Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ads 2006

Date de création: 14-07-2008 21:29
Dernière mise à jour: 14-07-2008 21:29
Lu: 607 fois


L’Agence de développement social (Ads) a permis, grâce aux différents dispositifs qu’elle gère, la création de 430 000 postes d’emploi en 2006.

Il s’agit notamment d’emplois créés dans le cadre des dispositifs de contrat de pré-emploi (Cpe), de l’emploi salarié d’initiative locale (Esil) et de travaux d’utilité publique à haute intensité de main-d’œuvre (Tup-Himo).

Leur montant d’investissement qui a été déboursé dans ce cadre était de 2 479 350 millions de dinars.

Créée en 1996, l’Ads (dont le siège central est à Birkhadem, Alger), qui gère en 2007 plus de sept programmes sociaux, a pour mission la sélection et le financement, par subvention ou tout autre moyen, d’actions en faveur des populations démunies. Au total, depuis sa création, il y a eu près de 1 200 000 personnes qui ont transité par l’ensemble des dispositifs de l’Ads.

En plus de ces dispositifs, l’Ads gère aussi un programme d’aide forfaitaire de solidarité (Afs) et les programmes de dévelopement social que sont les cellules de proximité (CdP), le développement communautauire participatif (Dcp) et les activités d’intérêt général (Aig).

L’Ads a également créé, dans le cadre de son programme « Blanche Algérie », initié en 2005 par le ministère de l’Emploi et de la Solidarité nationale, 1 100 chantiers et prévoit, pour 2007, la création de 11 000 postes d’emploi dans le même cadre. « Blanche Algérie » dont l’objectif est d’améliorer le cadre de vie des citoyens et la création d’emplois, est accompagné par le dispositif Tup-Himo. L’Ads, dans ce cadre, fait appel à des associations de jeunes chômeurs auxquels elle donne un plan de charge pour 9 mois. Projets initiés dans ce cadre : nettoyage des places publiques, entretien des espaces verts, plantation d’arbres, nettoyage des regards….Ce type de projet permet de répondre aux problèmes repérés dans les quartiers ou dans les secteurs ruraux les plus pauvres, de même que renforcer la présence de l’Etat dans la communauté. Mais aussi, il constitue une opportunité aux participants à pouvoir monter leur propre entreprise grâce à l’expérience acquise. Un autre dispositif va être développé incessamment : « L’entraide urbaine », qui s’appuie sur une démarche qui est basée sur trois piliers : les citoyens, les bailleurs de fonds et la collectivité locale. Ces trois entités permettront la création d’une petite entreprise qui sera chargée de tous les problèmes du quartier, de tout ce qui est espace de citoyenneté. Trois régies de quartier vent être lancées à titre pilote début 2007 : à Oran, à Constantine et à  Alger