Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Sports (et Jeunesse)

Journe du Mardi 01/09/2021

<< août 2021 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3



-Le sélectionneur national Djamel Belmadi a animé, ce mercredi au Centre technique national de la FAF à Sidi Moussa, une conférence de presse en vue du premier match qualificatif à la coupe du monde Qatar-2022. Dans le but de donner les grandes lignes de la préparation de ses protégés en vue de la première journée du deuxième tour des éliminatoires du Mondial qatari contre le Djibouti, Djamel Belmadi est revenu sur l’état de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker qu’il qualifie de «catastrophique». Il n’a pas dissimulé sa grande furie de constater un tel laisser-aller à quelques jours d’un rendez-vous important. «Depuis ma venue en 2018, au sujet de la pelouse ça change le temps d’un match, d’une date FIFA, mais il n’y a jamais eu de constance dans l’entretien que nécessite un stade qui reçoit l’équipe nationale. Au mois de juin, la pelouse était en parfait état et on a œuvré à ce qu’on puisse venir élire domicile à Tchaker, à ma grande surprise, je découvre, à trois jours d’une rencontre importante, une pelouse dans un état calamiteux… Je ne trouve aucun autre mot que sabotage», a déploré l'entraîneur national avant de revenir sur les conséquences néfastes d’une telle ingérence comme la sécurité des joueurs. «Je ne veux pas entendre les justificatifs des conditions climatiques et des champignons… Avant de parler d’une pelouse praticable ou pas, il est plus important d’aborder la sécurité des joueurs qui risquent de glisser et contracter des blessures. Nous allons jouer notre match sans chercher d’excuses, même si ça en est une sacrée excuse, mais force est de constater que nous n’avons pas de stade pour accueillir les grandes rencontres», a-t-il noté. Au sujet de la domiciliation du deuxième match contre le Burkina Faso à Marrakech, prévu pour le 07 septembre, Djamel Belmadi se dit «soulagé» d’éviter un long déplacement. «Éviter un long déplacement en Afrique est non négligeable. Prendre l’avion pour une heure et demie permet une meilleure récupération des joueurs. Après, nous allons jouer au Maroc avec tout ce que ça comporte. Normalement ce n’est pas censé l’être, mais est-ce que ce problème politique entre les deux pays est censé influencer le match ? Normalement non. Il y a des gens qui devront être assidus et contrôler tout ça. On y va avec beaucoup d’espoir et d’ambition, sans se prendre la tête et sans paranoïa excessive, on va faire un match chez un pays voisin, et j’espère que le meilleur gagne», a-t-il souligné.