Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Communication ( et Presse)

Journe du Lundi 27/12/2022

<< décembre 2022 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6



-L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) a appelé, mardi dans un communiqué, les chaînes de radio et de télévision au respect de l'instruction interministérielle fixant les modalités de contrôle et de conformité des compléments alimentaires destinés à la consommation humaine dans toutes les campagnes publicitaires sur les compléments alimentaires. Dans le cadre du suivi des campagnes publicitaires sur les compléments alimentaires diffusées sur les chaînes de télévision et de radio, l'ARAV appelle les médias audiovisuels au respect impératif de l'instruction interministérielle du 08/04/2022, fixant les modalités de contrôle et de conformité des compléments alimentaires destinés à la consommation humaine dans toutes les campagnes publicitaires en lien avec ces produits. Cette procédure vise principalement à "protéger le consommateur et son intégrité ainsi qu'à préserver la santé publique, notamment avec le nombre croissant de campagnes mensongères, ayant conduit l'ARAV à rend public un communiqué en date du 08/07/2020 en vue de freiner ce phénomène et régir les mécanismes publicitaires y afférents". L'ARAV avait également appelé à une coordination entre les différents services liés aux compléments alimentaires, dont l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS). Elle a rappelé, dans le même sens, le contenu de cette instruction qui interdit de "décrire sans justification des compléments alimentaires comme étant des éléments thérapeutiques, préventifs et sanitaires", et oblige de "s'assurer de la présence et de la validité du code barre sur les boites des compléments". Par ailleurs, l'ARAV rappelle aux médias audiovisuels "la présentation obligatoire d'une autorisation de classement de compléments alimentaires délivrée par le ministère de la Santé avant toute démarche publicitaire", relevant la nécessité de "s'abstenir totalement d'exploiter des enfants pour vanter les vertus de ces produits", indiquant que des mesures strictes seront prises si toutefois l'Autorité est notifiée à propos d'une quelconque infraction à ces dispositions.