Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Promotion de l'emploi et lutte contre le chômage- Stratégie gouvernementale

Date de création: 14-07-2008 21:40
Dernière mise à jour: 13-10-2011 14:48
Lu: 607 fois


TRAVAIL - EMPLOI - PROMOTION DE L'EMPLOI ET LUTTE CONTRE LA CHOMAGE - STRATEGIE GOUVERNEMENTALE

 

(Présentation du dossier portant stratégie de promotion de l’emploi et lutte contre le chômage faite par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, en Conseil de gouvernement, mardi 18 mars 2008. Extrait)

 

…Depuis 1990, on peut distinguer deux périodes en matière d’emploi :

-Le période 1990/1999, caractérisée par une dette extérieure excessive et un taux de chômage élevé de 29,3%, aggravé par une perte de plus de 400 000 emplois et une croissance négative dominée par un fort désinvestissement;

-la période 2000/2007, dominée, notamment, par une forte diminution de la dette extérieure, un retour à l’investissement, une relance de l’économie avec, pour corollaire, une baisse continue du taux de chômage, estimé à fin 2007 à 11 ,8%.

La problématique de la promotion de l’emploi constitue un axe stratégique du programme du président de la République qui fixe, parmi ses objectifs, celui portant sur la création de près de 2 millions d’emplois entre 2005 et 2009, dont un million d’emplois permanents. A fin 2007,, dans le cadre de la concrétisation de cet objectif, 1 230 000 emplois ont été créés, dont 763 000 permanents.

Cet effort se poursuit pour satifaire les besoins en emplois qui sont importants. En effet, à la fin 2007, l’ANEM enregistrait 887 097 demandes, dont 137 419 émanant de diplômés. Il faut préciser que 57,66% des demandeurs d’emploi avaient moins de 30 ans et que la demande féminine, en constante augmentation, représentait 21,24% de la demande totale enregistrée. La strtatégie proposée en matière de promotion de l’emploi et de lutte contre le chômage se décline en plusieurs objectifs portant, notamment, sur :

-la mise en œuvre d’une approche économique de lutte contre le chôge et le développement de l’esprit d’entrepreneuriat, à l’effet de promouvoir les investissements productifs créateurs de richesses et d’emplois;

-l’adaptation des profils de formation aux besoins du marché du travail et la promotion d’une main d’œuvre qualifiée à travers, d’une part, la préparation des primo-demandeurs à l’entrée dans la vie active par le biais de la formation professionnelle et, d’autre part, le recyclage des personnes ayant perdu leur emploi en vue de leur réinsertion;

-l’amélioration et la consolidation de l’intermédiation sur le marché du travail;

-la modernisation des mécanismes d’encadrement,de suivi,de contrôle et d’évaluation de la stratégie de promotion de l’emploi;

-la poursuite de la concrétisation du programme de 2 millions d’emplois, décidé dans le programme présidentiel;

-la baisse du taux de chômage à moins de 10% en 2009 et à moins de 9% en 2015. Quant au plan d’action proposé pour traduire dans les faits les efforts de promotion de l’emploi, il s’appuie plus particulièrement sur la création, selon une approche économique, d’un nouveau dispositif d’emploi intitulé « Dispositif d’Aide à l’Insertion professionnelle(DAIP) », composé de 3 types de contrats d’insertion :

-Le Contrat d’Insertion Professionnelle (CIP), destiné aux jeunes primo-demandeurs d’emploi, sortant du cycle secondaire de l’éducation nationale, des centres de formation professionnelle ou ayant suivi un stage d’apprentissage et dont le nombre est évalué à 797 000 personnes, soit 64% du total des chômeurs;

-Le Contrat Formation/Insertion (CFI), destiné aux demandeurs d’emploi sans formation ni qualification et dont le nombre est évalué à environ 278 000, soit 22% des chômeurs.

 

Il est à préciser que les dispositifs actuels d’emplois (CPE, ESIL, IAIG, TUP-HIMO) seront recentrés dans un cadre de solidarité nationale  et de lutte contre la pauvreté. Une enveloppe de plus de 21 milliards de dinars est consacrée pour l’année 2008.

Enfin, la stratégie annoncée s’appuiera sur une organisation rénovée des structures et services en charge de sa mise en œuvre. Un contrôle et un suivi rigoureux de son exécution seront assurés à l’effet de procéder, à chaque fois que nécessaire, aux correctifs qui s’imposeraient à la lumiètre des exigences de la misee en œuvre pratique de ces actions.

Il est à noter que la mise en œuvre du DAIP exige, pour l’année 2008, une enveloppe financière estimée à près de 43 milliards de dinars.

 

Intervention du minstre du Travail , mardi 28 septembre 2010. Extraits

- Le placement économique de l'ANEM est passé de 64 000 postes en 2005 à 196 000 postes en 2009.Le nouveau dispositif d'insertion professionnelle (DAIP) a permis le placement de 277 918 primo-demandeurs d'emplois en 2009.Grâce aux réaménagements de juillet 2008, les projets de micro-entreprises financés passent de 13 189 projets en 2008 à 28 836 en 2009. 75 572 emplois ont été créés en 2009 dans le cadre des dispositifs ANSEJ et CNAC.Conformément aux objectifs présidentiels de 3 millions d'emplois dont 1,5 million par l'économie nationale , dans le cdre du quinquennal 2010-2014, 200 000 emplois/an et 300 000 insertions DAIP sont prévus par l'ANEM. Les dispiistifs ANSEJ/CNAC prévoient 40 000 projets et 100 000 emplois/an                        - Au total, 108 573 dossiers de projets d'activité de jeunes promoteurs ont été validés durant le premier semestre 2011 (janvier -juin) dans le cadre du dispositif de l'ANSEJ , contre 25 256 dossiers validés durant le premier semestre 2010.