Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Football - Argent

Date de création: 24-05-2008 14:47
Dernière mise à jour: 25-05-2014 16:59
Lu: 739 fois


SPORTS - DISCIPLINE - FOOTBALL - ARGENT

- Selon une étude de El Kadi Ihsane (El Watan, 26 juin 2005), les 16 clubs de football de la division I ont dépensé entre 140 et 170 milliards de centimes durant la saison 2004-2005.
Les budgets annuels des "grands" clubs (Jsk, Usma, Mca, Usmb…) tutoient les 20 milliards de centimes ou vont bien au-delà. Pour les plus "petits", ils sont en moyenne de 5 milliards.
Malgré des recettes toujours aléatoires, le train de vie des clubs est de plus en plus relevé. Des joueurs algériens et étrangers sont "achetés" à des prix forts et, parfois, ils "rapportent" beaucoup (ex: le transfert de Diallo à Nantes par l'Usma a rapporté 700 000 euros et Daoud Bouabdallah est revenu pour une année au Mco, de la Jsk, contre une somme de 600 millions de centimes). Mais , les revenus venant des sponsors, des équipementiers, de la publicité, des pouvoirs publics locaux et aussi des compétitions internationales de mieux en mieux dotés…et un peu des droits de retransmission par la télévision peuvent être importants.
Quelques équipementiers:
Le Coq sportif, Baliston, Uhisport, Patrick, Lotto, Cirta (Algérie), ….

Notes: Début octobre 2008, les présidents de clubs de football de Division nationale  ont réclamé à l'Entv, des droits de retransmission de 20 milions de dinars par an et par club, dont 25% à 30% iront à la FAF.

- Mercredi 5 août 2009, un accord est signé entre la FAF et l'EPTV (ENTV) pour les droits de retransmission des championnats de D et D2 de football et de la sélection nationale. On parle d'un contrat de 20 milliards de centimes.

- Le 18  septembre 2010, la FAF et la télévison algérienne (EPTV) signent une convention de partenariat portant sur les droits de retransmission des matches pour la saison 2010-2011 (matches de championat, Coupe d'Algérie et des différentes sélections). On parle de 400 millions de dinars (25 en 2009/2010).

- C'est PUMA qui est devenu le nouvel équipementier de l'équipe nationale de football pour l'année sportive 2009-2010 en remplacement du Coq sportif. 

- Les clubs de D1 et de DII ont déboursé environ 240 milliards de cts entre primes et salaires au début de la saison sportive de football 2009-2010.

- Mardi 30 septembre 2009, La ligue nationale de football et l'opérateur de téléphonie mobile Nedjma signent un contrat de sponsoring qui porte le nom de Naming du championnat nationale de DI, désormais  " Championat national Nedjma"....le montant du contrat est de 65 millions de dinars (6, 5 milliards dec cts). Chaque club aura donc droit à un peu plus de 360 millions de cts...A noter que Nedjma est le sponsor officiel et majeur de la FAF (un premier contrat a été signé en mars 2009 d'un montant de 60 milliards de cts et il a été renouvelé , avec extension aux joueurs de l'équipe nationale, mardi 22 décembre 2009 pour une somme supérieure)  et de l'équipe nationale tout en sposorisant plusieurs clubs

- Toujours selon El Kadi Ihsen (Le Quotidien d'Oran 23 mars 2010) ,la FAF a engrangé depuis février 2009,directement ou par le biais de l'agence intermédiaire , entre 1,4 milliard de dinars et 1,7 milliard de dinars pour une période de trois ans. Ce montant se répartit entre Nedjma, sponsor majeur avec 300 millions de dinars en 2009 et 680 millions en 2010; Coca-cola 140 millions de dinars sur trois ans (1,4 million d'euros), Cevital 40 millions de dinars et un lot de bus Hyundai; l'équipement Puma 160 millions de dinars sur 3 ans (520 000 euros par an); et Peugeaot Algérie, 140 millions de dinars sur 3 ans. L'accord avec le groupe de presse Ech Chourouk est, lui, "entouré de plus de secret" quant à sa clause financière. Le montant de 20 millions de dinars sur une période de deux ans est le plus souvent évoqué.

- Fin juillet 2011, Rabie Meftah (ex-défenseur de la JSK) , recruté par l'USM Ager de Ali Haddad,  a réussi l'un des transferts les plus chers sinon le plus cher de toute l'histoire du Chamoionnat d' Algérie; 3,8 milliards de centimes et un appartement offert par le club à Hydra, quartier résidentiel.

