Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Journe du Lundi 02/05/2023

<< mai 2023 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2



-Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu mardi à Alger, le président du Conseil de la Choura (assemblée consultative) du Royaume d'Arabie saoudite, Dr Abdullah bin Mohamed bin Ibrahim Al-Sheikh. L'audience s'est déroulée au siège de la Présidence de la République, en présence du président du Conseil de la nation, Salah Goudjil et du directeur de cabinet à la Présidence de la République, Mohamed Ennadir Larbaoui. ................................................................ -L’armée soudanaise et les Forces de soutien rapide (FSR) ont donné leur accord de principe pour instaurer un cessez-le-feu au Soudan pour une semaine à partir de jeudi, a indiqué ce mardi le ministère des Affaires étrangères du Soudan du Sud. "Le commandant de l'armée, Abdel Fattah al-Burhan et le chef des FSR, Mohamed Hamdan Dagalo, dit Hemeti, ont donné leur accord de principe pour un cessez-le-feu de sept jours qui doit entrer en vigueur à partir du 4 mai", a déclaré le ministère. Le cessez-le-feu devra expirer le 11 mai. Les chefs des deux camps ont accepté de désigner leurs représentants qui participeront aux pourparlers de paix. Les négociations se dérouleront dans le lieu choisi par les deux parties...................................................... -L'Algérie a décidé, dimanche dernier, de se retirer de la présidence du Groupe consultatif de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent de l'Union interparlementaire (UIP), annonce une déclaration de l'Assemblée populaire nationale (APN).Selon la même source, cette décision de retrait « est due à l'adhésion d'un représentant de l'entité sioniste à ce comité, ce qui est contraire aux principes de l'Algérie ».« Au cours des travaux de la 146e Assemblée générale de l'Union interparlementaire (UIP) et des réunions qui l'accompagnent, tenues à Manama, la capitale de Bahreïn, durant la période allant du 11 au 15 mars 2023, et dont les travaux comprenaient également l'élection de l'Algérie, représentée par Monder Bouden, vice-président de l'Assemblée populaire nationale, au poste de président du Groupe consultatif de haut niveau pour la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent de l'Union (High-Level Advisory Group, HLAG), le 13 mars 2023, grâce au soutien de la candidature de l'Algérie par des pays frères et amis, en raison de son expertise et de son expérience dans ce domaine », lit-on dans le communiqué. Cependant, précise le communiqué de l'APN, « le 15 mars 2023, de nouveaux membres dudit organe ont été agréés par l'Assemblée générale, représentant l'Arabie Saoudite, le Sultanat d'Oman, le Mexique, l'Iran, l'Inde, la Suède et l'entité sioniste ».Ainsi et « compte tenu de cette évolution », et « après une large concertation et conformément aux positions fermes de l'Algérie sur les causes justes dans le monde, au premier rang desquelles la cause palestinienne », l'Assemblée populaire nationale, représentée par son vice-président Monder Bouden (député RND pour la wilaya de Mila), a décidé de se retirer de la présidence du HLAG et de se contenter d'en être uniquement membre. Le communiqué de l'APN précise, « pour plus de précisions», que la présidence du Groupe consultatif de haut niveau pour la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent revient par conséquent à Mme Agnes Vadai représentante de la Hongrie................................................................................. -L’élargissement du groupe des Brics a été inscrit à l’ordre du jour du prochain Sommet de cette coalition des économies émergentes, prévu les 2 et 3 juin prochains en Afrique du Sud. L’ambassadeur de l’Afrique du Sud au sein du groupe BRICS, Anil Sooklal a annoncé que treize pays ont officiellement déposé des demandes d’adhésion à ce bloc regroupant cinq pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) : « Treize pays ont présenté des demandes officielles d’adhésion au groupe des Brics, et six autres l’ont fait de manière informelle. Nous recevons des demandes d’adhésion tous les jours », a-t-il déclaré dans un entretien accordé, lundi 24 avril, à « Bloomberg ». M. Sooklal a également précisé que l’élargissement de la coalition des économies émergentes sera au cœur des débats lors du Sommet des Brics prévu les 2 et 3 juin 2023 au Cap (Afrique du Sud). « Ce qui sera discuté, c’est l’expansion des Brics et les modalités de cette expansion », a-t-il précisé, indiquant que d’autres « dossiers brûlants » seront évoqués, dont celui du Soudan où un conflit sanglant a éclaté le 15 avril entre l’armée du général Abdel Fattah al-Burhane, dirigeant de facto du pays depuis le putsch de 2021, et les Forces paramilitaires de soutien rapide (FSR) dirigées par son adjoint devenu rival, le général Mohamed Hamdane Daglo. En février dernier, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au sein du groupe Brics avait indiqué que l’Iran et l’Arabie saoudite figurent parmi les pays qui ont officiellement déposé des demandes d’adhésion. Il a également révélé que d’autres ont exprimé leur intérêt pour une adhésion au groupe des Brics, dont l’Argentine, les Emirats arabes unis, l’Algérie, l’Egypte, le Bahreïn et l’Indonésie, ainsi que deux pays d’Afrique de l’Est et un pays d’Afrique de l’Ouest, qu’il n’a pas nommés. Depuis sa création en tant que BRIC en 2006, le groupe n’a admis qu’un seul nouveau membre, en l’occurrence l’Afrique du Sud, en 2010. Le ministère chinois des Affaires étrangères avait annoncé, début mai 2022, le début d’un processus d’élargissement du groupe des Brics. Dans ce cadre, des dirigeants de plusieurs pays en développement, dont l’Arabie saoudite, l’Egypte, l’Indonésie, l’Argentine, le Nigeria, l’Algérie et la Thaïlande, avaient participé, le 23 mai, à une conférence virtuelle baptisée « Brics Plus », et présentée par Pékin comme « une nouvelle phase du processus de l’élargissement des Brics ». Aujourd’hui, le groupe des Brics représente 42 % de la population de la planète (3,2 milliards de personnes) et environ 25 % du produit intérieur brut (PIB) mondial. Ses membres ne disposent cependant que de 15 % des droits de vote à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI). Un éventuel élargissement du bloc des économies émergentes pourrait accroître son influence et son poids dans les organes de gouvernance mondiale.