Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Récit Ghoulem Berrah (Dr)- "Mes missions confidentielles.Le dossier Boumediene/Houphouet Boigny

Date de création: 15-01-2024 19:03
Dernière mise à jour: 15-01-2024 19:03
Lu: 90 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- RECIT GHOULEM BERRAH (Dr)- «  MES MISSIONS CONFIDENTIELLES.LE DOSSIER BOUMEDIENE/HOUPHOUËT BOIGNY »

 

Mes missions confidentielles. Le dossier Boumédiène/Houphouët -Boigny. Récit de Ghoulem Berrah (Dr), Casbah Editions, Alger 2023 , 206 pages, 1 300 dinars

 

 

Des conversations (en réalité des échanges épistolaires) plus que fascinantes. Au-delà des problèmes politiques et économiques abordés au fil du temps et selon les événements, à travers un émissaire, fidèle aux deux leaders et surtout à leurs idées et avis, on plonge dans la réalité de l’exercice – difficile - du pouvoir, car faisant face à des équations quasi- impossibles (en apparence et sur le moment) à résoudre..........La réalité des discussions hautement confidentielles, à la limite secrètes et pourtant décisives quant à la marche du monde.

Houari Boumèdiène, l’Algérien......Houphouët Boigny, l’Ivoirien, deux monstres politiques africains d’une époque alors très bousculée par des problèmes et obstacles entravant l’indépendance vraie, totale, c’est-à-dire économique, industrielle et financière et pas seulement politique, de l’Afrique et du Tiers -monde. Ceci sans omettre les questions liées à la Palestine et aux restes du colonialisme......avec même le risque de voir Israël   s’installer .....en Afrique.  Tout ceci, aussi, pour éviter d’être pris entre le marteau soviétique et l’enclume américain.....la Chine ne s’étant pas encore totalement  réveillée. (A noter qu’au départ les deux présidents défunts, en l’occurrence, Houari Boumediene et Félix Houphouët Boigny, étaient deux personnalités aux  convictions , a priori, qui semblaient s’opposer.On peut dire que grâce au Dr Berrah, on passe de relations méfiantes et glaciales dans les années 1969, (rappel de l’ambassadeur d’Algérie en Côte d’Ivoire) à une grande amitié entre les deux chefs d’Etat, amitié scellée dès leur première rencontre en mai 1973 au Xème Sommet de l’O.U.A. à Addis-Abeba et confirmée quelques mois plus tard au Sommet des Non-alignés en septembre 1973 à Alger)

En même temps, au-delà de l’importance immédiate des contenus des messages échangés, on se retrouve avec des leçons de sciences politiques , stratégies et tactiques confondues, toujours adaptées aux situations rencontrées ou à venir.

On relève , aussi, combien est difficile la tâche d’un émissaire dans lequel est placées une confiance absolue des deux côtés. Un émissaire discret, rapide   et, surtout, efficace qui, à travers des « confidences », a fait montre, en tant qu’artisan infatigable de la paix, d’un talent exceptionnel.....qui a eu, tout de même, la chance de côtoyer des « leaders qui inspirent », des leaders prônant le « compter sur ses propres forces ». Cinquante ans après, pour lui, la situation, en Afrique, ne s’est guère améliorée et , écrit-il a vant son décès, en 2022, « il est temps d’arrêter de blâmer la colonisation pour tous les maux de l’Afrique, de prendre le taureau  par les cornes et d’avancer résolument dans la voie du progèrs » . Certains l’ont certes entendu, mais bien d’autres non.Hélas !   

 

L’Auteur : Né en mai 1938 à Ain Beida et décédé en mars 2011 à Miami (Usa).Membre fondateur de l’Ugema, études de médecine, professeur de virologie (Université de Yale), membre de l’Académie des sciences de New York, émissaire , ambassadeur et conseiller spécial (1965-1993) du premier président de Côte d’Ivoire, Houphouët-Boigny.Il s’est retiré de la vie politique après le décès du président Houphouët -Boigny en 1993.

