Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Journe du Vendredi 27/08/2022

<< octobre 2022 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4



-Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, samedi, avec son homologue français, M. Emmanuel Macron, la cérémonie de signature de cinq (5) accords de coopération et de partenariat entre les deux pays dans divers domaines. Le président de la République et son homologue français ont signé, lors de cette cérémonie qui s'est déroulée au salon d'honneur de l'aéroport international Houari-Boumediene, la Déclaration d'Alger pour un partenariat renouvelé entre l'Algérie et la France. Les accords signés entre les deux pays portent sur les domaines de la santé, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du sport. Ainsi, un accord de coopération a été signé entre l'Institut Pasteur d'Alger et l'Institut Pasteur de Paris. Un accord de coopération scientifique entre le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, direction général de la recherche scientifique et du développement technologique, représentée par le Pr. Mohamed Bouhicha, Directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique et le Centre national de la recherche scientifique française représenté par son Président directeur général Antoine Petit. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag, et son homologue française Amélie Oudéa-Castéra ont signé une déclaration d'intention entre le ministère algérien de la Jeunesse et des Sports et le ministère français des Sports et des jeux olympiques et paralympiques. Un accord entre les Gouvernements des deux pays portant sur la mise en place d'un partenariat renforcé algéro-français pour l'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique, a été signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, et la ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colona......................................................................... - Le président de la République française, Emmanuel Macron a achevé, samedi après-midi, sa visite officielle de trois jours en Algérie. Il a été salué, à son départ à l'aéroport international Houari-Boumediene d'Alger, par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Peu auparavant et après avoir présidé la cérémonie de signature de cinq accords de coopération.......................................................... La visite officielle de trois jours en Algérie, effectuée par le Président français, Emmanuel Macron, depuis jeudi est "très réussie" et a "remis beaucoup de choses à leur place", a indiqué samedi à Alger, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. "C'est une visite excellente, nécessaire et utile pour la relation entre les deux pays. De mon point de vue, c'est une visite très réussie qui a remis beaucoup de choses à leur place", a déclaré le Président Tebboune à la presse à l'issue de la signature de la "Déclaration d'Alger pour un partenariat renouvelé" entre l'Algérie et la France. La déclaration du président de la République a eu lieu au salon d'honneur de l’aéroport international Houari-Boumediene, en présence du Président Macron et des délégations des deux pays. La visite du président Français a ainsi "permis un rapprochement qui n'aurait pas été possible s'il n'y avait pas la personnalité même du Président Macron", a ajouté le Président Tebboune............................................... - (www.24hd z.com) : Au troisième jour de sa visite en Algérie, le président français n’a pas eu le bain de foule qu’il espérait en allant à la rencontre des Oranais. Le bain de foule improvisé d’Emmanuel Macron à été vite écourté à Oran après des insultes. L’ambiance, qui semblait bon enfant au départ s’est tendue rapidement après des insultes proférées par un passant. Une partie des habitants présents sur placent a repris alors en choeur les « One-two-three viva l’Algérie! » et « Vive l’Algérie! » « Allah yarham Al Chouhada » et « Tahya al Jazayer ». Une cohue qui a poussé les services de sécurité algériens à reprendre les choses en main et à mettre fin à ces moments d’hostilité. L’Elysée a affirmé aux médias français, par la suite, « qu’il y avait aussi des personnes favorables au président dans la rue et seulement un groupe de quelques personnes hostiles » et d’assurer « pas de quoi gâcher cette visite de travail et d’amitié ».............................................................. -(www .dia-algerie.com):Comme tous les présidents français qui se sont succéder en Algérie, le président français Emmanuel Macron tenait à son bain de foule avec la population locale durant cette visite. Faute d’une décente dans une grande ruelle de la ville, le président français a improvisé un bain de foule lors de sa sortie du magasin de Disco Maghreb. Il a été chaleureusement accueilli par la population oranaise qui l’a accueilli avec des « one two three viva l’Algérie ». Le président Macron sourire large est allé à la rencontre de quelques jeunes, malgré les conseils de sa protection. Avant de quitter la place, le président français à tenu à remercier et saluer la foule de sa main. Alors que les médias français à leur tête BFMTv et RMC, les deux médias appartenant au franco-maroco-israélien Patrick Drahi déclaraient que le bain de foule oranais du président français s’est mal déroulé, les images de la chaîne AL24News montrent ouvertement le grand engouement du président à saluer la foule oranaise. Un bain de foule improvisé qui a néanmoins dérangé la forte protection rapprochée algérienne et française qui avait tout le mal du monde à contenir la foule. ......................................................... - La Tunisie a annoncé le rappel de son ambassadeur à Rabat pour consultations suite à la réaction marocaine "inacceptable" concernant la participation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à la 8e Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique (TICAD 8), prévue samedi et dimanche à Tunis. Dans