Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Institut français d'Algérie/Entretien Dg (II/II)

Date de création: 23-06-2022 19:40
Dernière mise à jour: 23-06-2022 19:40
Lu: 108 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- ENQTES ET REPORTAGES- INSTITUT FRANÇAIS D’ALGÉRIE /ENTRETIEN DG (II/II)

© www.24hdz.com/Fayçal Métaoui, 23juin 2022

Vous insistez souvent sur la nécessité d’attirer de « nouveaux publics »  à travers « la culture urbaine ». Pourquoi?

La culture urbaine, c’est la danse, le breakdance, le rap, le street art, le skateboard…Le programme culturel qui prend en compte ces formes d’expression peut plaire et attirer les jeunes. Nous avons repensé notre programmation au niveau des Instituts pour répondre à la demande du public, notamment des jeunes. Une demande importante surtout que les jeunes sont majoritaires en Algérie. Les gens veulent parfois des spectacles de théâtre, de danse, etc (…) Nous avons commencé à présenter des conférences en langue arabe.

Il y a plus d’une année, nous avons organisé les rencontres Ibn Khaldoun. Des conférences ont été faites en ligne en raison de la pandémie de Covid-19. Nous voulons aller aussi vers un contenu en arabe pour consacrer l’idée que la culture, c’est pour tout le monde, pas uniquement pour les francophones. Nous voulons par exemple faire des podcasts sur les auteurs français en arabe.

Les Instituts français d’Algérie (IFA) vont-ils sortir de leurs murs ?

C’est une priorité. Il faut aller vers d’autres publics dans les quartiers où, par exemple, il y a moins d’offres culturelles. Beaucoup de gens pensent que les IFA sont fermés sur eux même, que l’accès est payant et que l’entrée n’est réservée qu’à l’élite francophone. Pour montrer ce que nous faisons, nous sommes obligés d’aller vers ce public, notamment vers les jeunes arabophones. Il s’agit aussi d’aller vers des villes où nous ne sommes pas présents comme Tamanrasset et Ouargla. Nous travaillons beaucoup avec nos partenaires publics ou privés en Algérie. Nous discutons avec l’Office Riadh El Feth (OREF) et avec le Théâtre national d’Alger (TNA) pour travailler ensemble. Nous collaborons déjà avec le Théâtre régional d’Oran(TRO). Il existe une demande de la cinémathèque algérienne aussi pour travailler ensemble.

Avez-vous préparé une programmation à l’occasion des 19ème Jeux Méditerranéens qui se déroulent à Oran du 25 juin au 6 juillet 2022 ?

Oui, il y a une programmation spécifique. Les Jeux Méditerranéens sont un moment important. La délégation française est composée de 450 personnes dont 350 athlètes avec la présence de franco-algériens. Le Comité d’organisation des jeux nous a sollicités pour proposer une programmation culturelle. Il y aura du cinéma, du théâtre, du breakdance, du basket de ville, des débats d’idées avec des conférences autour du sport.

Il existe cinq IFA en Algérie (Alger, Tlemcen, Constantine, Oran et Annaba). Avez-vous un projet pour ouvrir d’autres antennes dans le pays?

C’est important de travailler dans d’autres villes mais pour ouvrir une nouvelle antenne, cela exige des moyens financiers et humains. On verra plus tard. Mais, là nous travaillons pour déployer une activité culturelle avec nos partenaires algériens.

Dans un texte publié sur le site de l’IFA, vous évoquez « l’héritage méditerranéen commun ». Existe-t-il des projets allant dans ce sens au-delà des Jeux Méditerranéen ?

Nous avons essayé de penser notre programmation culturelle en intégrant de façon transversale la thématique de la Méditerranéen et de l’Afrique. Lors de la semaine de la francophonie de mars 2022, la thématique était la francophonie africaine. Au salon international du livre d’Alger, nous avons invité des auteurs francophones africains et méditerranéens. Nous prévoyons des activités avec l’Institut culturel italien à Alger pour le cinéma. Pour nos conférences, nous voulons inviter aussi des intervenants d’Afrique ou de la région méditerranéenne.

A propos du cinéma, qu’en est-il de la coproduction cinématographique entre les deux pays?

Entre producteurs des deux pays existe constamment des projets. Au niveau de l’Institut français, il y a des appels à candidature et des programmes d’aide à la réalisation cinématographique. Nous avons un programme de soutien à l’écriture, à la réalisation et la post-production pour des films tels que « La dernière sultane d’Alger » et « Meursault, contre enquête ». Nous continuerons à soutenir des films algériens. Il y a une création cinématographique très riche en Algérie qu’il faut appuyer….

Qu’en est-il des échanges entre artistes algériens et français. Y a-t-il des projets en ce sens?

Nous finançons déjà des résidences d’artistes algériens en France. Actuellement, une quinzaine d’artistes algériens sont en résidence. Nous demandons aux artistes français, qui viennent en tournée en Algérie, de faire des master class. Des artistes qui ont assuré un ciné concert ici à l’IFA ont animé un master class avec des jeunes algériens.

La restitution s’est faite sur scène autour du film Hassan Terro (de Mohamed Lakhdar Hamina, sorti en 1968 ). Nous voulons que les artistes français prennent contact avec les algériens au lieu de faire des concerts ou des spectacles et repartir sans voir grand chose de l’Algérie. Nous envisageons d’organiser une résidence d’artistes français et européens en Algérie. Ils vont rester plusieurs mois pour faire des créations. Nous organisons aussi des mini résidences comme avec le film documentaire avec  Lab Dz et une résidence d’écriture à Timimoun.

N’y a-t-il pas de complication pour les artistes dans l’obtention des visas, dans les deux sens ?

C’était compliqué en raison de la Covid-19 et du manque de vols. Les flux artistiques sont bien répartis actuellement. Les artistes algériens obtiennent des visas sans difficultés. Idem pour les artistes français qui viennent en Algérie.

Les artistes algériens ne sont-ils pas touchés par la réduction des visas, côté français, de 50 % ?

Non. Les étudiants, les artistes et les hommes d’affaires obtiennent les visas. C’est important pour nous de continuer à garder ce flux de part et d’autre.