Sommaire : Remerciements (Vve Dr Ghoulem Berrah/Avant-propos/ Introduction/16 chapitres/Epilogue

Extraits : « J’étais son conseiller spécial et son émissaire.Lui était un leader, un virtuose.Lorsqu’on lui donnait la première note d’une partition, il la jouait mieux que tout le monde.Une bougie ne pouvant éclairer une autre bougie, le président Houphouët-Boigny était un phare » (p 15), « On ne reste pas dans la fourmilière pour se débarasser des fourmis, il faut une stratégie.La guerre peut durer longtemps, mais même la guerre de Cent ans n’ a pas duré cent ans, il y a eu des répits » (p 31), « L’Afrique a d’autres atouts, mais elle manque de confiance en elle. Les Arabes ont davantage d’atouts, cependant, ils ont jusqu’ici manqué de confiance en eux-mêmes » (Houphouët-Boigny, p 50),

« L’Afrique est encore vierge et n’a pas dit son dernier mot.L’Europe et l’Amérique vieillissent, s’épanouissent et s’essoufflent.L’Afrique détient les cartes maîtraisses de l’humanité » (Houphouët-Boigny, p 53), « Israël est et restera un corps étranger qui sera appelé à s’intégrer ou à disparaître......Il en est de même pour l’Afrique du Sud qui constitue le même problème qu’Israël, un corps étranger qui sera phagocyté »  (Houphouët-Boigny,  p 61), « La paix qu’on nous impose est une paix rentable seulement pour ceux qui suscitent la guerre afin de continuer à placer leurs armes. Seuls les ateliers des engins meurtriers ne fermeront jamais leurs portes.Ils reprennent par la vente d’armes ce  qu’ils sont obligés de céder pour obtenir les matières premières et le pétrole » (Houphouët-Boigny ,p 135), « Nous sommes partisans de ce qui peut paraître une vue de l’esprit ;un Etat démocratique et laïque, où chacun trouvera sa place.C’est la solution idéale, sinon la contradiction demeure.Les Etats -Unis sont les amis des Arabes, mais aussi d’Israël.Si le choix s’impose, ils seront toujours du côté d’Israël » ( Houphouët-Boigny, p 140), « Cet Etat (note : Israël)subira le sort de l’Afrique du Sud, des blancs d’Afrique du Sud ; cet Etat finira éventuellement par s’intégrer dans la région, et il s’y dissoudra ; dans le cas contraire, il sera complètement rejeté.....il fait laisser faire le temps » (Houphouët-Boigny, p 152), « Tant que les Palestiniens n’auront pas de patrie, la place qui leur revient en Palestine, il n’y aura pas de paix » (Houphouët-Boigny, p 171),                                                                                      .

Avis :Un ouvrage du genre documentauire de première main.Pour mieux comprendre la pesonnalité politique du président H. Boumédiène et de Houphouët -Boigny, mais aussi et surtout pour mieux comprendre les évolutions de bien des problèmes africains et internationaux  (dont celui de la Palestine)

Citations : « Dans la vie, les amis les plus sûrs ne sont pas toujours ceux qui vous donnent raison. Dans la vie, les mieux considérés sont souvent les ennemis du bien » (Houphouët-Boigny, p 44) « Quand on aime une femme on l’aime telle qu’elle est. Dès que l‘on commence à lui dire les raisons pour lesquelles on l’aime, ses yeux, ses cheveux, son corps ou autre,  c’est qu’on ne l’aime plus » (Houphouët-Boigny ,p

55), « Pour être quoi que ce soit, il faut d’abord exister. Et on n’existe pas en chantant, en pleurant ou en quémandant.On n‘existe que si l’on est indépendant économiquement, et que l’on n’est pas obligé de tendre la main continuellement » ( Houari Boumédiène, p 84), « On n’est jamais seul quand on a raison » (Houari Boumédiène, p 98),  « Par nationalisation, j’entends donner une carte d’identité à la matière première produite dans chaque pays. Chaque pays doit être propriétaire de toutes ses richesses naturelles. Je ne crois pas que cela veuille dire socialisme » (Houari Boumédiène, p 179), « La véritable richesse se trouve dans la terre inépuisable. Le pétrole, en revanche, semble abrutir ceux qui le possèdent.Il pousse à la paresse et il est toxique »  (Houari Boumédiène p 181), 

-------------------------------------------------