Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Journe du Lundi 31/08/2021

<< août 2021 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3



-Les ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye et les représentants des organisations panafricaine et arabe ont visité mardi la Grande mosquée d'Alger, accompagnés du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger Ramtane Lamamra. La délégation comprend les chefs de la diplomatie soudanaise, Mariam Sadek al-Mahdi, tunisienne, Othman Jerandi, Tchadienne Chérif Mahamat Zene, égyptienne Sameh Choukri, et congolaise Jean-Claude Gakosso, ainsi que et le SG de la Ligue Arabe, Ahmed Aboul Gheit, le Commissaire de l'Union africaine aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité, Bankole Adeoye………………………………………………………………………………….. - La mise en place d'un cadre juridique en prévision des élections générales de décembre prochain, l'éviction des groupes armés étrangers hors du territoire libyen et l'unification de l'institution militaire sont les trois priorités sur lesquelles se sont accordés, lundi, les participants à la réunion des pays du voisinage libyen organisée à Alger. Lors de son allocution d'ouverture des travaux de la réunion, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra a appelé à multiplier les efforts visant à la mise en place d'institutions libyennes, estimant nécessaire le départ des mercenaires et des combattants étrangers du territoire libyen. Il a attiré l'attention sur le risque qui pèse sur toute la région, évoquant des plans par lesquels certaines puissances étrangères cherchent à accroître leur influence en Libye et à faire de ce pays une plate-forme pour redessiner les équilibres internationaux au détriment des intérêts stratégiques de la Libye et de ses voisins. L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Jan Kubis qui a mis en avant l'importance du départ des mercenaires et des groupes armés étrangers invitant les pays du voisinage à s'impliquer dans les efforts déployés en vue d'atteindre cet objectif........................................................................... --L'Algérie veut être partie prenante du processus visant à assurer le retrait des mercenaires et des forces étrangères de Libye, a déclaré mardi, le ministre des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra précisant que l'Algérie souhaitait être associée aux travaux du comité militaire mixte libyen 5+5 chargé de cette question. "Nous entendons être partie prenante en tant que pays voisin de ce processus (de retrait des mercenaires). Normalement c'est le comité militaire 5+5 qui a la charge de déterminer les modalités de ce retrait, mais nous avons marqué de l'intérêt en tant que pays voisin pour être associé, d'une manière ou d'une autre, aux travaux de ce comité 5+5 comme d'ailleurs au forum politique", a déclaré Ramtane Lamamra lors d'une conférence de presse co-animée avec son homologue libyenne, Najla Al Manqoush, au terme de la réunion des pays voisins de la Libye. "Nous ne cherchons pas à faire de l'intrusion dans les institutions qui se réunissent aujourd'hui pour mettre en œuvre les conclusions de Berlin (conférences de Berlin 1 et 2 consacrées à la question libyenne), mais nous cherchons à être sûrs que notre point de vue soit entendu et que nos propositions, que nous considérons comme justes, réalistes et rationnelles, soient dument prises en considération", a-t-il dit en réponse à une question de l'APS. Le chef de la diplomatie algérienne a tenu à préciser que "la question du retrait des mercenaires, des terroristes et des forces irrégulières est une question fondamentale qui conditionne le succès des élections" présidentielles et législatives prévues en décembre prochain en Libye. "Le retrait des troupes ne relève pas de la responsabilité du gouvernement libyen mais de la responsabilité de la communauté internationale. Ceci doit être particulièrement clair", a-t-il assuré. "La Libye est la première victime de ces éléments irréguliers et le risque est réel que d'autres pays voisins soient également victimes si le retrait (des mercenaires) ne s'effectue pas d'une manière transparente, organisée et sous le contrôle et la responsabilité de la communauté internationale", a-t-il ajouté. D'un autre côté, Ramtane Lamamra a exprimé la disponibilité de l'Algérie à "mettre son expertise à la disposition de nos frères libyens lors de la tenue des prochaines élections". "Il est attendu que la Libye accepte et accueille des observateurs pour les élections". L'Algérie sera intéressée par une présence (à l'opération électorale) à travers l'envoi d'un groupe d'observateurs, a-t-il dit……………………………………………………………… -Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, mardi au Centre international des conférences (CIC) à Alger, les délégations participant à la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye. Le Président Tebboune a reçu les ministres des Affaires étrangères de la Libye, de la Tunisie, de l'Egypte, du Soudan, du Niger, du Tchad et de la République du Congo, en plus de l'Envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye, Jan Kubis, du SG de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, et du Commissaire de l'Union africaine aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité, Bankole Adeoye. L'audience s'est déroulée en présence du Directeur de Cabinet à la Présidence de la République, Noureddine Bardad Daidj et du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra. Lors de cette audience, le Président Tebboune a affirmé que "les pays voisins de la Libye sont les plus soucieux de la stabilité dans ce pays, car l'instabilité les impacterait de manière directe". "Nous voulons que la Libye retrouve la place qui lui sied parmi les pays maghrébins, africains et arabes", a-t-il ajouté. "De par sa position géographique et au vu de tous les moyens humains et économiques qu'elle recèle, la Libye peut s'ériger en pays influent dans le bassin méditerranéen, mais aussi au Maghreb arabe", a soutenu le président de la République. Après avoir remercié les délégations ayant pris part à la réunion ministérielle abritée par l'Algérie, le Président Tebboune a souligné que "cet acquis est d'autant plus important que tous les pays voisins de la Libye se sont réunis pour la première".