- Voir l'excellent dossier signé Yazid Ouahib sur "le foot pourri par l'argent" publié dans El Watan sur deux pleines pages, lundi 11 juillet 2011

Un tableau présente les clubs professionnels, leur capital social;...et surtout les "apports du président" (actuel) ...apports qui vont de 40 000 dinars (CR Belcourt) à 120 000 000 dinars (USMH)  et à 586 855 000 dinars (USM Alger) . JSK: 90 000 DA , ESS: 3 000 000 DA et USM Annaba: 490 000 DA

- Début janvier 2012, le conseil d'administration de la LFP décide d' octroyer  à chaque club de Ligue 1 la somme de 1,2 milliard de cts représentant la quote-part des droits TV alloués à chaque formation de l'élite. Quant aux clubs de ligue 2, ils ont la somme symbolique de 100 millions de cts.

La LFP a signé, avec l'ENTV, pour la saison 2011-2012, un contrat de 21 milliards de cts .

- Le gagnant de la finale de la Coupe d'Algérie de football 2012 (ES Sétif) a empoché 3,4 milliards de cts alors que l'autre finaliste, le CR Belcourt n'empoche qu'1, 4 milliard de cts

- Des salaires farmineux pour un rendement médiocre

Par : Rachid Abbad , In Liberté, Supplément Sports, lundi 18 février 2013 ©

 

Le rapport financier élaboré par les services de la Ligue de football professionnel en matière des salaires de joueurs, sur la base des contrats signés et déposés par les clubs, fait ressortir de grandes disparités salariales et une incohérence flagrante dans la gestion  des indemnités des joueurs.
A titre indicatif, un club de la Ligue 1, que la LFP ne cite pas, a plafonné ses salaires à hauteur de 200 000 DA pour chaque joueur, ce qui est totalement faux par rapport à la réalité du terrain, d’où l’octroi de qui dépassent parfois les 2 millions de salaires faramineux à des joueurs  16 clubs de la dinars. L’étude faite sur la base de 359 joueurs représentant les Ligue 1 professionnelle, avec une moyenne de 25 joueurs par club, fait ressortir chiffres qui ne reflètent guère la réalité. des
Ainsi, 37 joueurs soit 10% de l’effectif de la Ligue 1, perçoivent un salaire de moins de 200 000 DA ; la seconde tranche des joueurs, au nombre de 66, soit 18 % de l’effectif, touche entre
200 000 et 400 000 DA ; la troisième tranche, qui touche entre 400 000 et 600 000 DA est de l’ordre de 75 joueurs, soit une moyenne de 21% ; la quatrième catégorie, un peu plus nantie, touche entre 600 000 et 800 000 DA, ils sont 53 joueurs qui représentent 15% de l’effectif ; la cinquième catégorie de joueurs, au nombre de 42, soit 12 % de l’effectif, touche entre 800 000 et
1 000 000 DA ; curieusement, la sixième catégorie, qui perçoit entre 1 000 000 et 1 200 000 DA, ne touche que 6 % de l’effectif de la ligue 1, soit 23 joueurs seulement ; même la 7e tranche ne diffère pas trop de la précédente, qui oscille entre 1 200 000 et 1 400 000 DA, ne touche que 20 joueurs, soit 6 % ; enfin, la dernière catégorie de joueurs, qui touche les plus hauts salaires, entre 1 400 000 DA et 2 000 000, est au nombre de 43 joueurs et représente 12% de l’effectif de la Ligue 1. Un joueur comme Abderrahmane Hachoud, qui touche une mensualité de 320 millions de centimes au MCA, l’attaquant Amine Aoudia de l’ESS touche 250 millions, Mohamed Seguer de l’USMA et Laamouri Djediat perçoivent de 275 millions de centimes, Islam Slimani au CRB lui aussi est très nanti puisqu’il perçoit plus de 220 millions de centimes, Hadj Aïssa, Bougueche, Metref, Delhoum, Belkaid, Aksas, Belkalem, Bezzaz, Zaoui, Messaoud, et autre Zemamouche, restent de loin les plus gros salaires de la ligue, qui dépassent de loin les 2 millions de dinars.
Depuis l’avènement du professionnalisme en Algérie, lancé à l’orée de la saison 2010, la plupart des clubs des ligues 1 et 2 continuent de payer les joueurs comme au temps de l’amateurisme, et ce, nonobstant les mises en garde des commissaires aux comptes qui ont relevé plusieurs anomalies et incohérences dans la gestion salariale des clubs, qui reste très loin du mode de professionnalisme ; la culture de la malle et du sachet est toujours d’actualité chez nous ; des présidents de clubs continuent de verser des avances sur salaire qui atteignent parfois les 4 mensualités pour contourner la directive de la FAF qui avait, lors de la réunion de son bureau fédéral tenue la saison passée, interdit aux clubs de faire des avances sur salaire, mais les présidents font semblant de ne pas connaître la loi et continuent à la bafouer sans que cela n’émeuve personne.
La direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) de la FAF avait entamé des consultations avec certains clubs pour leur inculquer les nouvelles méthodes de compatibilité sportive pour qu’ils se mettent au diapason de ce qui se fait ailleurs. La FAF avait promis de ne plus tolérer ce comportement dès l’élection du nouveau bureau fédéral prévu en mars prochain à Oran ; Raouraoua a décidé d’en finir une fois pour toutes avec les bricoleurs.

