Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Mois du 08/2022

<< octobre 2022 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4



  • 30-08-2022
    -Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a réservé, mardi, au siège de la Présidence de la République, un accueil officiel au président de la République de Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embalo. Auparavant, Sissoco Embalo avait déposé, au Sanctuaire du Martyr à Alger, une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative et a observé une minute de silence à la mémoire des martyrs de la glorieuse Guerre de libération nationale. Il s'est rendu, par la suite, au Musée national du moudjahid où des explications détaillées lui ont été fournies sur les différentes étapes ayant marqué l'Histoire de l'Algérie, notamment son combat pour le recouvrement de sa souveraineté nationale. Le président de la République de Guinée-Bissau avait entamé, hier lundi, une visite officielle de deux jours en Algérie. Il a été accueilli, à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumediene, par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, accompagné du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, M. Ramtane Lamamra.
  • 28-08-2022
    -L’ouverture du Ticad 8 (Tokyo International Conference on African Development - Conférence Afrique-Japon) à Tunis a été marquée par le retrait du Maroc en raison, semble-t-il, de la participation de la République arabe sahraouie démocratique. La RASD est pourtant membre fondateur de l’Union africaine et a donc le droit de participer à toutes les rencontres de l’organisation panafricaine. Le Maroc a pris notamment prétexte de l’accueil réservé par le président Kaïs Saïed à son homologue sahraoui Brahim Ghali pour s’attaquer à la Tunisie et rappeler son ambassadeur pour consultation. Une décision des plus étonnantes surtout que Marocains et Sahraouis ont l’habitude de se croiser lors de rendez-vous de l’Union africaine. Le ministère tunisien des Affaires étrangères a ainsi exprimé hier, dans un communiqué rendu public, son «étonnement» concernant cette réaction, en assurant s’en tenir aux règles protocolaires d’usage lors de pareilles manifestations. En réaction, la Tunisie a également rappelé son ambassadeur à Rabat pour consultation. Tout a commencé par l’accueil réservé par le président tunisien, Kaïs Saïed, au président de la RASD, Brahim Ghali, qualifié par toutes les sources marocaines «d’élogieux et digne des chefs d’Etat». Le communiqué marocain reproche à la Tunisie «des positions et actes négatifs à l’égard du royaume du Maroc et de ses intérêts». Le Maroc a ainsi décidé de ne pas participer au Ticad 8 et de rappeler son ambassadeur à Tunis pour consultation. En réponse, le ministère tunisien des Affaires étrangères a exprimé «le profond étonnement de la Tunisie contre la désinformation pratiquée par le Maroc, en rapport avec la participation de la délégation de la RASD au Ticad 8». La Tunisie a rappelé «avoir gardé la neutralité sur la question du Sahara occidental, dans le respect de la légalité internationale, jusqu’à l’obtention d’une solution pacifique acceptée par tous». ........................................................ - Le Japon a annoncé, ce samedi, un soutien à hauteur de 30 milliards de dollars, destiné aux pays africains, et ce, en marge du Sommet international de Tokyo pour le développement en Afrique (TICAD 8), qui se tient actuellement en Tunisie. Le sommet, prévu pour une durée de deux jours, a été lancé avec la participation officiels, d’hommes d’affaires, d’organisations internationales et de dirigeants de 48 pays, parmi lesquels le président tunisien, Kaïs Saïed, le président sénégalais et président en exercice de l’ union africaine, Macky Sall, ainsi que le président de la république Sahraoui, Ibrahim Ghali. Dans un discours par vidéoconférence, lors du sommet, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré que « les secteurs public et privé au Japon fourniront (un soutien aux pays africains) environ 30 milliards de dollars au cours des trois prochaines années ».............................. -Deux semaines après ses déclarations hostiles à l’Algérie et la Mauritanie, le marocain, Ahmed Raissouni, président de l’Union internationale des Oulémas musulmans (UIOM), a été contraint de présenter sa démission ce samedi 28 août. Une démission qu’il a justifié par sa volonté de « préserver ses opinions » et sa « liberté d’expression ». Suite à cette démission, l’OIM a annoncé la publication imminente d’un communiqué pour rendre effective la démission de l’Imam marocain. Pour rappel, l’Association des Oulémas musulmans algériens (AOMA) a décidé de geler ses activités au sein de l’Union internationale des Oulémas musulmans (UIOM), suite aux propos provocateurs contre l’Algérie du président de cette instance, le marocain Ahmed Raïssouni. Dans une déclaration à la télévision algérienne, le président de l’AOMA, Abderezzak Guessoum, avait annoncé le gel des activités de l’Association à l’UIOM, jusqu’à ce que « des excuses solennelles et sans équivoque » soient faites par son président, Ahmed Raïssouni, ou sa démission de ce poste. Il avait également appelé « tous les Oulémas musulmans à appuyer la décision de l’AOMA et à exiger le départ de Raïssouni»..................... -Le Premier ministre de la République démocratique fédérale d'Ethiopie, Abiy Ahmed Ali, a entamé dimanche une visite officielle de deux jours en Algérie. Il a été accueilli, à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumediene, par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, accompagné du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, et de la ministre de la Culture et des Arts, Mme Soraya Mouloudji.