un communiqué publié samedi, le ministère tunisien des Affaires étrangères a exprimé son "profond étonnement face à ce qui a été déclaré dans un communiqué du Royaume du Maroc", le qualifiant d'"inacceptable". Insistant sur "sa neutralité et son respect pour la légalité internationale", la Tunisie "s'engage à respecter les résolutions onusiennes au même titre que celles de l'Union africaine (UA) dont le pays est l'un des membres fondateurs". "Il convient de préciser dans ce cadre que l'Union africaine, en tant que principal participant à cette conférence, avait appelé tous ses membres, y compris la RASD, à y prendre part", ajoute la même source. Balayant d'un revers de la main les allégations mensongères de la diplomatie marocaine, le ministère tunisien des Affaires étrangères n'a pas manqué de préciser que l'UA avait ensuite adressé une invitation individuelle, à la RASD, en application des décisions de son Conseil exécutif lors de la réunion les 14 et 15 juillet à Lusaka, en présence d'une délégation marocaine. Pour rappel, le Maroc avait lamentablement échoué dans sa tentative visant à convaincre les délégations africaines d'exclure la République sahraouie de la participation aux travaux de la 8e TICAD, le Conseil exécutif de l'UA ayant approuvé une résolution à travers laquelle il avait appelé à la participation de tous les pays africains à ce rendez-vous. Cette résolution a été approuvée au terme d'une séance à huis clos marquée par un long débat des ministres africains des Affaires étrangères, dans le cadre de la 41e session du Conseil exécutif de l'UA dont les travaux se sont déroulés dans la capitale zambienne. D'ailleurs, rappelle le ministère tunisien dans son communiqué, "la République sahraouie avait participé à la 6e édition de la TICAD en 2006 à Nairobi (Kenya) et à la 7e édition tenue en 2019 à Yokohama (Japon)". Elle a également participé "à d'autres rencontres régionales à l'instar du Sommet Afrique-Europe en février 2022 à Bruxelles et en présence d'une délégation marocaine". Partant, la Tunisie estime qu'il n'existe aucun motif logique justifiant la déclaration du Maroc surtout que la Tunisie a tenu à se conformer à la législation africaine relative aux partenariats et à l'organisation de rencontres. La Tunisie, qui souligne dans le texte son attachement à ses constantes diplomatiques bannissant toute ingérence dans les affaires internes des pays et qui affirme le respect de leurs choix, insiste, tout autant, sur "la souveraineté de ses décisions et le respect de ses propres choix". Le président de la RASD et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali est arrivé vendredi à Tunis pour prendre part aux travaux de la TICAD 8. Accompagné d'une importante délégation, il a été accueilli par son homologue tunisien, Kaïs Saïed à son arrivée à l'aéroport international de Carthage.................................................. --«Les déclarations du président français Emmanuel Macron ciblant notre pays, ainsi que d'autres pays, lors de sa visite en Algérie, sont très regrettables», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc, l'ambassadeur Tango Bilgic, en réponse à une question concernant les déclarations du président français Emmanuel Macron vendredi à Alger. Vendredi, au deuxième jour de sa visite à Alger, et à sa sortie du cimetière européen de Saint Eugène où il a déposé une gerbe au pied du monument aux «morts pour la France», Emmanuel Macron a déclaré devant la presse, s'adressant «aux jeunes Algériens et aux jeunes Africains», les mettant en garde contre «l'immense manipulation» de réseaux sociaux téléguidés «en sous-main» par des «puissances étrangères» faisant de la «propagande anti-française» en Afrique et présentant la France comme «l'ennemie de leurs pays». M. Macron a cité trois pays : «la Turquie, la Russie ou la Chine». Cette déclaration est qualifiée d'inacceptable par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc. «Il est inacceptable que le président Macron, qui rencontre des difficultés avec son passé colonial en Afrique, notamment en Algérie, tente de se débarrasser de son passé colonial en accusant d'autres pays, dont le nôtre», a ajouté Tango Bilgic. «Si la France pense qu'il y a des réactions contre elle sur le continent africain, elle devrait en chercher la source dans son passé colonial, dans ses efforts de poursuivre celui-ci avec différentes méthodes et essayer de se corriger. Prétendre que ces réactions sont causées par les activités de pays tiers, au lieu de faire face aux problèmes liés au passé (colonial) et de les résoudre, c'est non seulement nier un phénomène sociologique et historique, mais cela reflète également la mentalité étriquée de certains hommes politiques», poursuit le porte-parole du MAE turc. «Nous espérons que la France gagnera, le plus tôt possible, suffisamment de maturité pour faire face à son passé colonial avant de blâmer d'autres pays, dont le nôtre», dit-il encore. Pour M. Bilgic, la Turquie «fait partie des partenaires stratégiques de l'Union africaine» et «développe au jour le jour ses relations tant avec l'Algérie qu'avec d'autres pays africains, et ces relations basées sur la confiance et le profit mutuel progressent d'une manière qui respecte la volonté des pays eux-mêmes».......................... - Les combats qui ont opposé des milices de vendredi à samedi soir à Tripoli, sur fond de chaos politique avec deux gouvernements rivaux, ont fait 32 morts et 159 blessés, a annoncé dimanche le ministère libyen de la Santé, selon un nouveau bilan. Le calme était revenu ce 28 août à Tripoli après des affrontements entre groupes armés dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne. Des tirs nourris et des bombardements ont retenti toute la nuit vendredi, et toute la journée de samedi jusqu’à la tombée de la nuit, dans plusieurs quartiers de la capitale. Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars: l’un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachag -