Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Transport maritime- Enmtv

Date de création: 15-07-2008 18:08
Dernière mise à jour: 10-07-2012 19:59
Lu: 636 fois


TRANSPORTS - MER - TRANSPORT MARITIME - ENMTV

 

Après avoir remplacé, entre 2000 et 2004, ses anciens navires (le "Zéralda", le "Tipaza", le "Tassili", "El Djazair I" et le "Hoggar") acquis dans les années 1970, par trois nouveaux  (le "Tariq Ibn Ziad", le "Tassili II " et "El Djazair II") l'Entmv augmente sensiblement son trafic qui était estimé en 2005 à quelque 160 000 véhicules et 500 000 passagers.

Dépendant de la Sgp Gestramar, l'Entmv a été créée en 1987 avec un capital social de 405 millions de dinars. Cette Epe, qui envisage d'entrer en bourse prochainement, emploie près de 1 600 personnes et réalise un chiffre d'affaires d'environ 7 milliards de dinars.

En 2004, l'entreprise a réalisé un bénéfice de 338 millions de dinars et assuré 70% du marché du transport maritime des voyageurs en Algérie, le reste étant réalisé par des armateurs concurrents, le français Sncm et l'algérien Cnan.

Notes : - En 2006, l’Enmtv, malgré une part de marché de 53% sur le  transport des voyageurs et des véhicules, et bénéficiaire jusqu’en 2004, a enregistré un déficit de 373 millions de dinars ( coût du fuel en augmentation, renouvellement de la flotte, concurrence ..).                             - Selon un consultant, Kamel Khelifa (26-5-09), de 40% dans les années 1980, les parts de transport du pavillon national dans le commerce extérieur ont "dégringolé" à 2% en 2009. Ainsi, le manque à gagner est évalué entre 4 et 5 milliards de dollars annuellement.

-En 2012, la CNAN ne dispose plus que de 14 navires dont l'âge moyen global dépasse 30 ans.  Sur les 14 navires, 8 vraquiers sont (en juin ) immobilisés en Grèce et au Moyen-orient. Cinq nvires seulement sont opérationnels..et le transport en ligne régulière est quasiment contrôlé par les armateurs étrangers .Le trafic conteneur ne dépasserait les 3%....une position de force des armateurs étrangers qui ont  été jusqu'à refuser de charger les frêts payables en Algérie. En 2011, les armateurs étrangers auraient facturé pour, au moins , 12 milliards de dollars au titre du transport des 46 milliards de dollars de marchandises importées.