  • 27-08-2022
    -Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, samedi, avec son homologue français, M. Emmanuel Macron, la cérémonie de signature de cinq (5) accords de coopération et de partenariat entre les deux pays dans divers domaines. Le président de la République et son homologue français ont signé, lors de cette cérémonie qui s'est déroulée au salon d'honneur de l'aéroport international Houari-Boumediene, la Déclaration d'Alger pour un partenariat renouvelé entre l'Algérie et la France. Les accords signés entre les deux pays portent sur les domaines de la santé, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du sport. Ainsi, un accord de coopération a été signé entre l'Institut Pasteur d'Alger et l'Institut Pasteur de Paris. Un accord de coopération scientifique entre le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, direction général de la recherche scientifique et du développement technologique, représentée par le Pr. Mohamed Bouhicha, Directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique et le Centre national de la recherche scientifique française représenté par son Président directeur général Antoine Petit. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag, et son homologue française Amélie Oudéa-Castéra ont signé une déclaration d'intention entre le ministère algérien de la Jeunesse et des Sports et le ministère français des Sports et des jeux olympiques et paralympiques. Un accord entre les Gouvernements des deux pays portant sur la mise en place d'un partenariat renforcé algéro-français pour l'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique, a été signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, et la ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colona......................................................................... - Le président de la République française, Emmanuel Macron a achevé, samedi après-midi, sa visite officielle de trois jours en Algérie. Il a été salué, à son départ à l'aéroport international Houari-Boumediene d'Alger, par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Peu auparavant et après avoir présidé la cérémonie de signature de cinq accords de coopération.......................................................... La visite officielle de trois jours en Algérie, effectuée par le Président français, Emmanuel Macron, depuis jeudi est "très réussie" et a "remis beaucoup de choses à leur place", a indiqué samedi à Alger, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. "C'est une visite excellente, nécessaire et utile pour la relation entre les deux pays. De mon point de vue, c'est une visite très réussie qui a remis beaucoup de choses à leur place", a déclaré le Président Tebboune à la presse à l'issue de la signature de la "Déclaration d'Alger pour un partenariat renouvelé" entre l'Algérie et la France. La déclaration du président de la République a eu lieu au salon d'honneur de l’aéroport international Houari-Boumediene, en présence du Président Macron et des délégations des deux pays. La visite du président Français a ainsi "permis un rapprochement qui n'aurait pas été possible s'il n'y avait pas la personnalité même du Président Macron", a ajouté le Président Tebboune............................................... - (www.24hd z.com) : Au troisième jour de sa visite en Algérie, le président français n’a pas eu le bain de foule qu’il espérait en allant à la rencontre des Oranais. Le bain de foule improvisé d’Emmanuel Macron à été vite écourté à Oran après des insultes. L’ambiance, qui semblait bon enfant au départ s’est tendue rapidement après des insultes proférées par un passant. Une partie des habitants présents sur placent a repris alors en choeur les « One-two-three viva l’Algérie! » et « Vive l’Algérie! » « Allah yarham Al Chouhada » et « Tahya al Jazayer ». Une cohue qui a poussé les services de sécurité algériens à reprendre les choses en main et à mettre fin à ces moments d’hostilité. L’Elysée a affirmé aux médias français, par la suite, « qu’il y avait aussi des personnes favorables au président dans la rue et seulement un groupe de quelques personnes hostiles » et d’assurer « pas de quoi gâcher cette visite de travail et d’amitié ».............................................................. -(www .dia-algerie.com):Comme tous les présidents français qui se sont succéder en Algérie, le président français Emmanuel Macron tenait à son bain de foule avec la population locale durant cette visite. Faute d’une décente dans une grande ruelle de la ville, le président français a improvisé un bain de foule lors de sa sortie du magasin de Disco Maghreb. Il a été chaleureusement accueilli par la population oranaise qui l’a accueilli avec des « one two three viva l’Algérie ». Le président Macron sourire large est allé à la rencontre de quelques jeunes, malgré les conseils de sa protection. Avant de quitter la place, le président français à tenu à remercier et saluer la foule de sa main. Alors que les médias français à leur tête BFMTv et RMC, les deux médias appartenant au franco-maroco-israélien Patrick Drahi déclaraient que le bain de foule oranais du président français s’est mal déroulé, les images de la chaîne AL24News montrent ouvertement le grand engouement du président à saluer la foule oranaise. Un bain de foule improvisé qui a néanmoins dérangé la forte protection rapprochée algérienne et française qui avait tout le mal du monde à contenir la foule. ......................................................... - La Tunisie a annoncé le rappel de son ambassadeur à Rabat pour consultations suite à la réaction marocaine "inacceptable" concernant la participation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à la 8e Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique (TICAD 8), prévue samedi et dimanche à Tunis. Dans un communiqué publié samedi, le ministère tunisien des Affaires étrangères a exprimé son "profond étonnement face à ce qui a été déclaré dans un communiqué du Royaume du Maroc", le qualifiant d'"inacceptable". Insistant sur "sa neutralité et son respect pour la légalité internationale", la Tunisie "s'engage à respecter les résolutions onusiennes au même titre que celles de l'Union africaine (UA) dont le pays est l'un des membres fondateurs". "Il convient de préciser dans ce cadre que l'Union africaine, en tant que principal participant à cette conférence, avait appelé tous ses membres, y compris la RASD, à y prendre part", ajoute la même source. Balayant d'un revers de la main les allégations mensongères de la diplomatie marocaine, le ministère tunisien des Affaires étrangères n'a pas manqué de préciser que l'UA avait ensuite adressé une invitation individuelle, à la RASD, en application des décisions de son Conseil exécutif lors de la réunion les 14 et 15 juillet à Lusaka, en présence d'une délégation marocaine. Pour rappel, le Maroc avait lamentablement échoué dans sa tentative visant à convaincre les délégations africaines d'exclure la République sahraouie de la participation aux travaux de la 8e TICAD, le Conseil exécutif de l'UA ayant approuvé une résolution à travers laquelle il avait appelé à la participation de tous les pays africains à ce rendez-vous. Cette résolution a été approuvée au terme d'une séance à huis clos marquée par un long débat des ministres africains des Affaires étrangères, dans le cadre de la 41e session du Conseil exécutif de l'UA dont les travaux se sont déroulés dans la capitale zambienne. D'ailleurs, rappelle le ministère tunisien dans son communiqué, "la République sahraouie avait participé à la 6e édition de la TICAD en 2006 à Nairobi (Kenya) et à la 7e édition tenue en 2019 à Yokohama (Japon)". Elle a également participé "à d'autres rencontres régionales à l'instar du Sommet Afrique-Europe en février 2022 à Bruxelles et en présence d'une délégation marocaine". Partant, la Tunisie estime qu'il n'existe aucun motif logique justifiant la déclaration du Maroc surtout que la Tunisie a tenu à se conformer à la législation africaine relative aux partenariats et à l'organisation de rencontres. La Tunisie, qui souligne dans le texte son attachement à ses constantes diplomatiques bannissant toute ingérence dans les affaires internes des pays et qui affirme le respect de leurs choix, insiste, tout autant, sur "la souveraineté de ses décisions et le respect de ses propres choix". Le président de la RASD et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali est arrivé vendredi à Tunis pour prendre part aux travaux de la TICAD 8. Accompagné d'une importante délégation, il a été accueilli par son homologue tunisien, Kaïs Saïed à son arrivée à l'aéroport international de Carthage.................................................. --«Les déclarations du président français Emmanuel Macron ciblant notre pays, ainsi que d'autres pays, lors de sa visite en Algérie, sont très regrettables», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc, l'ambassadeur Tango Bilgic, en réponse à une question concernant les déclarations du président français Emmanuel Macron vendredi à Alger. Vendredi, au deuxième jour de sa visite à Alger, et à sa sortie du cimetière européen de Saint Eugène où il a déposé une gerbe au pied du monument aux «morts pour la France», Emmanuel Macron a déclaré devant la presse, s'adressant «aux jeunes Algériens et aux jeunes Africains», les mettant en garde contre «l'immense manipulation» de réseaux sociaux téléguidés «en sous-main» par des «puissances étrangères» faisant de la «propagande anti-française» en Afrique et présentant la France comme «l'ennemie de leurs pays». M. Macron a cité trois pays : «la Turquie, la Russie ou la Chine». Cette déclaration est qualifiée d'inacceptable par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc. «Il est inacceptable que le président Macron, qui rencontre des difficultés avec son passé colonial en Afrique, notamment en Algérie, tente de se débarrasser de son passé colonial en accusant d'autres pays, dont le nôtre», a ajouté Tango Bilgic. «Si la France pense qu'il y a des réactions contre elle sur le continent africain, elle devrait en chercher la source dans son passé colonial, dans ses efforts de poursuivre celui-ci avec différentes méthodes et essayer de se corriger. Prétendre que ces réactions sont causées par les activités de pays tiers, au lieu de faire face aux problèmes liés au passé (colonial) et de les résoudre, c'est non seulement nier un phénomène sociologique et historique, mais cela reflète également la mentalité étriquée de certains hommes politiques», poursuit le porte-parole du MAE turc. «Nous espérons que la France gagnera, le plus tôt possible, suffisamment de maturité pour faire face à son passé colonial avant de blâmer d'autres pays, dont le nôtre», dit-il encore. Pour M. Bilgic, la Turquie «fait partie des partenaires stratégiques de l'Union africaine» et «développe au jour le jour ses relations tant avec l'Algérie qu'avec d'autres pays africains, et ces relations basées sur la confiance et le profit mutuel progressent d'une manière qui respecte la volonté des pays eux-mêmes».......................... - Les combats qui ont opposé des milices de vendredi à samedi soir à Tripoli, sur fond de chaos politique avec deux gouvernements rivaux, ont fait 32 morts et 159 blessés, a annoncé dimanche le ministère libyen de la Santé, selon un nouveau bilan. Le calme était revenu ce 28 août à Tripoli après des affrontements entre groupes armés dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne. Des tirs nourris et des bombardements ont retenti toute la nuit vendredi, et toute la journée de samedi jusqu’à la tombée de la nuit, dans plusieurs quartiers de la capitale. Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars: l’un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachag -
  • 26-08-2022
    -Le Président de la République française, M. Emmanuel Macron, a effectué, vendredi après-midi, une visite à Djamaâ El-Djazair à El Mohammadia (Alger). Durant sa visite, M. Macron et sa délégation étaient accompagnés par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, Mohamed Tarek Belaribi, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, et le recteur de Djamaâ El-Djazair avec rang de ministre, Cheikh Mohamed Maâmoun Al Kacimi Al Hoceini. Le Président français a contemplé cet édifice religieux, culturel et scientifique, en écoutant les explications fournies par les responsables de cette mosquée, la plus grande d'Afrique et la troisième plus grande au monde, après la mosquée Al-Haram à la Mecque et la mosquée Al-Nabawi à Médine. A la fin ce cette visite, des cadeaux symboliques ont été remis au chef d'Etat français et sa délégation. Dans la matinée, M. Macron s'était rendu au cimetière européen de Bologhine (ex-Saint-Eugène) à Alger. Ensuite, il a rencontré, au palais de la Culture, des jeunes entrepreneurs algériens, en présence de M. Lamamra, la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji et le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'économie de la connaissance et des startups, Yacine El-Mahdi Oualid. Durant ce deuxième jour de cette visite, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, a présidé avec son homologue français, une réunion des responsables des services de sécurité des deux pays. Après Djamaâ El-Djazair, le Président français s'est rendu à Oran dans le cadre de sa visite de trois jours en Algérie, entamée jeudi à la tête d'une délégation............................................................................. -Le président français Emmanuel Macron a improvisé un point de presse lors de son passage au cimetière européen de Bouloghine, pour répondre à la presse française sur plusieurs points des relations algéro-françaises. Ainsi au sujet de la coopération franco-algérienne énergétique le président français a déclaré : « La France dépend peu du gaz dans son mix énergétique, 20% environ. Et dans cet ensemble, l’Algérie représente 8 à 9%. La coopération franco-algérienne n’est pas de nature à changer la donne ». En visitant le cimetière européen de Saint-Eugène (Bouloghine), le président français a déposé une gerbe au pied du monument aux «morts pour la France», avant que le chœur de l’armée française n’entonne la Marseillaise. Ensuite, au milieu des pins et cyprès, il a longuement déambulé