Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Communication ( et Presse)

Journe du Samedi 03/12/2023

<< décembre 2023 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5



-Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a annoncé, dimanche à Alger, une série de mesures au profit des médias nationaux, sous forme d'aide indirecte. Présidant la cérémonie de remise du Prix du président de la République du journaliste professionnel dans sa 9e édition organisée au Centre international de conférences (CIC) "Abdelatif-Rahal", à l'occasion de la Journée nationale de la presse, le Président Tebboune a annoncé, dans une allocution lue en son nom par le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, une "série de mesures au profit des médias nationaux, sous forme d'aide indirecte". Parmi ces mesures, le président de la République a cité "la révision à la baisse des tarifs d'abonnement au fil de l'Agence Algérie Presse Service (APS) au profit des médias nationaux et de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le taux et mesures y afférentes devant être fixés dans le projet de loi de finances complémentaire".......................................................... -Le Président Tebboune a également décidé "une réduction de 33% à 36%, des tarifs d'hébergement des sites électroniques auprès d'Algérie Télécom (AT), parallèlement à l'augmentation de sa capacité, outre la réduction des loyers au niveau de la Maison de la presse". Le président de la République a également décidé de baptiser les centres des médias au niveau des stades, de noms de journalistes sportifs, et de réduire les prix des billets d'avion d'Air Algérie au profit des journalistes sportifs chargés de la couverture des compétitions africaines. A cette occasion, le Président Tebboune a décidé de charger le ministre de la Communication et la Direction de la Communication à la Présidence de la République, d'élaborer "une étude pour la relance du Fonds d'aide à la presse" et "une approche pour réguler le marché publicitaire". Le président de la République a, en outre, chargé le ministre de la Communication de "trouver une solution définitive au dossier des logements sécuritaires de Sidi Fredj".(Note : Le problème de l’hébergement des journalistes dans les établissements hôteliers à Sidi Fredj. Plus de 200 journalistes jusqu’à aujourd’hui ont vue leur situation régularisée et ,actuellement, 24 cas seulement attendent de voir leur situation prise en charge) Dans son intervention, le président de la République a rappelé les engagements pris lors de sa campagne électorale en faveur de la presse nationale, à travers sa promotion, précisant que la législation régissant le secteur avait été parachevée, suite à la promulgation de la loi organique relative à l'Information et des lois relatives à la presse écrite et électronique et à l'activité audiovisuelle, dans l'attente de la parution de leurs textes d'application. Ces textes, poursuit le Président Tebboune, seront suivis par l'installation de l'Autorité de régulation de la presse écrite et électronique, de l'Autorité nationale indépendante de régulation de l'audiovisuel et du Conseil d'éthique et de déontologie. Ils "apportent de grands avantages pour le secteur de l'information, dont l'adoption du système de déclaration pour la création de journaux écrits ou électroniques, les nombreuses mesures prévues pour la protection des journalistes, le caractère obligatoire de la formation, l'interdiction des situations de monopole, et le renforcement du contenu national dans les chaines de télévision", a fait observer le Président Tebboune. Le président de la République a rappelé également le lancement du projet de la ville médiatique "Dzaïr Media City" en vue de "s'adapter au développement des moyens de communication et d'information, tout en œuvrant à la promotion du métier et du niveau de professionnalisme, de la crédibilité et de l'influence". Au terme de son allocution, le Président Tebboune a présenté ses "félicitations aux lauréats du Prix du président de la République du journaliste professionnel", leur souhaitant "davantage d'excellence". Il a salué, par la même occasion, "les efforts consentis par les membre du Jury en toute neutralité, professionnalisme et transparence". Le président de la République s'est recueilli à la mémoire "des journalistes décédés, et à celle des hommes de la presse morts en Palestine suite à l'agression sioniste brutale", exprimant son souhait de voir le secteur de l'information célébrer cette occasion l'année prochaine en ayant réalisé un saut qualitatif, et à notre pays davantage