Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Amine LKherbi - " Sur le toit du monde....."

Date de création: 11-08-2021 18:11
Dernière mise à jour: 11-08-2021 18:11
Lu: 843 fois


RELATIONS INTERNATIONALES-BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI AMINE KHERBI- « SUR LE TOIT DU MONDE…… »

Sur le toit du monde. Chroniques américaines. Essai de Amine Kherbi.Anep Editions, Alger 2021  , 301 pages, 1 080 dinars

Son premier ouvrage était un ensemble d’articles, d’études et de documents de position élaborés parallèlement à son travail de diplomate. Ils couvrent le vaste champ des relations internationales, les questions régionales et celles relatives aux processus d’intégration économique, à la politique de développement et à l’action extérieure de l’Algérie. Les enjeux de sécurité pour l’Algérie sont abordés dans le contexte d’un environnement régional troublé et incertain ainsi que d’une mondialisation débridée.

Son second, celui-ci, est une récap’ d’ écrits , notes et chroniques de l'auteur qui était alors ambassadeur aux Etats-Unis de 2005 à 2008, sous la présidence de George Bush. Il s'est attelé, dès son arrivée, à tenir une sorte de journal dans lequel il transcrivait toutes ses observations sur le fonctionnement de cet État, de ses institutions, mais aussi de ses citoyens. Sa conclusion est nette et claire. Pour lui, «si les USA sont une grande démocratie, cela s'explique par des institutions fortes conçues, depuis la naissance de ce pays, qui ont fonctionné de manière durable et un engagement citoyen ».

Il note , aussi, « le déclin relatif de l’Etat et la montée en puissance de la nation dans un contexte de mondialisation qui a changé les règles du jeu international et favorisé une évolution du système au rythme des recompositions géopolitiques, des redistributions des cartes de l’économie mondiale et du déplacement des centres d’intérêt vers la zone Asie-Pacifique »

 

 

L’Auteur :      Diplomate de carrière .Ministre délégué aux Affaires étrangères, conseiller auprès du président de la République , A.Bouteflika, ambassadeur dans plusieurs pays (dont aux Usa : 2006-2008) ,  enseignant à l’Idri, 2018-2019 (Mae)…Auteur , entre autres, en 2018 (Editions Anep) de « L’Algérie dans un monde en mutation : regards sur la politique économique, la sécurité nationale et les relations internationales ».

Table des matières : Au lecteur/Avant-propos/ Introduction/Chapitre I :Le paradoxe américain des temps présents/ Chapitre II : Les ambivalences de la politique extérieure des Etats-Unis/ Chapitre III : Les enjeux de sécurité pour les Etats-Unis/ Chapitre IV : Le temps des ruptures/ Chapitre V : Chroniques/Conclusion/Epilogue (jusqu’à février 2021….l’ouvrage ayant été terminé en novembre 2019)/Postface : In memoriam, hommage à Raouf Boudjakdji/Remerciements/ Annexes(p 251 à 298)

Extraits : « Plus que dans la plupart des pays, le système politique américain est dépendant de l’opinion publique » (p9), « Les Etats Unis font la fierté de leurs ressortissants qui sont tournés résolument vers la vie intérieure de leur pays. Le rêve américain continue d’enflammer leur esprit et d’affirmer leur engagement.Cela engendre également l’individualisme et l’exceptionnalisme moral qui fondent l’état d’esprit des élites » (p17), « Le nouvel exceptionnalisme américain , qu’exprime la stratégie de sécurité nationale, est un mélange disparate qui évoque à la fois la primauté américaine et l’équilibre des puissances »( p233)

Avis : Rapport d’un diplomate. Pour comprendre l’Amérique (les Usa) bien plus que les Américains. Facebook


 

Citations : « La politique n’est pas une estimation objective d’intérêts.Le monde réel est autre.Comme celle de tous les autres pays, la politique américaine est pleine de dilemmes, de compromis, d’ambiguïtés et de contradictions » (p31), « Paradoxalement, l’Amérique a été tantôt le moteur de la coopération multilatérale, tantôt son frein. Ce sont ses intérêts nationaux qui dictent, en définitive, ses choix » (p57), « Il n’est pas évident que le primat de la puissance conduit inévitablement à la création de liens forts entre le pouvoir politique et la société civile » (p233)