dans les secteurs chrétiens, militaire et s’est particulièrement attardé dans le carré juif où repose l’acteur metteur en scène Roger Hanin. C’est la deuxième fois qu’Emmanuel Macron se rend en Algérie en tant que président, après une première visite en décembre 2017. Les relations entre les deux pays étaient alors au beau fixe avec un jeune chef d’État, né après 1962, qui avait qualifié avant son élection la colonisation française de «crime contre l’humanité». Mais elles avaient tourné court, rattrapées par des mémoires traumatisées par 132 ans de colonisation, une guerre sanglante et le rapatriement douloureux d’un million de Français d’Algérie. «J’entends souvent que, sur la question mémorielle, nous sommes sommés en permanence de choisir entre la fierté et la repentance. Moi, je veux la vérité, la reconnaissance (car) sinon on n’avancera jamais», a-t-il complété vendredi. Aux jeunes Algériens et aux jeunes Africains en général, il a aussi lancé une mise en garde contre «l’immense manipulation» de réseaux sociaux téléguidés «en sous-main» par des puissances étrangères qui présentent la France comme l’ennemie de leur pays, en citant tour à tour la Turquie, la Russie ou la Chine. Le président français a aussi été interrogé sur le dossier sensible des visas, dont Paris avait divisé le nombre par deux à l’automne 2021 arguant d’un manque de coopération d’Alger dans les expulsions d’indésirables. Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune en ont discuté «jusqu’au milieu de la nuit» de jeudi à vendredi et ont mandaté leurs ministres pour le faire «avancer dans les prochaines semaines», selon Emmanuel Macron. L’idée est de «lutter ensemble contre l’immigration clandestine» tout en ayant «une approche beaucoup plus souple sur l’immigration choisie», a-t-il dit, en citant «les binationaux, les artistes, les sportifs, les entrepreneurs et politiques qui nourrissent la relation bilatérale».
  • 25-08-2022
    -Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a réservé jeudi un accueil officiel à son homologue français, Emmanuel Macron, au siège de la Présidence de la République. Le président français a entamé jeudi après-midi une visite officielle de trois jours en Algérie à la tête d'une délégation. Il a été accueilli, à son arrivée, à l'aéroport international Houari-Boumediene par le Président Tebboune en présence de hauts responsables de l'Etat et de membres du Gouvernement. Au Sanctuaire du Martyrs (Alger), le Président Macron a déposé une gerbe de fleurs ........................................ -Les entretiens entre le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et son homologue français, Emmanuel Macron, jeudi au siège de la Présidence de la République, ont été élargis aux membres des délégations des deux pays. Auparavant, le Président de la République a eu un entretien en tête-à-tête avec son homologue français........................................ -Le président français, Emmanuel Macron, en visite officielle en Algérie, a souligné l'opportunité pour les deux pays de coopérer dans plusieurs secteurs, notamment économique, culturel et scientifique. "Nous voulons avancer sur notre industrie, notre recherche, nos hydrocarbures et nos métaux rares et sur des sujets d'innovation, sur lesquels nous souhaitons aller plus vite et plus fort", a indiqué E. Macron dans une déclaration de presse commune avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à l'issue de leurs entretiens. Il a également insisté sur deux secteurs de coopération entre les deux pays, à savoir le numérique et la création cinématographique, où "beaucoup de binationaux ont ces talents". Dans ce cadre, E. Macron a affirmé la volonté de son pays de développer avec l'Algérie un projet de création d'un incubateur de startups, en impliquant "des soutiens du secteur privé connectés avec d'autres incubateurs". Ce nouveau partenariat, ajoute le chef d'Etat français, doit aussi intégrer des projets de coopération dans les domaines universitaires et scientifiques. Il a également évoqué une coopération future entre l'Institut Pasteur d'Algérie et le Centre français de recherche scientifique (CNRS) qu'il a qualifiée d'"essentielle face aux défis de demain" que ce soit dans le domaine des pandémies ou celui du défi climatique. "Bâtir l'avenir, c'est décider de regarder ensemble nos défis et de tout faire pour apporter ensemble des réponses pour que nous aidions la jeunesse algérienne et la jeunesse française à réussir", a-t-il souligné. Concernant les questions de la mobilité et de la circulation des personnes, le président Macron a indiqué que des décisions "ont été prises" dans ce sens. "Nous allons travailler ensemble pour pouvoir traiter des sujets, plus sensibles de sécurité, mais qui ne peuvent pas empêcher de développer des ponts de mobilité choisie pour nos artistes, sportifs, entrepreneurs, universitaires, scientifiques, associatifs et responsables politiques, permettant de bâtir davantage des projets communs dans la région de la Méditerranée", a-t-il poursuivi. Au sujet du passé mémoriel commun aux deux pays, le président français a indiqué: "Je crois pouvoir dire que le travail que nous conduisons depuis cinq ans en France, mais aussi le dialogue permanent que nous avons eu l'un et l'autre, me confortent dans l'idée que nous vivons un moment unique qui, je l'espère, va nous permettre de faire face à ce passé et de faire que celui-ci soit un commun et non pas quelque chose qui nous empêche d'avancer". Il a précisé dans ce sens que "d'ici la fin de cette visite, sera finalisée l'écriture exacte de ce qui a été acté", tout en annonçant "le mandatement" par les deux parties d'une commission mixte d'historiens chargés d'ouvrir les archives liées à la colonisation française, sans tabou et avec une volonté libre d'accès". Tout en félicitant, par ailleurs, l'Algérie pour le succès des récents Jeux méditerranées à Oran, le président français a indiqué que "le sport, qui est une passion commune, est également au cœur des partenariats", assurant de la volonté de la partie française de "nouer une nouvelle coopération avec de jeunes sportifs" qu'il aura à rencontrer durant sa visite à Oran. Abordant le contexte régional et international, E. Macron a déploré les "nombreux conflits et crises" qui secouent le monde et a tenu à saluer "l'implication" du président Tebboune pour le respect et le suivi de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, tout en renouvelant son intention de "renforcer la coopération" pour la lutte contre le terrorisme. Le président français avait entamé sa déclaration de presse en présentant au président Tebboune ses condoléances à la suite des incendies ayant frappé des wilayas de l'Est du pays...................................................................................... -Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé jeudi à Alger, avoir convenu avec le président français, Emmanuel Macron, en visite officielle en Algérie, d'ancrer une nouvelle orientation de renforcement des relations bilatérales, fondée sur l'établissement d'un partenariat global d'exception, selon les principes du respect et de la confiance