Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Journe du Lundi 02/08/2022

<< octobre 2022 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4



-Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a eu mardi un entretien téléphonique avec le président du Conseil des ministres italien sortant, M. Mario Draghi, au cours duquel les deux parties ont salué le niveau d'excellence que connaissent les relations bilatérales entre les deux pays amis, indique un communiqué de la Présidence de la République. "Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a eu, ce jour, un entretien téléphonique avec M. Mario Draghi, président du Conseil des ministres italien sortant, au cours duquel les deux parties ont salué le niveau d'excellence que connaissent les relations bilatérales entre les deux pays amis, marquées d'un haut niveau de confiance et une cohésion politique et économique, en consolidation d'un processus de coopération enracinée et solide dans divers domaines", lit-on dans le communiqué.................................................................... -Les États-Unis, à la suite d’une opération antiterroriste en Afghanistan, ont éliminé l’un des dirigeants d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. C’est ce qu’a rapporté l’agence américaine Associated Press. Ayman al-Zawahiri avait pris la tête de l’organisation terroriste après la mort d’Oussama Ben Laden en 2011. Il a été annoncé lundi par un haut fonctionnaire de l’administration américaine que les États-Unis avaient mené une opération importante contre Al-Qaïda en Afghanistan. Selon la source, il n’y avait pas de victimes chez la population civile. Al-Qaïda a été reconnue comme une organisation terroriste par la Cour suprême de la Fédération de Russie le 14 février 2003. Ses activités sont interdites en Russie............................................................... --La Chine a annoncé ce mardi que l’armée allait lancer des « actions militaires ciblées » en réponse à la visite à Taïwan de la présidente américaine de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui ravive les tensions sino-américaines. L’opération de l’armée vise à « défendre résolument la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale et à fermement contrecarrer les ingérences extérieures et les tentatives séparatistes d’+indépendance de Taïwan+ », a déclaré Wu Qian, un porte-parole du ministère chinois de la Défense. La cheffe des députés américains a atterri mardi à Taïwan, malgré les avertissements de la Chine qui a aussitôt dénoncé l’attitude « extrêmement dangereuse » des Etats-Unis, en pleines tensions entre les deux géants. Pékin considère Taïwan comme l’une de ses provinces. Des images diffusées en direct de la télévision ont montré Mme Pelosi, 82 ans, accueillie à son arrivée par Joseph Wu, le ministre taïwanais des Affaires étrangères. La visite à Taïwan de Nancy Pelosi, objet de nombreuses spéculations et jamais confirmée officiellement avant son arrivée, a soulevé de nombreuses critiques de part le monde et aux Etats-Unis, notamment chez les conservateurs. Elle a aussi suscité l’embarras de la Maison Blanche. Dans une tribune publiée en parallèle dans le Washington Post mardi, Mme Pelosi assure que sa visite à Taïwan a pour objectif d' »être aux côtés de Taïwan (…) où la démocratie est menacée ». La présidente démocrate de la Chambre américaine des représentants a affirmé que sa visite à Taïwan démontrait le « soutien inconditionnel » des Etats-Unis à la démocratie sur l’île, dans un communiqué diffusé peu après son atterrissage. « La visite de notre délégation parlementaire à Taïwan démontre le soutien inconditionnel de l’Amérique à la dynamique démocratie de Taïwan », a-t-elle déclaré dans ce communiqué en ajoutant que cette visite ne « contredisait d’aucune façon » la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine. Elle est arrivée à l’aéroport de Songshan à bord d’un avion militaire américain. En se rendant à Taïwan, la présidente de la Chambre des représentants est la plus haute responsable américaine à visiter l’île depuis son prédécesseur Newt Gingrich en 1997. « Notre visite est l’une parmi d’autres visites à Taïwan de délégations parlementaires (américaines) et elle ne contredit d’aucune façon la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine (…) », a encore assuré Mme Pelosi dans son communiqué. « Les Etats-Unis continuent de s’opposer à tout effort visant à changer le statu quo » sur l’île, a-t-elle ajouté. De son côté, le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, a assuré que cette visite ne soulevait « aucune question de violation de souveraineté » et qu’il n’y avait « aucune raison qu’elle serve de prétexte pour provoquer une crise ou un conflit ». « Nous allons nous assurer qu’elle va avoir une visite en toute sécurité », a-t-il ajouté sur CNN.