Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Cherif Chikhi - "Diplomatie et Médias"

Date de création: 11-08-2021 18:14
Dernière mise à jour: 11-08-2021 18:14
Lu: 813 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI CHÉRIF CHIKHI DIPLOMATIE ET MEDIAS »

Diplomatie et médias. Essai de Chérif Chikhi.Editions Dahlab, Alger 2020, 149 pages, 1000 dinars

La communication diplomatique, c’est évident , joue un rôle très important dans la gestion et l’évolution des relations internationales. Et ce, depuis la nuit  des temps.De nos jours, partout à travers le monde développé, on   a su promouvoir les voies, moyens et techniques d’information, pour bien d’entre-elles très originales, et maîtriser les outils dont les organes de presse classiques…..et les hommes, des journalistes y compris .C’est ce qui a fait que, très tôt, l’enseignement des  Sciences politiques (et de l’Administration) a fait jonction avec celui du Journalisme et des sciences  de la Communication et  l’Information. (note : j’ai eu l’honneur d’animer  ,durant quelques années, en section Diplomatie/Ena , une Conférence de méthode , la seule à l’époque je crois, sur  le « nouvel ordre international de l’Information »)

Chez nous, en Algérie, nous nous sommes retrouvés « coinçés » dans les filières traditionnelles, la pratique de la diplomatie étant devenue une sorte de « chasse gardée » . Après la première grande vague des « anciens » de la guerre de libération nationale suivie des « vaguelettes »  des protégés du « système », nommés pour la plupart en guise de « récompense » ou  «d’éloignement »,   est venu le temps  des lauréats de l’Ena, section Diplomatie (surtout, bien qu’il y ait eu quelques « intrus » dont d’anciens de la presse : Benmehal (Aps) , M. Mili (El Moudjahid-hebdo, Aps et Mic), Zerouala,  Baba Ali (Aps et Mic), Achache M’hand (si !si !), A. Bensalah (si !si !), Antar Daoud (Télé) ,Belkacem Madani (Aps), Aziz Sbâa (Horizons…)…..

Cela ne veut aucunement dire que le pays n’a pas connu de grands diplomates, devenus experts en communication : durant la guerre , bien après et aujourd’hui. La création , par le Mae , de l’Idri (après la mise entre parenthèses de la section Diplomatie à l’Ena) a, certainement ,aidé   à mieux appréhender la problématique de la com’diplomatique , à mieux connaître les ressorts de la com’ internationale (et nationale) et ce, grâce à l’enseignement par des anciens. C’est ce que je crois avoir saisi en parcourant l’ouvrage de Chérif Chikhi.

A travers moult exemples de terrain, il a su démonter le mécanisme de la communication diplomatique internationale (les lobbies, la désinformation,la propagande, les mensonges, les falsifications, le tripotage d’images, la « twiplomatie », la diplomatie digitale, les campagnes d’intoxication….le tout avec des exemples précis à l’appui )  , bien que ne s’attardant pas assez ou pas du tout sur l’organisation et les ressorts de la communication diplomatique nationale…….produite par  l’ Algérie .On aurait mieux apprécié les « gaps » à combler…..dont le plus important, développé surtout durant les années 2000-2020, celui du  journaliste algérien totalement « méprisé » et celui des organes soumis (quand ils ne se sont pas totalement  écartés) aux caprices et humeurs  du  grand et unique « Réd Chef ». Ainsi que de certains responsables (pas tous, heureusement) passant bien plus leur temps à donner des « leçons de journalisme » et des « communiqués » à publier in-extenso que des infos structurées, à exploiter librement  et non pas seulement à diffuser telles quelles.

 

 

L’Auteur :Diplômé de l’Ena, section Diplomatie. Fonctionnaire au Mae,  puis ayant exercé auprès de plusieurs ambassades algériennes à l’étranger.Ambassadeur d’Algérie en Ukraine, au Vietnam….et enseignant à l’Idri (Alger).

Extraits : « Les bons journalistes sont ceux qui sont un peu historiens, qui ont le sens du temps qui comprennent que dans le présent il y a une histoire aussi, il y a un passé.Et puis, il faut aussi être un peu sociologue, connaître les sociétés, leur démographie, leur culture, leurs particularités…Ensuite , il y a des tours de main (note : les « ficelles ») , pour le journalisme comme pour n’importe quel métier, il y a une habileté , il y a une technique…. » (p 41), « Pour les diplomates, la fuite calculée peut servir à faire avancer une cause ou à déstabiliser des adversaires car ils savent pertinemment que les médias, donc les journalistes influencent les opinions publiques « (p 66)

Avis : Ouvrage destiné beaucoup plus aux  étudiants, futurs diplomates (Td) qu’aux diplomates eux-mêmes, le sujet étant peu attirant pour le commun des citoyens, bien que préoccupant.Texte bien « amené » et très riche en informations….. mais livré en vrac….. au « kilomètre » et d’un seul tenant. Quelques photos.

Citations « Le choix des mots est, assurément, précieux dans la communication diplomatique » (p 9), « La parole, jure-t-on, est comparable à l’eau. Une fois versée par terre on ne peut plus la ramasser » (p31), « Le mensonge ou la fourberie tendent à éloigner la confiance alors que l’habileté diplomatique consiste, plutôt, à l’inspirer » (p 35)