mutuels et de l'équilibre des intérêts entre les deux Etats. Dans une déclaration de presse commune, à l'issue des entretiens avec son homologue français, le Président Tebboune a déclaré: "nous avons évoqué ensemble tous les volets ayant trait à la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer, en vue de servir les intérêts communs de nos deux pays et de garantir à nos relations, tous domaines confondus, un élan qualitatif à même d'assurer une consécration de la nouvelle orientation que nous avons convenue d'ancrer". Cette même orientation est "fondée sur l'établissement d'un partenariat global d'exception conformément aux principes du respect et de la confiance mutuels, et de l'équilibre des intérêts entre les deux Etats", a-t-il soutenu. Le Président Tebboune a émis le souhait que la visite du président Français en Algérie "ouvrira de nouveaux horizons aux relations de partenariat et de coopération" entre les deux pays, affirmant que les entretiens "fructueux" avec son homologue français, tenus dans "la franchise habituelle" démontrent "la particularité, la profondeur et la diversité des relations qui lient nos deux pays, ceux-ci englobant l'ensemble des domaines, allant de l'histoire commune et de la mémoire, au dialogue et à la coordination sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun". Sur le plan bilatéral, le président de la République a souligné que les entretiens ont permis "l'évaluation de la réalisation des objectifs de la Déclaration d'Alger sur l'amitié et la coopération, établie entre les deux pays en 2012", ajoutant que les deux parties ont "abordé les moyens de surmonter les différents obstacles qui entravent la concrétisation des aspirations des deux peuples et des deux pays dans leur élan vers l'établissement de relations stratégiques à la mesure de leur immense potentiel, garantissant la satisfaction des grandes ambitions légitimes des deux peuples". De plus, la rencontre a été pour les deux parties, poursuit le Président Tebboune, l'occasion de renouveler leur "détermination à aller de l'avant pour l'intensification de nos efforts, en vue de rehausser nos relations suivant des étapes pratiques étudiées et un calendrier précis pour l'activation des mécanismes de coopération et la consolidation de la dynamique positive, à l'horizon des prochaines échéances bilatérales, notamment le Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), le Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA) et le Dialogue stratégique algéro-français, tout en intensifiant les échanges de visites, à tous les niveaux, entre les responsables des deux pays". "Par ce programme, nous ambitionnons la consolidation de la coopération scientifique, technologique et culturelle et le renforcement du niveau des échanges commerciaux entre les deux pays, à la lumière des grandes réformes nationales qui visent à améliorer le climat des affaires", a soutenu le Président Tebboune. La rencontre a été également l'occasion, souligne le président de la République, d'évoquer les conjonctures sécuritaire et politique d'intérêt commun, tant à l'échelle régionale qu'internationale. "Nous y avons, d'une part, échangé nos points de vue sur de nombreuses questions qui revêtent une importance pour les deux pays, notamment la situation en Libye, au Mali, au Sahel et au Sahara Occidental, qui requièrent des efforts conjugués à même de consolider la stabilité dans la région", a-t-il déclaré. Les deux parties ont, en outre, convenu "de la nécessité d'intensifier la concertation autour des questions qui font l'actualité sur l'échiquier international, engendrant de nouveaux défis qui menacent la sécurité et la stabilité de notre espace méditerranéen, voire la paix et la sécurité internationales", a avancé le président de la République.La situation internationale actuelle et les "difficultés qui en découlent", exigent des deux pays, a-t-il dit, "d'œuvrer communément sur les plans bilatéral et multilatéral pour y faire face, selon une vision globale et cohérente qui permet de traiter efficacement les sources des troubles actuels, en restant pleinement attaché aux principes de la Charte des Nations Unies, garant de la préservation de la sécurité et de la stabilité". Le Président Tebboune a ainsi tenu à "apprécier les résultats encourageants de la visite du président français en Algérie", qui permet aux deux parties de "procéder à une évaluation globale du niveau de coopération entre nos deux pays, et de tracer des perspectives prometteuses pour le rehaussement du partenariat exceptionnel qui les unit"........................................................ -Des rencontres bilatérales ont eu lieu, jeudi soir au siège de la présidence de la République, entre plusieurs ministres algériens et leurs homologues français, en marge de la visite officielle du Président français, Emmanuel Macron, en Algérie. Ces rencontres ont concerné le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, avec son homologue Catherine Colona, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, avec son homologue Gérard Darmanin. Les rencontres ont concerné également le ministre des Finances, Ibrahim Djamel Kessali, le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab et le ministre de l'Industrie, Ahmed Zerghdar, avec le ministre des Finances et de l'Economie, Bruno le Maire, en présence du Président-directeur général de Sonatrach, Tewfik Hakkar. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag, s'est entretenu, quand à lui, avec son homologue Emilie Castra et la ministre de la Culture, Soraya Mouloudji, avec son homologue Ryma Abdelmalek. Auparavant, le Président de la République a eu un entretien en tête-à-tête avec son homologue français, qui s'est élargi, par la suite aux membres des délégations des deux pays........................................ -Il devait faire partie de la délégation officielle accompagnant Emmanuel Macron à Alger. Finalement le grand rabbin de France, Haïm Korsia a été testé positif au Covid-19 et il n’a pas fait partie du voyage. Ll’entourage du grand rabbin de France dément fermement tout lien entre l’annulation de sa visite et la polémique suscitée en Algérie par l’annonce de sa venue parmi les membres de la délégation. Pour Haïm Korsia, ce voyage devait être l’occasion pour lui de renforcer les liens entre les juifs français d’origine algérienne et le pays dans lequel ils plongent leurs racines. Une visite était notamment prévue vendredi au cimetière Saint-Eugène d’Alger, pour aborder la question d’une coopération entre la France et l’Algérie sur l’entretien des tombes des familles juives. Les parents de Haïm Korsia sont originaires d’Oran et de Tlemcen. . Certains milieux proches de la mouvance politique islamiste n’ont pas caché en effet leur animosité à son égard, à l’instar du Mouvement de la société pour la paix (MSP) dont le président Makri a publié le 23 août un texte dénonçant l’amalgame entre politique et religion opéré par la venue de Haïm Korsia aux côtés d’Emmanuel Macron. Certains observateurs considèrent aussi le grand rabbin de France comme un relais du «sionisme» et lui reproche son hostilité à la cause palestinienne.
