Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Vie politique

Journe du Samedi 10/10/2021

<< septembre 2021 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1



-Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, ce dimanche, que l’Algérie est un pays souverain avec son armée forte, son économie et son peuple. «La France doit oublier que l’Algérie était une colonie française. L’histoire ne doit pas être falsifiée», affirme-t-il. «Le retour de l’ambassadeur de l’Algérie en France est conditionné au respect total de l’Etat algérien», a-t-il insisté. Le président de la République a affirmé que «les relations avec la France relèvent de la responsabilité du peuple et de l'Histoire». Le chef de l’Etat s’exprimait lors d’une entrevue périodique avec les représentants de la presse nationale diffusée hier soir sur les chaînes de la télévision et la radio nationales. Il a réitéré l’intérêt qu’il accorde aux rencontres avec les médias pour informer le citoyen. A une question sur la réduction du nombre des visas octroyés aux Algériens par la France, le président de la République a répondu qu’il s’agit d’une «décision souveraine à condition qu’elle respecte les accords d’Evian». «Il n’y a jamais eu de 7. 000 algériens refoulés de France, c’est un grand mensonge. Il s’agit de 94 cas, dont 16 cas d’extrémistes impliqués dans des affaires de terrorisme qui ne seront jamais autorisés à rentrer sur le territoire national», a précisé le chef de l’Etat. Le président de la République a évoqué le sacrifice de 5.630.000 martyrs durant la période de la colonisation allant de 1954 à 1962. Sur un autre plan, le président de la République a indiqué qu’il a été procédé à l’augmentation de 25% des salaires afin d’améliorer le pouvoir d’achat, mais cela n’a pas été suffisant à cause des spéculateurs «qui sont l’ennemi principal de l’économie» , soulignant que des motivations politiques sont à l’origine de l’augmentation des prix, notamment des pâtes, des lentilles et pois chiches... Ces manœuvres visent à créer l’instabilité. «J’ai donné des instructions au Premier ministre pour l’élaboration d’un texte de loi qui criminalise les spéculateurs avec des peines qui peuvent aller de 30 ans de prison jusqu’à la perpétuité. Je ne vais pas les lâcher !», a mis en garde le chef de l’Etat, rappelant la spéculation sur la semoule. «Nous avons découvert près de 150 minoteries qui détournaient le blé», a-t-il dit . Le président a affirmé, en outre, que «nous avons veillé à maîtriser la crise économique mondiale à travers la prise de plusieurs mesures, afin que les hausses que connaît le marché mondial des produits alimentaires ne se répercutent pas sur le citoyen, à travers une approche économique et sociale. Sur le plan économique, le président Tebboune a assuré que l’Algérie veille à atteindre une croissance économique de 4% et ne va pas recourir à l’endettement extérieur et «au suicide politique». Evoquant la pandémie du coronavirus, le président Tebboune a précisé que tous les pays ont mené des campagnes de vaccination anti-Covid, assurant qu’il n’y aura pas de «vaccination obligatoire». Soulignant que lui-même s'est fait vacciner à l'instar d'autres citoyens, il a indiqué que «la vaccination est une question technique et médicale». Il appellera les citoyens à privilégier la science face aux rumeurs. Il a rappelé que tous les pays ont eu recours à la vaccination, mettant en garde contre une nouvelle vague de la pandémie. A l’occasion, le président Tebboune a rassuré que l'Algérie, en plus d'être un pays producteur du vaccin anti-Covid-19, dispose de «quantités suffisantes de doses». Evaluant la campagne nationale de la vaccination anti-Covid, le Président a affirmé que 25 millions d’Algériens sont concernés par la vaccination mais que seuls 11 millions ont été vaccinés, un taux insuffisant. «Il faut une prise de conscience des citoyens. Le virus est mutant. Nous avons ouvert les frontières aériennes et nous risquons de les refermer.»