Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Communication ( et Presse)

Journe du Dimanche 13/03/2023

<< mars 2023 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
25 26 27 28 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



-La Direction générale de la Communication à la Présidence de la République a dénoncé, ce lundi, l’initiative des responsables de l’Université de Batna I qui ont voulu distinguer le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, par le truchement d’un cadre, ce qui rappelle aux Algériens des pratiques d’une période honteuse, se démarquant par la même de cette initiative de mauvais goût, indique un communiqué de la Direction. La Direction générale de la Communication à la Présidence de la République « dénonce l’initiative des responsables de l’Université de Batna I qui, de leur propre initiative, ont décidé de distinguer le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, par le truchement d’un cadre, ce qui rappelle aux Algériens des pratiques d’une période honteuse ». « La Direction générale de la Communication se démarque de cette initiative de mauvais goût qui n’a aucun lien avec la vision du Président de la République, ni avec les pratiques et usages qu’il veut ancrer depuis son élection, à la faveur d’une Algérie nouvelle, lui qui a demandé dans son discours d’investiture qu’on retire le titre de « Fakhamatouhou » (Son Excellence), pour le remplacer par celui de +Monsieur+, battant en brèche tout comportement ou attitude relevant de la flagornerie »................................................... - e ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, a adressé, ce lundi, ses sincères félicitations à l’ensemble des travailleurs de la Radio, à l’occasion de la Journée mondiale de ce média. Le thème choisi pour cette 12e édition est «Radio et paix»........................................................... -Invité par la Chaîne 1, le ministre a affirmé que «l’Algérie, avec l’ensemble de ses médias lourds, perpétue ce concept et refuse toute transgression de sa souveraineté». Il y voit comme preuve «les événements récents qui ont fait tomber les masques de personnes sous l’influence d’agendas étrangers». Pour lui, l’exfiltration d’Amira Bouraoui par les Français vient confirmer, une fois de plus, que l’Algérie, avec ses acquis, dérange certains cercles ennemis du pays dont la stratégie a échoué grâce à la vigilance des officiels et du peuple algériens. (..........) Bouslimani a mis notamment l’accent sur «le rôle majeur et pivot de la radio dans l’accompagnement des efforts des pouvoirs publics dans la construction de l’Algérie nouvelle à travers ses chaînes nationales et thématiques et ses stations régionales capables de transmettre les informations les plus fiables et d’impliquer le citoyen dans cette dynamique» (...........) Nous avons besoin, soutient-il, d’«une machine médiatique forte où le journaliste qui est le soldat de la parole et de la plume doit être au premier rang de cette nouvelle dynamique». Cela doit se faire, explique le ministre, «à travers un plan d’action global, dont la révision des lois sur les médias». Ce projet de loi actuellement au Parlement pour examen par des experts est composé, dit-il, «d’une loi organique, d’une loi sur l’audiovisuel et d’une autre sur la presse écrite et électronique». Ces lois, fait-il savoir, sont «en faveur de la profession et des journalistes en dépit du scepticisme affiché par certains, sachant que la liberté de la presse est garantie aussi bien par cette loi que par la Constitution». S’agissant de la presse audiovisuelle, il a rappelé qu’«il existe plusieurs chaînes privées toujours régies par un texte de loi étranger. Aujourd’hui, grâce à la nouvelle réorganisation, ces chaînes seront bientôt sous l’autorité de l’établissement public de diffusion». Selon le ministre, «l’opération a déjà commencé puisque 16 chaînes privées sont déjà sous l’autorité de cet établissement public». A propos des sites électroniques, Bouslimani a affirmé que «le pays a grandement besoin de plateformes pour combattre les campagnes de désinformation, d’autant plus que nous sommes à l’ère de la numérisation et de la prolifération de la presse électronique». «Notre objectif est que la presse électronique algérienne soit présente à l’étranger pour contribuer à faire connaître la véritable image de notre pays», conclut-il.