  • 24-08-2022
    -Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, mercredi à Alger, le ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-Duché de Luxembourg, M. Jean Asselborn. L'audience s'est déroulée au siège de la Présidence de la République, en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra et du directeur de cabinet à la Présidence de la République, Abdelaziz Khellaf.
  • 22-08-2022
    -Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, a reçu, ce lundi, un appel téléphonique de son homologue allemande, Annalena Baerbock, indique un communiqué du ministère. Lors de cet entretien téléphonique, Mme Baerbock a exprimé les condoléances et la solidarité de son pays avec l'Algérie suite aux feux de forêts enregistrés dans des wilayas du nord-est du pays et qui ont fait plusieurs victimes. "L’entretien téléphonique a été l’occasion de passer en revue l’état des relations bilatérales et d’examiner les perspectives de leur renforcement à la faveur de la volonté politique qui anime les dirigeants des deux pays", a ajouté le communiqué........................................................ -Comme chaque visite officielle d’un président français en Algérie, une délégation de haut niveau l’accompagne. Cette fois, le président Emmanuel Macron qui effectuera une visite officielle en Algérie du 25 au 27 août, pour la première fois depuis l’élection du président Abdelmadjid Tebboune en décembre 2019, sera accompagné d’une délégation ministérielle et de quelques personnalités importantes dans les relations entre les deux pays. Ainsi, selon le Journal du Dimanche (JDD) le président français sera accompagné d’une importante délégation du gouvernement français, à leur tête la MAE Catherine Colonna, le ministre de l’économie Bruno Le Maire et le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. Aux cotés de ses ministres, sera présent dans la délégation quelques personnalités influentes et surtout qui ont un lien avec l’Algérie à l’image de l’historien expert du monde arabe Jean-Pierre Filiu, de l’islamologue Gilles Kepel et bien sûr de l’historien spécialiste de l’Algérie, Benjamin Stora. La délégation verra pour la première fois la présence d’une personnalité religieuse juive à faire partie d’une délégation officielle à visiter l’Algérie: Le rabbin, Haïm Korsia. Au delà de son cachet religieux, ses parents sont nés en Algérie, respectivement à Tlemcen et à Oran. A noter que Rachid Arhab -journalistes et animateur du projet « Plume ») fera partie de la dlégation.
  • 20-08-2022
    -Le président français Emmanuel Macron effectuera une visite de deux jours en Algérie du 25 au 27 août en Algérie, a annoncé samedi l’Élysée, une visite destinée à relancer le partenariat entre les deux pays après plusieurs mois de crise. « Ce déplacement contribuera à approfondir la relation bilatérale tournée vers l’avenir au bénéfice des populations des deux pays, à renforcer la coopération franco-algérienne face aux enjeux régionaux et à poursuivre le travail d’apaisement des mémoires », a déclaré la présidence française. Le président français et son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune ont évoqué cette visite lors d’un entretien téléphonique samedi à l’occasion de son appel de soutien pour l’Algérie suite aux incendies de l’Est du pays.
  • 18-08-2022
    -Jeudi 18 août, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, annoncé que « Pékin annulera 23 prêts sans intérêt accordés à 17 pays africains, et qui sont arrivés à échéance à fin 2021 ». S’exprimant par visioconférence lors d’une réunion des coordinateurs sur le suivi de la mise en œuvre des décisions de la 8e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC 8), tenue à Dakar en novembre 2021, le chef de la diplomatie chinoise avait précisé que l’annulation de ces prêts, dont le montant n’a pas été dévoilé, s’ajoute à plusieurs actions similaires prises auparavant par la Chine. Selon le ministre des Affaires étrangères chinois, son pays est « convaincu que l’amitié Chine-Afrique résistera à toutes les épreuves, qu’il s’agisse de vents ou de tempêtes. Elle continuera d’être l’épine dorsale de la coopération Sud-Sud et un bel exemple dans les relations internationales ». Il est à noter que la Chine est le premier créancier de huit pays africains éligibles à l’initiative de suspension du service de la dette (DSSI), selon une étude publiée en juin dernier par Green Finance & Development Center, un think tank basé à Shanghai. Cette étude précise que Pékin détient 55% de la dette de Djibouti, 42% de celle de la République du Congo et 34% de celle de l’Angola. Les autres pays du continent dont l’empire du Milieu est le premier créancier sont : la Guinée (32% du stock total de la dette), les Comores (31%), le Cameroun (29%), la Zambie (25%) et le Togo (24%).
