Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Noureddine Ayadi - Kidal vaut bien une guerre....." (I/III)

Date de création: 22-04-2024 11:01
Dernière mise à jour: 22-04-2024 11:08
Lu: 15 fois


 

RELATIONS INTERNATIONALES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI NOURREDINE AYADI- « KIDAL VAUT BIEN UNE GUERRE...... » (I/II)

 

Kidal vaut bien une guerre. L’Algérie et la France au Mali et au Sahel.Influence vs Puissance. Autopsie d’un conflit géopolitique. Essai de Nourredine Ayadi. Editions Dar El Qobia, Alger 2024, 492 pages, 2 500 dinars

Les pays du Sahel ? Depuis quelques années un véritable casse-tête pour nos diplomates et autres spécialistes en relations internationales.Casse-tête, car devenu  une « bouteille à encre », avec ses bouleversements politiques et les jeux politiciens, et au sein de laquelle il n’est pas (et plus) facile de faite la part des choses.

La chose politique se retouve bien compliquée à cerner en raison des interventions récurrentes, visibles ou souterraines, de pays étrangers,  et ce pour des intérêts multiples allant du matériel  à  l’économique  et au militaire.

Au Sahel , et c’est plus qu’évident, et tout particulièrement au Mali, sujet central de l’ouvrage, la France, ancienne puissance coloniale a développé dans la région la politique de ses intérêts qui ne sont seulement économiques, mais qui sont liés à son statut international, à son passé colonial, à la nécessité de maintenir les attributs de sa puissance, basée sur une approche de la pacification par l’utilisation de la force. Sans oublier que l’intervention franco-occidentale en Libye a forment perturbé l’équilibre régional et introduit dans les pays riverains tous les éléments d’une déstabilisation. Les Etats-Unis ne sont pas absents de la scène....ainsi que le Maroc.....et même la Suisse. L’Algérie , pour sa part, est, aussi, présente. Elle ne pouvait pas ne pas être partie prenante dans toute évolution et dans tout arrangement concernant la région sahélo-sahélienne, ne pouvant se permettre d’accepter sans réagir, le développement, à ses frontières d’une situation chaotique contraire voire hostile à ses intérêts vitaux. Et , par principe, elle n’a jamais été favorable à la présence de forces étrangères dans la région, convaincue que les solutions aux  problèmes  ne peuvent pas être militaires. Une stratégie de dialogue, de paix et de réconciliation tout à fait à l’opposé des stratégies de puissance initiées par les autres. De ce fait, elle allait entamer un travail sérieux et approfondi au sein d’un mécanisme interne mis en place à l’effet de réunir toutes les conditions politiques d’un lancement réussi du dialogue inter-malien et de préparer les moyens financiers, matériels et logistiques nécessaires à cet effet. Résultat de la (longue, durant 18 mois, à Alger , harassante et assez coûteuse) course, la signature d’un « Accord pour la  Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger », à Bamako le 15 mai 2015 (il avait été paraphé  le 1er mars, à Alger, par le gouvernement malien et les mouvements dits de la Plateforme d’Alger, ainsi que par tous les nombreux membres de la médiation....dont la France qui , pourtant, avait « plusieurs cordes à son arc » dont celle d’empêcher l’Algérie de réaliser un exploit.....complété le 20 juin 2015 par la signature  de la Coordination des mouvements de l’Azawad).

Le reste , avec toutes ses dérives, est  une autre histoire.....tant il est vrai  qu’ « une paix ne se gagne jamais à travers une simple signature, mais à travers le respect des engagements pris » .Et, qu’une «  réconciliation se signe dans les faits avec l’arrêt total des comportements de rancœur  »

 

 

 

L’Auteur : à Sétif en 1956. Etudes à l’Ecole nationale d’Administration (Alger).Diplomate de carrière (Aiea, Onudi, ministère des Affaires étrangères, ambassadeur, Sg du Mae puis Sg et Directeur de cabinet à la Présidence de la république (2019)..... 

Table des matières :Préface/

Préliminaire :enseignements d’un conflit géopolitique./Titre 1 : Mise

 en place des

conditions d’un conflit programmé/Titre 2 /Stratégie

de puissance : l’interventionmilitaire

française/ Titre 3 :Stratégie de paix et de récon-

ciliation : la médiation algérienne/Notes de con-

clusion/ Note : la rédaction de cet ouvrage a été

achevée en mai 2022.