 

 

 Bayern de Munich : 1,004 milliard d'euros / AC Milan: 725 millions d'euros /  Chelsea: 691 millions d'euros / Juventus de Turin: 532 millions d'euros / Manchester City: 529 millions d'euros / Liverpool : 499 millions d'euros / ...........Lyon est à la 15è place devant Marseille , 19è avec 218 millions d'euros ....alors que le Paris Saint-Germain n'apparaît pas dans le classement (Top 20)- Classement annuel  2012 du magazine Forbes concernant les clubs de football les plus riches:Real de Madrid: 2,57 milliards d'euros / Manchester United: 2,49 milliards d'euros / FC Barcelone : 2 milliards d'euros / Arsenal : 1,017 milliard d'euros / 

 

 

___------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Les salaires des joueurs professionnels en Algérie font débat actuellement (fin 2013) . La masse salariale mensuelle des 16 pensionnaires de la Ligue 1 laisse les observateurs sans voix. Les chiffres sont impressionnants. L’USM Alger avec une masse salariale de près de 49 millions de dinars (par mois) devance et de loin ses poursuivants immédiats, à savoir  le MC Alger et le CS Constantine qui libèrent près de 37 millions de dinars par mois au titre des salaires des joueurs. Ces trois clubs offrent les meilleurs salaires de la Ligue 1. Au hit parade des gros salaires, l’USM Alger caracole allégrement en tête, avec 14 joueurs qui perçoivent plus de 2 millions de dinars par mois. Un quinzième émarge à 2 millions de dinars. Sept des 14 joueurs ont un salaire mensuel brut qui dépasse les 3 millions de dinars chacun.

A la première année du professionnalisme (2010-2011), les Rouge et Noir avaient une masse salariale de près de 14 millions de dinars, elle est passée à 37 millions de dinars l’année suivante et 39 millions de dinars lors du troisième exercice (2012-2013). Pour l’exercice en cours (2013-2014), la masse salariale a grimpé jusqu’à près de 49 millions de dinars. Entre 2010-2011 et 2013-2014, les salaires à l’USM Alger ont explosé. Ils ont augmenté de 251% par rapport au niveau initial. Le MC Alger et le CS Constantine talonnent l’ USM Alger sur ce chapitre. Le Mouloudia compte dans son effectif 9 joueurs qui perçoivent des salaires de 2 millions de dinars et plus. Sur les 9 joueurs, un seul perçoit un salaire de 3 millions de dinars. Un joueur venu de l’étranger touche 2 200 000 DA et attend toujours pour jouer un match. En 4 ans, les salaires ont augmenté à 100%. Le CS Constantine est le club algérien qui a connu l’augmentation salariale la plus vertigineuse au cours des 4 premières années du professionnalisme. Cette augmentation a atteint le taux faramineux de 474%. Ce club compte 8 joueurs avec des salaires de 2 millions de dinars et plus. sans oublier un ex-joueur de la JSM Béjaïa, qui a quitté le club durant la phase aller et qui avait un salaire mensuel de 2 230 000 DA.