  • 16-08-2022
    -A la suite des inondations qui ont frappé le Sénégal le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a décidé l’envoi de 80 tonnes d’aides humanitaires diverses constituées notamment d’équipements médicaux, de médicaments, de literie et de produits alimentaires. Ces aides humanitaires ont été transportées par trois appareils des Forces aériennes algériennes qui ont décollé hier de la base de Boufarik.
  • 15-08-2022
    -Après les dérapages diplomatiques, politiques, sportifs et culturels, le Maroc a franchi un nouveau pas dans sa haine contre l’Algérie avec le dérapage de haut dignitaire religieux. En effet, le président de l’Union mondiale des savants musulmans, le Marocain Ahmed Raissouni, a franchi dangereusement la ligne rouge, en demandant ouvertement le roi Mohamed VI à appeler le peuple marocain à marcher sur Tindouf en Algérie. « Le peuple marocain est prêt à marcher sur Laayoune et Tindouf. Il est prêt à y rester des semaines entières », a-t-il dit, en réponse à une question sur la question du Sahara occidental. Pire encore, Ahmed Raissouni , qui se revendique comme un disciple d’Allal el Fassi et qui a remplacé au poste du président de l’Union Youssef Al Qaradaoui s’est attaqué à la Mauritanie dont il qualifie l’existence d’erreur. «Le Maroc doit redevenir comme avant la colonisation européenne, dont la Mauritanie ne faisait pas partie ». Enfin pour Ahmed Raissouni, la question du Sahara est une « fabrication de la colonisation, tout comme la Mauritanie ». Les propos dangereux et belliqueux d’Ahmed Raissouni n’ont pas tardé à faire réagir l’Union mondiale des savants musulmans, établi à Doha au Qatar et qui a tenu à se démarquer de ses déclarations irresponsables par le biais de son secrétaire général Ali Mohiedine El Koradai. Ce dernier a indiqué que ces propos ne représentent que son auteur et qu’elles sont contraire au règlement intérieur de l’Union mondiale des savants musulmans qui appelle au respect des peuples et des nations.
  • 14-08-2022
    -Au moins 41 personnes ont été tuées dans un incendie qui s'est déclaré dimanche dans une église du Caire, rapportent des médias citant les autorités, tandis que le ministère de la Santé égyptien a lui indiqué avoir recensé 55 victimes. Cet incendie dont l'origine reste à déterminer est survenu à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba, selon les autorités. Le ministère égyptien de la Santé a lui, fait état d'au moins 55 personnes hospitalisées suite à l'incendie. "J'ai mobilisé l'ensemble des services de l'Etat pour que toutes les mesures soient prises", a aussitôt réagi le président Abdel Fattah al-Sissi sur sa page Facebook.
  • 13-08-2022
    -A u cours de la dernière semaine, 19 enfants palestiniens ont été tués, portant à 37 le nombre de décès depuis le début de l’année, selon le Haut-commissariat. 17 enfants ont été tués au cours des hostilités à Ghaza du 5 au 7 août, et deux autres ont été tués le 9 août lors d’opérations de maintien de l’ordre menées par Israël en Cisjordanie. «Le nombre si élevé d’enfants tués ou blessés cette année est inadmissible», a indiqué Mme Bachelet dans un communiqué, relayé par des médias. Le 5 août, l’armée d’occupation sioniste a lancé une série d’attaques contre la bande de Ghaza au cours de laquelle plusieurs Palestiniens sont tombés en martyrs. «Le coût civil de la dernière escalade à Ghaza, du 5 au 7 août, a été lourd», selon le Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme. Les services de Mme Bachelet ont pu vérifier que parmi les 48 Palestiniens martyrs, il y avait au moins 22 civils, dont 17 enfants et quatre femmes. Selon les derniers bilans, 151 enfants ont été blessés lors de ces agressions sionistes en plus de 58 femmes
  • 09-08-2022
    -Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, représentant du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune à la cérémonie d'ouverture de la 5e édition des Jeux de la solidarité islamique qui se tiennent à Konya (Turquie), a été reçu mardi soir par le Président de la République de Turquie, M. Recep Tayyip Erdogan. Aïmene Benabderrahmane a transmis à l’entame de cette audience qui s’est déroulée en marge de la cérémonie d’ouverture de la 5e édition des Jeux de la solidarité islamique et en présence de l’ambassadeur d’Algérie en Turquie, Sofiane Mimouni, les salutations fraternelles du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune à son homologue turc.............................................. - - Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra est arrivé, mardi à Bakou en Azerbaïdjan, pour une visite de travail de deux jours, en qualité d'Envoyé spécial du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, indique un communiqué du ministère.
  • 08-08-2022
    -Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali, a transmis les félicitations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au nouveau président colombien, Gustavo Petro, à l’occasion de son investiture, a indiqué lundi un communiqué de l’institution. Représentant, dimanche à Bogota, le Président de la République à la cérémonie d'investiture du nouveau président colombien, M. Boughali a transmis les salutations du Président Tebboune au président élu, lui souhaitant "la réussite dans ses missions pour conduire le pays vers davantage de progrès, de développement et de paix". De son côté, le président colombien a adressé ses "salutations à Abdelmadjid Tebboune et au grand peuple algérien", a ajouté la même source. La cérémonie d'investiture s’est tenue à la Place Bolivar (Bogota) en présence de nombre de présidents et de leurs représentants......................................... ;;;;;;; -L'Algérie a exprimé lundi sa satisfaction suite à la signature d’un accord de paix par les autorités tchadiennes et des groupes et mouvements armés, devant ouvrir la voie à un dialogue national inclusif à N’Djamena. Dans une déclaration, le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger a indiqué que l’Algérie a suivi "avec une grande satisfaction la signature aujourd’hui (lundi) à Doha par les autorités tchadiennes et de nombreux groupes et mouvements armés d’un accord de paix devant ouvrir la voie à un dialogue national inclusif à N’Djamena pour une paix durable en République du Tchad".
