Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Journe du Mercredi 25/08/2022

<< octobre 2022 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4



-Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a réservé jeudi un accueil officiel à son homologue français, Emmanuel Macron, au siège de la Présidence de la République. Le président français a entamé jeudi après-midi une visite officielle de trois jours en Algérie à la tête d'une délégation. Il a été accueilli, à son arrivée, à l'aéroport international Houari-Boumediene par le Président Tebboune en présence de hauts responsables de l'Etat et de membres du Gouvernement. Au Sanctuaire du Martyrs (Alger), le Président Macron a déposé une gerbe de fleurs ........................................ -Les entretiens entre le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et son homologue français, Emmanuel Macron, jeudi au siège de la Présidence de la République, ont été élargis aux membres des délégations des deux pays. Auparavant, le Président de la République a eu un entretien en tête-à-tête avec son homologue français........................................ -Le président français, Emmanuel Macron, en visite officielle en Algérie, a souligné l'opportunité pour les deux pays de coopérer dans plusieurs secteurs, notamment économique, culturel et scientifique. "Nous voulons avancer sur notre industrie, notre recherche, nos hydrocarbures et nos métaux rares et sur des sujets d'innovation, sur lesquels nous souhaitons aller plus vite et plus fort", a indiqué E. Macron dans une déclaration de presse commune avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à l'issue de leurs entretiens. Il a également insisté sur deux secteurs de coopération entre les deux pays, à savoir le numérique et la création cinématographique, où "beaucoup de binationaux ont ces talents". Dans ce cadre, E. Macron a affirmé la volonté de son pays de développer avec l'Algérie un projet de création d'un incubateur de startups, en impliquant "des soutiens du secteur privé connectés avec d'autres incubateurs". Ce nouveau partenariat, ajoute le chef d'Etat français, doit aussi intégrer des projets de coopération dans les domaines universitaires et scientifiques. Il a également évoqué une coopération future entre l'Institut Pasteur d'Algérie et le Centre français de recherche scientifique (CNRS) qu'il a qualifiée d'"essentielle face aux défis de demain" que ce soit dans le domaine des pandémies ou celui du défi climatique. "Bâtir l'avenir, c'est décider de regarder ensemble nos défis et de tout faire pour apporter ensemble des réponses pour que nous aidions la jeunesse algérienne et la jeunesse française à réussir", a-t-il souligné. Concernant les questions de la mobilité et de la circulation des personnes, le président Macron a indiqué que des décisions "ont été prises" dans ce sens. "Nous allons travailler ensemble pour pouvoir traiter des sujets, plus sensibles de sécurité, mais qui ne peuvent pas empêcher de développer des ponts de mobilité choisie pour nos artistes, sportifs, entrepreneurs, universitaires, scientifiques, associatifs et responsables politiques, permettant de bâtir davantage des projets communs dans la région de la Méditerranée", a-t-il poursuivi. Au sujet du passé mémoriel commun aux deux pays, le président français a indiqué: "Je crois pouvoir dire que le travail que nous conduisons depuis cinq ans en France, mais aussi le dialogue permanent que nous avons eu l'un et l'autre, me confortent dans l'idée que nous vivons un moment unique qui, je l'espère, va nous permettre de faire face à ce passé et de faire que celui-ci soit un commun et non pas quelque chose qui nous empêche d'avancer". Il a précisé dans ce sens que "d'ici la fin de cette visite, sera finalisée l'écriture exacte de ce qui a été acté", tout en annonçant "le mandatement" par les deux parties d'une commission mixte d'historiens chargés d'ouvrir les archives liées à la colonisation française, sans tabou et avec une volonté libre d'accès". Tout en félicitant, par ailleurs, l'Algérie pour le succès des récents Jeux méditerranées à Oran, le président français a indiqué que "le sport, qui est une passion commune, est également au cœur des partenariats", assurant de la volonté de la partie française de "nouer une nouvelle coopération avec de jeunes sportifs" qu'il aura à rencontrer durant sa visite à Oran. Abordant le contexte régional et international, E. Macron a déploré les "nombreux conflits et crises" qui secouent le monde et a tenu à saluer "l'implication" du président Tebboune pour le respect et le suivi de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, tout en renouvelant son intention de "renforcer la coopération" pour la lutte contre le terrorisme. Le président français avait entamé sa déclaration de presse en présentant au président Tebboune ses condoléances à la suite des incendies ayant frappé des wilayas de l'Est du pays...................................................................................... -Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé jeudi à Alger, avoir convenu avec le président français, Emmanuel Macron, en visite officielle en Algérie, d'ancrer une nouvelle orientation de renforcement des relations bilatérales, fondée sur l'établissement d'un partenariat global d'exception, selon les principes du respect et de la confiance mutuels et de l'équilibre des intérêts entre les deux Etats. Dans une déclaration de presse commune, à l'issue des entretiens avec son homologue français, le Président Tebboune a déclaré: "nous avons évoqué ensemble tous les volets ayant trait à la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer, en vue de servir les intérêts communs de nos deux pays et de garantir à nos relations, tous domaines confondus, un élan qualitatif à même d'assurer une consécration de la nouvelle orientation que nous avons convenue d'ancrer". Cette même orientation est "fondée sur l'établissement d'un partenariat global d'exception conformément aux principes du respect et de la confiance mutuels, et de l'équilibre des intérêts entre les deux Etats", a-t-il soutenu. Le Président Tebboune a émis le souhait que la visite du président Français en Algérie "ouvrira de nouveaux horizons aux relations de partenariat et de coopération" entre les deux pays, affirmant que les entretiens "fructueux" avec son homologue français, tenus dans "la franchise habituelle" démontrent "la particularité, la profondeur et la diversité des relations qui lient nos deux pays, ceux-ci englobant l'ensemble des domaines, allant de l'histoire commune et de la mémoire, au dialogue et à la coordination sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun". Sur le plan bilatéral, le président de la République a souligné que les entretiens ont permis "l'évaluation de la réalisation des objectifs de la Déclaration d'Alger sur l'amitié et la coopération, établie entre les deux pays en 2012", ajoutant que les deux parties ont "abordé les moyens de surmonter les différents obstacles qui entravent la concrétisation des aspirations des deux peuples et des deux pays dans leur élan vers l'établissement de relations stratégiques à la mesure de leur immense potentiel, garantissant la satisfaction des grandes ambitions légitimes des deux peuples". De plus, la rencontre a été pour les deux parties, poursuit le Président Tebboune, l'occasion de renouveler leur "détermination à aller de l'avant pour l'intensification de nos efforts, en vue de rehausser nos relations suivant des étapes pratiques étudiées et un calendrier précis pour l'activation des mécanismes de coopération et la consolidation de la dynamique positive, à l'horizon des prochaines échéances bilatérales, notamment le Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), le Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA) et le Dialogue stratégique algéro-français, tout en intensifiant les échanges de visites, à tous les niveaux, entre les responsables des deux pays". "Par ce programme, nous ambitionnons la consolidation de la coopération scientifique, technologique et culturelle et le renforcement du niveau des échanges commerciaux entre les deux pays, à la lumière des grandes réformes nationales qui visent à améliorer le climat des affaires", a soutenu le Président Tebboune. La rencontre a été également l'occasion, souligne le président de la République, d'évoquer les conjonctures sécuritaire et politique d'intérêt commun, tant à l'échelle régionale qu'internationale. "Nous y avons, d'une part, échangé nos points de vue sur de nombreuses questions qui revêtent une importance pour les deux pays, notamment la situation en Libye, au Mali, au Sahel et au Sahara Occidental, qui requièrent des efforts conjugués à même de consolider la stabilité dans la région", a-t-il déclaré. Les deux parties ont, en outre, convenu "de la nécessité d'intensifier la concertation autour des questions qui font l'actualité sur l'échiquier international, engendrant de nouveaux défis qui menacent la sécurité et la stabilité de notre espace méditerranéen, voire la paix et la sécurité internationales", a avancé le président de la République.La situation internationale actuelle et les "difficultés qui en découlent", exigent des deux pays, a-t-il dit, "d'œuvrer communément sur les plans bilatéral et multilatéral pour y faire face, selon une vision globale et cohérente qui permet de traiter efficacement les sources des troubles actuels, en restant pleinement attaché aux principes de la Charte des Nations Unies, garant de la préservation de la sécurité et de la stabilité". Le Président Tebboune a ainsi tenu à "apprécier les résultats encourageants de la visite du président français en Algérie", qui permet aux deux parties de "procéder à une évaluation globale du niveau de coopération entre nos deux pays, et de tracer des perspectives prometteuses pour le rehaussement du partenariat exceptionnel qui les unit"........................................................ -Des rencontres bilatérales ont eu lieu, jeudi soir au siège de la présidence de la République, entre plusieurs ministres algériens et leurs homologues français, en marge de la visite officielle du Président français, Emmanuel Macron, en Algérie. Ces rencontres ont concerné le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, avec son homologue Catherine Colona, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, avec son homologue Gérard Darmanin. Les rencontres ont concerné également le ministre des Finances, Ibrahim Djamel Kessali, le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab et le ministre de l'Industrie, Ahmed Zerghdar, avec le ministre des Finances et de l'Economie, Bruno le Maire, en présence du Président-directeur général de Sonatrach, Tewfik Hakkar. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag, s'est entretenu, quand à lui, avec son homologue Emilie Castra et la ministre de la Culture, Soraya Mouloudji, avec son homologue Ryma Abdelmalek. Auparavant, le Président de la République a eu un entretien en tête-à-tête avec son homologue français, qui s'est élargi, par la suite aux membres des délégations des deux pays........................................ -Il devait faire partie de la délégation officielle accompagnant Emmanuel Macron à Alger. Finalement le grand rabbin de France, Haïm Korsia a été testé positif au Covid-19 et il n’a pas fait partie du voyage. Ll’entourage du grand rabbin de France dément fermement tout lien entre l’annulation de sa visite et la polémique suscitée en Algérie par l’annonce de sa venue parmi les membres de la délégation. Pour Haïm Korsia, ce voyage devait être l’occasion pour lui de renforcer les liens entre les juifs français d’origine algérienne et le pays dans lequel ils plongent leurs racines. Une visite était notamment prévue vendredi au cimetière Saint-Eugène d’Alger, pour aborder la question d’une coopération entre la France et l’Algérie sur l’entretien des tombes des familles juives. Les parents de Haïm Korsia sont originaires d’Oran et de Tlemcen. . Certains milieux proches de la mouvance politique islamiste n’ont pas caché en effet leur animosité à son égard, à l’instar du Mouvement de la société pour la paix (MSP) dont le président Makri a publié le 23 août un texte dénonçant l’amalgame entre politique et religion opéré par la venue de Haïm Korsia aux côtés d’Emmanuel Macron. Certains observateurs considèrent aussi le grand rabbin de France comme un relais du «sionisme» et lui reproche son hostilité à la cause palestinienne.