDUSTRIES - ENTREPRISE - TONIC EMBALLAGE

 

- Implantée sur 45 hectares sur les hauteurs de Bousmail (Tipaza), Tonic Emballage , "lancé" en 1998, est doté d'un capital de 760 millions de dinars et évolue avec une capacité de production non-stop qui tourne à hauteur de 300 000 tonnes par an de produits finis.

Début 2005, l'entreprise emploie 3 500 personnes qui passeront à 5 500 avec la réception du complexe papetier fin 2005 et à 10 000 travailleurs à l'horizon 2006-2007. Le chiffre d'affaires de Tonic Emballage est de 17 milliards de dinars pour l'année 2004.

Tonic Emballage a été créée en 1985 avec, comme activité, la commercialisation du papier et la récupération des déchets. Ce n'est qu'en 2000 que l'entreprise investit dans des équipements de dernière génération.

Début 2005, Tonic Emballage affiche une capacité de recyclage de l'ordre de 12 000 tonnes par an, soit un tiers du niveau de récupération nationale.

La capacité de recyclage de l'industrie papetière algérienne montre qu'elle ne dépasse pas les 10% de l'ensemble des déchets généré chaque année.

La consommation nationale de papier et carton est de 600 000 tonnes par an pour une production locale, tous produits confondus, ne dépassant pas 50 000 tonnes par an. Chaque année, l'Algérie importe pour 400 millions de dollars de papier et dérivés. Par habitant, la consommation de papier en Algérie est de 15 kg annuellement contre 350 kg aux Etats-Unis d'Amérique.

Notes: - Mi-juillet 2005, une campagne d'information est "lancée" par l'entreprise autour de son action de récupération et de transformation du vieux papier et du carton de récupération  (fabrication de papier-tissu…) et de  la "mise en place de 500 bennes-tasseuses".

-Fin juillet 2005, Tonic Emballage semble traverser une crise grave, la Badr, banque accompagnatrice ( avec un prêt  de 65,5 milliards de dinars), refusant de continuer à fournir des crédits supplémentaires, l'entreprise ne pouvant pas ou plus faire face aux remboursements des premiers crédits octroyés et à ses créances (65 milliards de dinars?). Elle aurait même été amenée à licencier plusieurs centaines de travailleurs (600 ?), des ateliers entiers étant à l'arrêt faute d'approvisionnement en matières premières et de non-dédouanement de nouvelles machines (destinées à traiter le vieux papier et le carton récupérés).

-Mardi 6 septembre 2005, le directeur  de l'entreprise (Abdelghani Djerrar) et l'ex-directeur général  de la Badr (Bouyacoub) étaient "mis sous contrôle judiciaire" par le procureur général près la cour d'Alger, après leur audition.

- Mardi 13 décembre 2005, la nouvelle usine de papier-tissu était inaugurée, Tonic-Emballage "travaillant sur ses fonds propres et les recettes de l'usine servant au remboursement de la dette enveres la Badr".

-Jeudi 3 mai 2007, le Dg, Abdelghani Djerrar est mis sous mandat de dépôt et mercredi 9, Amar Daoudi, ex-Pdg de la Bdl et  président de la Cgci-Pme, est  désigné en tant que séquestre judiciaire . Le Dg de Tonic Emballage sera libéré le 20 mai et placé « sous contrôle judiciaire ».

-Début 2008, le rapport du bureau d’études KPMG fait état d’une dette de 74,5 milliards de dinars (dont 65,4 milliards représentant le montant emprunté à l’origine et 9,1 milliards de dinars au titre d’intérêts et agios accumulés), alors que Abdelghani Djerrar impute la déstructuration de l’entreprise et sa dégradation à la « gestion calamiteuse »  des deux séquestres judiciaires successifs désignés à la tête de l’administration des sociétés du groupe (11 pour l’INPED et 9 pour KPMG !!!).

- Début août 2008, l'administrateur judiciaire, Rachid Bouraoui (qui a remplacé Amar Daoudi en octobre 2007) révèlait que la dette de Tonic Emballage auprès de la BADR est de 87 milliards de dinars, sa valeur liquidative ne dépassant pas 31 milliards de dinars et son actif est de moins de 13 milliards de dinars.                                                                                   - En mars 2009, on apprenait de source officieuse que l'Etat , qui a perdu 70 milliards de dinars dans cet investissement, envisage de garder Tonic Emballage en vie et "l'option de la nationalisation serait la plus appropriée".Le chiffre d'affaires qui était de 12 milliards de dinars en 2004 n'est plus que de 2 milliards de dinars en 2008                                                                         - Début 2011, l'Etat a procédé à la reprise des sociétés TONIC, consécutivement à une procédure judiciaire de faillite (intégrée à la SGP GEPHAC : Sociéte de gestion des participations de l'Etat chimie-pharmacie).                                                   - Fin décembre 2011, la situation financière ( plus de 80 milliards de dinars dont un crédit de 65 milliards de dinars contracté auprès de la BADR) de Tonic Industrie  est "complètement assainie" (selon le nouveau PDG de l'EPE, Mustapha Merzouk)......et un plan de développement et d'investissement s'étalant jusqu'à 2015 a été approuvé par l'Etat . Le chiffre d'affaires 2011 s'est élevé à plus de 5 milliards de dinars