  • 07-08-2022
    -Trente-et-une personnes, dont six enfants, sont tombées en martyrs depuis le début vendredi des agressions sionistes contre la bande de Ghaza, a indiqué ce dimanche le ministère palestinien de la Santé. En outre, 265 personnes ont été blessées dans une série de frappes aériennes de l'armée d'occupation sioniste menées depuis vendredi contre l'enclave palestinienne, sous blocus depuis 2007. Ces agressions ont déjà privé Ghaza de son unique centrale électrique. Elle "a cessé (de fonctionner) en raison d'une pénurie" de carburant, a indiqué samedi la compagnie d'électricité.
  • 04-08-2022
    -Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Yacine Hamadi, a été reçu mercredi à Tunis par le président tunisien, Kaïes Saïd, indique un communiqué du ministère L'audience s'est déroulée en marge de la visite de travail qu'effectue Hamadi à Tunis, à l'occasion de la tenue, les 2 et 3 août, de la 5e commission sectorielle mixte algéro-tunisienne.
  • 02-08-2022
    -Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a eu mardi un entretien téléphonique avec le président du Conseil des ministres italien sortant, M. Mario Draghi, au cours duquel les deux parties ont salué le niveau d'excellence que connaissent les relations bilatérales entre les deux pays amis, indique un communiqué de la Présidence de la République. "Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a eu, ce jour, un entretien téléphonique avec M. Mario Draghi, président du Conseil des ministres italien sortant, au cours duquel les deux parties ont salué le niveau d'excellence que connaissent les relations bilatérales entre les deux pays amis, marquées d'un haut niveau de confiance et une cohésion politique et économique, en consolidation d'un processus de coopération enracinée et solide dans divers domaines", lit-on dans le communiqué.................................................................... -Les États-Unis, à la suite d’une opération antiterroriste en Afghanistan, ont éliminé l’un des dirigeants d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. C’est ce qu’a rapporté l’agence américaine Associated Press. Ayman al-Zawahiri avait pris la tête de l’organisation terroriste après la mort d’Oussama Ben Laden en 2011. Il a été annoncé lundi par un haut fonctionnaire de l’administration américaine que les États-Unis avaient mené une opération importante contre Al-Qaïda en Afghanistan. Selon la source, il n’y avait pas de victimes chez la population civile. Al-Qaïda a été reconnue comme une organisation terroriste par la Cour suprême de la Fédération de Russie le 14 février 2003. Ses activités sont interdites en Russie............................................................... --La Chine a annoncé ce mardi que l’armée allait lancer des « actions militaires ciblées » en réponse à la visite à Taïwan de la présidente américaine de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui ravive les tensions sino-américaines. L’opération de l’armée vise à « défendre résolument la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale et à fermement contrecarrer les ingérences extérieures et les tentatives séparatistes d’+indépendance de Taïwan+ », a déclaré Wu Qian, un porte-parole du ministère chinois de la Défense. La cheffe des députés américains a atterri mardi à Taïwan, malgré les avertissements de la Chine qui a aussitôt dénoncé l’attitude « extrêmement dangereuse » des Etats-Unis, en pleines tensions entre les deux géants. Pékin considère Taïwan comme l’une de ses provinces. Des images diffusées en direct de la télévision ont montré Mme Pelosi, 82 ans, accueillie à son arrivée par Joseph Wu, le ministre taïwanais des Affaires étrangères. La visite à Taïwan de Nancy Pelosi, objet de nombreuses spéculations et jamais confirmée officiellement avant son arrivée, a soulevé de nombreuses critiques de part le monde et aux Etats-Unis, notamment chez les conservateurs. Elle a aussi suscité l’embarras de la Maison Blanche. Dans une tribune publiée en parallèle dans le Washington Post mardi, Mme Pelosi assure que sa visite à Taïwan a pour objectif d' »être aux côtés de Taïwan (…) où la démocratie est menacée ». La présidente démocrate de la Chambre américaine des représentants a affirmé que sa visite à Taïwan démontrait le « soutien inconditionnel » des Etats-Unis à la démocratie sur l’île, dans un communiqué diffusé peu après son atterrissage. « La visite de notre délégation parlementaire à Taïwan démontre le soutien inconditionnel de l’Amérique à la dynamique démocratie de Taïwan », a-t-elle déclaré dans ce communiqué en ajoutant que cette visite ne « contredisait d’aucune façon » la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine. Elle est arrivée à l’aéroport de Songshan à bord d’un avion militaire américain. En se rendant à Taïwan, la présidente de la Chambre des représentants est la plus haute responsable américaine à visiter l’île depuis son prédécesseur Newt Gingrich en 1997. « Notre visite est l’une parmi d’autres visites à Taïwan de délégations parlementaires (américaines) et elle ne contredit d’aucune façon la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine (…) », a encore assuré Mme Pelosi dans son communiqué. « Les Etats-Unis continuent de s’opposer à tout effort visant à changer le statu quo » sur l’île, a-t-elle ajouté. De son côté, le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, a assuré que cette visite ne soulevait « aucune question de violation de souveraineté » et qu’il n’y avait « aucune raison qu’elle serve de prétexte pour provoquer une crise ou un conflit ». « Nous allons nous assurer qu’elle va avoir une visite en toute sécurité », a-t-il ajouté sur CNN.