L’ES Sétif ferme la marche des 5 équipes avec des joueurs à gros salaires. Les salaires de ces 37 joueurs représentent  plus de 7,35 % de la masse salariale globale de l’ensemble des joueurs de la Ligue 1. La suite des salaires se répartit comme suit : de 0 à 100 000 DA, on compte 29 joueurs dont le salaire représente 7,61% du salaire global de la Ligue 1. Dans cette catégorie, il y un joueur de l’USM El Harrach, 3 au CR Belouizdad et autant au MO Béjaïa, 4 au CAB Bordj Bou Arréridj,  5 à la JS Kabylie, 6 à l’ASO Chlef et  7 à l’USM Alger.  
Dans la tranche de 100 à 200 000  (5,77%), 9 clubs — CABBA, JSK, MCA, MCO, ESS, CRBAF, JSMB et USMH — comptent respectivement un joueur qui émarge à ce niveau de salaire. Le CRB (2), l’ASO (2) et la JS Saoura (6) ferment cette catégorie de salariés.
De 200 à 300 000 DA, on compte 22 joueurs ventilés ainsi JSS (1), JSK (1), ESS (2), ASO (2), CRBAF (3), MCO (3) et USMH (4). Cette tranche représente 5,77% des salaires versés mensuellement.

Vingt-sept joueurs ont un salaire qui oscille entre 300 et 400 000 DA, c’est-à-dire un contingent qui représente 7,09% des salaires. L’USMH compte 6 joueurs, MCEE (4), JSK (3), CRB, JSMB, ASO, CRBAF, MCO, JSS, respectivement 2 joueurs.
 41 joueurs professionnels touchent entre 400 et 500 000 DA. Cette tranche représente 10,76% des salaires versés par mois. Le RC Arba est largement en tête avec 11 joueurs, suivi du MCEE et CRBAF (5 joueurs), USMH et JSK avec 4 joueurs, MOB, MCO et MCA (3 joueurs) alors que le CRB, l’ASO et le CABBA ferment la marche avec 1 joueur dans cette catégorie. C’est la catégorie de joueurs qui sont payés entre 500 000 DA et 1 million de dinars qui constitue le gros du contingent avec 127 joueurs, dont la masse salariale représente 33,33% des salaires. La  JSS compte le plus de joueurs rémunérés dans cette catégorie (14), suivi par la JSMB et le CRBAF (12), le CRB et le MCO (11), arrivent ensuite MCEE (9), ESS (8), ASO, MOB, JSK, RCA (7), CABBA et CSC (6), USMH (5) et USMA (1).

Au rayon des joueurs dont le salaire varie entre 1 million et 1  300 000 DA, on en compte 41, soit  10,76%. Ceux qui perçoivent un salaire qui varie entre 1 300 000 et 1500 000, sont au nombre de 24 joueurs. Entre 1 500 000 et 2 millions de dinars, ils sont 20 éléments.
 La masse salariale mensuelle des 381 joueurs de Ligue 1 se chiffre à 340 millions de dinars/mois. Pour l’année, l’enveloppe atteint le chiffre astronomique de 360 milliards de centimes. Rien que cela et pour quel résultat ! Pendant que des clubs amateurs souffrent le martyre pour joindre les deux bouts et maintenir en activité des milliers de jeunes footballeurs, le royaume des professionnels tire sur la corde sans retenue. C’est malheureusement la triste réalité d’un football qui a tourné le dos aux fondamentaux.
(c) compte-rendu de Yazid Ouahib/El Watan

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Pep Guardiola, l’entraîneur espagnol du Bayern Munich (Bundesliga / Allamagne) avec des gains évalués à 17 millions d’euros par an, est le technicien le mieux payé du monde, a révélé un récent sondage, effectué par « footmercato ». Curieusement, les cinq techniciens, qui se classent derrière lui dans le top-ten des entraîneurs les mieux payés viennent, tout comme Guardiola, de prendre en main les destinées de leurs clubs respectifs. Ce qui est le cas de José Mourinho à Chelsea (12 millions d’euros), Carlo Ancelotti au Real Madrid (7,5 millions d’euros) ou encore Tata Martino au Barça (5,4 millions d’euros). C’est dire toute la particularité de ce métier. Le Top 10 des entraîneurs les mieux payés :

 -1. Pep Guardiola (Bayern Munich/ESP) : 17 MÇ
 -2. José Mourinho (Chelsea/POR) : 12,2 MÇ
- 3. Marcelo Lippi (Guangzhou Evergrande/ITA) : 10,1 MÇ
- 4. Fabio Capello (Russie/ITA) : 9,4 MÇ
- 5. Carlo Ancelotti (Real Madrid/ITA) : 7,6 MÇ
- 6. Arsène Wenger (Arsenal/FRA) : 7,2 MÇ
- 7. Gerardo Martino (Barcelona/ARG) : 5,4 MÇ
- 8. Jürgen Klopp (Borussia Dortmund/ALL) : 4,3 MÇ
- 9. Manuel Pellegrini (Manchester City/CHI) : 4,15 MÇ
-10.
Jorge Jesus (Benfica/POR) : 3,9 MÇ.