Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Naufrage - Mama Binet

Date de création: 20-07-2008 17:11
Dernière mise à jour: 09-08-2011 16:40
Lu: 1243 fois


POPULATION - IMMIGRATION - NAUFRAGE - MAMA BINET

 

Le 15 janvier 1802, le bateau Banel, avec, à son bord des nonnes (ce ui n'est certain, selon bien des historiens) ,de nationalité hollandaise, appareille à partir de Toulon en direction de l’Afrique du Sud. Il est pris dans une violente tempête qui le fait échouer sur les côtes algériennes, près de Gouraya et Béni Haoua.

Les hommes sont tués dans des affrontements avec les autochtones (qui ont cru à un débarquement ennemi) et les femmes sont intégrées dans des harems de notables de la région. La mère supérieure Mama Binet va bénir ces unions et toutes les naissances qui vont suivre.

Pour cela, elle va jouir d’un grand respect de la part de la population locale.

En son honneur, on va ériger un mausolée qui va être visité par les habitants tous les vendredis et pendant les fêtes religieuses. Elle sera en quelque sorte considérée comme un marabout musulman.

En 1802, l’Algérie était sous domination ottomane et les relations avec Bonaparte étaient bonnes car la France avait en charge l’instruction de l’armée turque. Il n’en reste pas moins qu’un incident diplomatique a été frôlé à cause de naufrage. En atteste la correspondance qu a eu lieu en cette occasion entre le dey Mustapha et le premier consul de France. Lettre du mois d’avril 1802 adressée par le chargé daffaires Dubois Thinville au dey Mustapha : « Le vaisseau français, Le Banel, à son bord 200 marins et 9 femmes, s’est perdu sur vos côtes. Les habitants ont détruit leur radeau et volé leur argent. Les rescapés ont été traînés vers les montagnes . Bonaparte demande solennellement la restitution des effets, la libération des prisonniers et une sépulture digne pour les dépouilles ».

Notes : - On dit que Mama Binet a été mariée au seigneur Mokrane, mais rien ne le prouve.

-L’ancre rouilée du Banel est toujours là, sur la grève, témoin d’un évènement qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre (plusieurs ouvrages).