de progrès, de prospérité, de sécurité et de stabilité..................................................... - Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, ce dimanche au Centre international de conférences (CIC) Abdelatif-Rahal (Alger), la cérémonie de remise du Prix du président de la République du journaliste professionnel dans sa 9e édition. Les thèmes retenus pour cette édition sont : "La nouvelle Algérie et la problématique de la sécurité alimentaire et hydrique", "La nouvelle Algérie : renforcement des capacités et de la créativité de la jeunesse" et "La sécurité énergétique et ses dimensions géopolitiques". Dans la catégorie de la presse écrite, le premier prix a été attribué à la journaliste Samia Boulaloua du journal El Hiwar, le deuxième prix à la journaliste Assia Boucetta du journal Horizons et le troisième prix à la journaliste Lamia Harzelaoui du journal Al Fadjr. Pour les médias audiovisuels, le premier prix a été décerné au journaliste Sofiane Meknine, le deuxième au journaliste Amar Helas et le troisième à la journaliste Nadira Araou de l'Etablissement public de télévision (EPTV). En ce qui concerne la catégorie des médias radiophoniques, les journalistes Ikram Tchetioui et Mohamed Amine Bedri de la Radio nationale ont obtenu le premier prix, tandis que le deuxième prix a été attribué à la journaliste Imane Djama de Radio Mila et le troisième prix a été remporté par la journaliste Nora Saihi de la Radio Chaîne II. Dans la catégorie de la presse électronique, le premier prix a été décerné aux journalistes Ali Guettaf et Bachir Bounoua du journal électronique "Chebab TV", le deuxième à Ahmed Kecita du journal électronique "La Patrie News" et le troisième prix au journaliste Abdelhakim Belghit de l'Agence Algérie Presse Service (APS). A cette occasion, le président du jury de la 9e édition du Prix du président de la République du journaliste professionnel, Belkacem Ahcene Djaballah, et les membres du jury ont été honorés. Des attestations d'encouragement ont également été remises à nombre de journalistes de différents médias nationaux. Au terme de la cérémonie, les journalistes ont honoré le Président Tebboune pour son soutien au secteur de l'information et à la presse. La distinction a été remise par le président du jury de la 9e édition du Prix du journaliste professionnel. La cérémonie de remise du Prix du président de la République du journaliste professionnel s'est déroulée en présence de hauts responsables de l'Etat, de membres du gouvernement, ainsi que des responsables d'établissements médiatiques nationaux et d'invités parmi les journalistes arabes.............................................................................. -Le média français Le Monde a vivement réagi dimanche à la "suspension" de sa diffusion au Burkina Faso par le régime militaire en place. Le journal a condamné cette décision, soulignant qu'elle faisait suite à la publication d'un article sur l'attaque jihadiste du 26 novembre sur une base militaire à Djibo. Le Monde a dénoncé les accusations du gouvernement burkinabé, qualifiant son travail de "tendancieux" et insinuant qu'il aurait pris le parti des groupes terroristes. Le média a catégoriquement rejeté ces allégations comme étant "aussi fausses qu'intolérables". Le journal a souligné que ces sanctions semblent viser à empêcher la diffusion d'une information indépendante sur la détérioration de la situation sécuritaire au Burkina Faso, particulièrement depuis le coup d'État du capitaine Ibrahim Traoré en octobre 2022. Reporters sans frontières a également condamné cette suspension, la qualifiant d'entrave au droit des Burkinabés à une information plurielle et appelant les autorités à lever cette mesure. L'article incriminé traitait de la "guerre de propagande" et du bilan lourd d'une offensive revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM). Alors que l'ONU mentionne la perte de 40 civils, les autorités burkinabè affirment avoir abattu "plus de 400 terroristes" lors de la contre-offensive. Le gouvernement burkinabé a réagi en accusant Le Monde d'avoir "choisi son camp" et de s'être enfermé dans une "logique de propagande". Le Monde a répliqué en affirmant avoir fait son travail "en toute impartialité et indépendance", regrettant le manque de collaboration du gouvernement qui n'a pas répondu à leurs sollicitations. D'autres médias français, dont Jeune Afrique, LCI, France 24 et RFI, ont également été suspendus au Burkina Faso. Depuis 2015, le pays est confronté à une escalade de violences perpétrées par des groupes jihadistes, causant plus de 17 000 morts civils et militaires.