Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Maquam Echahid

Date de création: 04-09-2022 15:54
Dernière mise à jour: 04-09-2022 15:54
Lu: 53 fois


HABITAT- VILLE- ALGER - MAQAM ECHAHID........................................................................................ Inauguré en 1982, « Maqam Echahid», est devenu, depuis, le monument représentatif de l’Algérie et de sa capitale à l’intérieur et à l’extérieur du pays.A u fil des années, ce haut lieu mémoriel constitue  une destination incontournable pour les  officiels à l’occasion des commémorations des dates et événements qui ont marqué la  Révolution du 1er novembre 1954. Aussi, des présidents, des rois ou des princes en visite officielle ou amicale en Algérie, font une halte pour se recueillir à la mémoire des chouhada. Les touristes locaux ou étrangers qui visitent la capitale s’y  rendent également pour découvrir ce lieu de mémoire et d’histoire. Dédié à la mémoire des chouhada,  il a été initié par l’ancien président, Chadli Bendjedid, au début des années 1980, sur l’emplacement d’un ancien fort militaire. Surplombant la ville d’Alger, dans la commune d’El Madania, il permet une vue panoramique sur la baie de la capitale.  Le monument, d’une hauteur de 92 mètres, est  construit selon le design de l’artiste peintre Bachir Yellès, décédé le 16 août 2022, à l’âge de 101 ans.  L’édifice dans sa conception évoque les trois périodes de l’histoire contemporaine de notre pays, à savoir les résistances populaires, la guerre de libération et l’indépendance. Composé de trois feuilles de palmier, l’arbre symbole du grand sud, construites en béton, celles-ci se rejoignent à mi-hauteur (47 mètres). Les trois façades, ou pieds de l’édifice, est divisé en  cinq étages,   dont quatre sont réservés aux installations techniques. Le dernier, surmonté d’une tourelle de style architectural arabo-islamique d’un diamètre de 10 mètres et d’une hauteur de 25 mètres, est surmontée d’un dôme de 6 mètres, visible de loin dès l’entrée dans la capitale. A la base de chaque feuille, une grande statue représente  un résistant des révoltes populaires au début de la colonisation française, un combattant de l’Armée de libération nationale et un soldat de l’Armée nationale populaire. Ces trois sont l’œuvre  du sculpteur polonais Marian Konieczny (1930-2017). La construction de ce monument,  par la société canadienne Fitzpatrick et son homologue Lavalin, a duré 9 mois. Un véritable complexe d’histoire et de mémoire,  en plus du Sanctuaire du martyr,  la flamme du souvenir et le Musée national du moudjahid, dans son sous-sol, sont également des symboles à la mémoire des chouhada. Etant son prolongement, l’esplanade de Riadh El Feth est un espace de promenade et de commerce. Pour y accéder, le  téléphérique au niveau du Jardin d’essai est le moyen de transport favoris pour profiter de la vue époustouflante sur la baie d’Alger et la Grande bleue. En se rendant dans cet endroit, le touriste en plus de visiter le musée du moudjahid, qui possède une  collection riche d’objets et de tableaux représentant des personnalités historiques,  des photographies d’événements importants, il peut faire une balade dans le bois des arcades ou voir un film dans les salles de cinéma.