Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Activités 2006 de la Gendarmerie nationale

Date de création: 24-05-2008 14:47
Dernière mise à jour: 05-03-2010 06:01
Lu: 712 fois


Selon le rapport 2006 de la Gendarmerie nationale, la criminalité générale a connu une augmentation de 24% par rapport à 2005; une augmentation imputée, en partie, à l'intensification du travail des services de la Gn.
Plus de 39 000 affaires ont été traitées à raison de 107 affaires/jour.
Les délits et crimes ciblant les personnes ont connu une hausse de 9%, les atteintes aux biens, 68%, les atteintes à la famille et aux bonnes mœurs 29%. La petite criminalité enregistre une baisse de 18% pour ce qui a trait aux affaires de vols avec violence. Les vols de véhicules et accessoires et les cambriolages explosent quant à eux avec 377% pour les premiers et 99% pour les seconds.
3 000 affaires de cambriolage ont été traitées par la Gn.
Les vols à main armée enregistrent une hause de 1% par rapport à 2005.
Les atteintes aux biens représentent le tiers de la criminalité.
Quatre types d'infraction ont augmenté : le cambriolage, le vol de cheptel, le vol de véhicules et le vol de câbles.
Les atteintes aux personnes arrivent en deuxième position.
Les coups et blessures volontaires comptabilisent à eux seuls 68% des atteints. Le nombre de viols est de 328 cas, les homicides volontaires 227, involontaires 595.
Le bilan chiffré fait état de 134 enlèvements dont 45 mineurs.
Oran arrive en tête du peloton avec 17 affaires de rapt et Alger en second avec 16 cas. Boumerdès, Sétif, Batna, Oum El Bouaghi et Tizi Ouzou sont, entre autres, les villes où sont exécutés des kidnappings qualifiés d'enlèvements de droit commun.
La délinquance économique fera un bond de 11% (1 154 affaires traitées) . A noter que les enquêtes menées principalement sur des entreprises publiques ont révélé qu'elles sont la " cible " d'une " faune d'escrocs ", individus connus pour la plupart, mais difficiles à appréhender du fait qu'ils utilisent des " écrans protecteurs ". Souvent de mèche avec des gestionnaires indélicats, les réseaux en question, usant de fausses qualités, de faux dosiers de clients, s'accaparent de quantités de marchandises avant de se volatiliser dans la nature, mettant ainsi les entrteprises victimes dans des difficultés financières (ex : Eriad).
La contrebande a baissé de 10%, mais si le nombre d'affaires a baissé, ce n'est toutefois pas le cas des quantités de carburant (+34%) et de denrées alimentaires (+28%). Le trafic de stupéfiants a connu également une hausse de 28% (cannabis saisi +8%, mais psychotropes - 87%). Par contre, la cocaine fait son apparition (7,64 kg saisi) ce qui dénote un redépoiement de la filière du trafic de drogues dures en provenance de l'Amérique latine et de l'Afrique, à partir ou vers l'Europe.