Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Hocine Meghlaoui- "L'Appel du sang"

Date de création: 11-09-2022 19:14
Dernière mise à jour: 11-09-2022 19:14
Lu: 314 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN HOCINE MEGHLAOUI- « L’APPEL DU SANG »

 

L’Appel du sang.Roman de Hocine Meghlaoui. Casbah Editions, Alger 2022. 317 pages, 950 dinars

 

L’Algérie en guerre, le joug colonial meurtrier et sanglant, ,des familles et des tribus meurtries, éparpillées, massacrées, des enfants devenus orphelins  et séparés de leurs racines, des itinéraires de vie plus ou moins heureux, l’Indépendance du pays qui est obligé d’être « à l’écoute du monde et de ses conflits » ,  la recherche de son identité.....la découverte  de pays étrangers (le Portugal sous la dictature de Salazar, le Liban avec ses provocations sionistes et ses conflits intérieurs , la France avec ses nostalgiques qui n’arrivent pas à digérer leurs pertes et leurs défaites...).Ça ,  c’est le décor !

L’histoire contée est simple (bien qu’elle soit un peu trop inondée de détails relevant du courrier diplomatique). Durant la colonisation , toute une tribu est massacrée par l’Armée française.....Deux petits enfants, encore bébés, des vrais jumeaux, Hassan et Hocine,   se retrouvent orphelins. L’un est sauvé par sa mère ....l’autre (que l’on croit mort ) a été , en fait, enlevé  et « adopté » par l’officier français ayant dirigé le massacre.

Le premier va se retrouver, après une scolarité brillante, officier des « services » et va parcourir le monde cumulant les exploits.....Au même moment, le second, lui aussi, protégé et « chéri » par l ’ épouse du militaire -un raciste impénitent- assassin (devenu Oas), ignorant sa filiation biologique (la circoncision ne voulant rien dire et le « père adoptif » n’ayant jamais avoué ses forfaits), sera le capitaine Henry dans le régiment de parachutiste au macabre palmarès, celui-là même qui avait été dirigé par son père « adoptif ».

Il a fallu que les guerres civile et contre l’envahisseur sioniste gagne  le Liban, pour que les deux itinéraires  se croisent et se reconnaissent,  dans un Beyrouth en ruines. La fin sera encore plus heureuse. : Si Mohamed, dit le Patriarche, chef du clan , peut désormais reposer en paix dans  une terre quittée en mai 1873. Il avait fuit , avec toute la tribu , la répression après qu’il ait abattu un colon et le caïd qui voulaient déposséder la tribu de ses terres ancestrales ,.........les deux frères étant revenus sur la terre des ancêtres trop longtemps abandonnée.  

 

L’Auteur :Diplômé de l’Ena (Alger). Diplomate de carrière (en poste en Asie, en Afrique, en Europe, en Amériques du Nord et du Sud), ancien Secrétaire général du Mae, directeur de cabinet du chef du gouvernement.....Retraité, il enseigne et écrit>.

Extraits : «  La meilleure façon de connaître un peuple est de vivre en son sein, d’être attentif à tout ce qui se dit, de partager sa cuisine et, comme a dit Platon, d’écouter sa musique » (p158), « Un pays paye avec la vie de ses enfants les erreurs faites par ses dirigeants dans leurs choix stratégiques » (p305), « Au pays du cèdre (Liban), il y a toujours eu deux fers au feu : la guerre et la diplomatie, l’une n’excluant pas l’autre » (p 307)

Avis Pourrait très facilement se transformer soit  en un film

(d’aventures et d’espionnage), soit en une série de télévision. L’auteur pourrait aussi écrire une suite ou plusieurs suites autour des « exploits » de Hassan et Hocine. Il est  temps pour notre société de nous inventer des héros plus actuels. On a eu un ou deux essais par le passé, mais hélas cela n’avait pas duré malgré le succès alors rencontré auprès des lecteurs.

Avertissement : Aucune histoire d’amour...mais seulement des non-dits.

 Citations : « Les vrais héros sont ceux qui défendent leur pays et non ceux qui asservissent les peuples » (p145), « La souffrance n’a pas de frontière et son seul antidote est le refus de la tristesse » (p156)