Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Economie

Journe du Mercredi 24/06/2021

<< juin 2021 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2



-Des entreprises algériennes sondées ont indiqué avoir perdu en moyenne 50% de leurs chiffres d’affaires (CA) en 2020 à cause de la pandémie du Covid-19, dont une majorité de PME, selon une enquête présentée ce jeudi à Alger par le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD). Par secteurs, ceux des services et de la manufacture ont été les plus impactés, a fait savoir le chercheur au sein du CREAD, Mohamed Kadi, à l’occasion d’une journée d’étude sur l’impact socio-économique de la pandémie de la Covid-19 en Algérie. Dans son intervention autour de l’impact de la pandémie sur l’activité des entreprises en Algérie, M. Kadi a souligné que selon l’enquête, le secteur du transport de marchandises a connu "paradoxalement" une perte de 90 % du CA en 2020, suivi du secteur des services et le secteur de l’industrie agroalimentaire. Suite au confinement imposé pour lutter contre la propagation de la pandémie l’an dernier, 93% des entreprises interrogées ont noté des difficultés à commercialiser leurs produits. 63% d’entre elles ont dû opter pour un arrêt total de l’activité à cause du confinement ou l’absence de clients. De plus, 11% des entreprises interrogées ont affirmé avoir été impactées par le confinement du personnel et le manque de transport alors que 8% d’entre elles ont relevé des problèmes de financement et l’augmentation de leurs créances durant cette période. Selon le chercheur au sein du CREAD, 56% du personnel n’a pas pu rejoindre son lieu de travail en 2020 à cause de la crise sanitaire. Un impact ressenti de façon plus importante dans les secteurs des services et celui du BTP. Sondées quant à la probabilité d’ocurence de certains événements dans six mois, les opérateurs économiques ont indiqué, à 21%, qu’ils envisagent une reprise de l’activité, 12% la réduction de leur effectif, 10% présagent une tension sur la trésorerie, 11% envisagent la fermeture de leur entreprise et 10% prévoient le report de leurs investissements. Par ailleurs, M. Kadi a énuméré les mesures nécessaires pour accompagner les entreprise face à la crise sanitaire, plaidant pour le report des charges sociales et fiscales, la proposition d’un crédit exceptionnel aux entreprises avec un taux bonifié et la couverture de la fluctuation du dinar.