Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Relations internationales (et Activités diplomatiques)

Journe du Mardi 01/03/2023

<< février 2023 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 1 2 3



-Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire, Brahim Merad, a été reçu, ce mercredi à Tunis, par le président tunisien, Kaïs Saïed, dans le cadre de sa participation aux travaux de la 40e session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur (CMAI). B. Merad participe aux travaux de cette session aux côtés des ministres arabes de l'Intérieur, de délégations sécuritaires de haut niveau, ainsi que de représentants de la Ligue arabe et d'instances arabes et internationales. Des questions liées au renforcement de la coopération sécuritaire commune et le bilan d'activité du conseil et de ses différentes structures sont à l'ordre du jour de cette 40e session du CMAI.................................................................................................................... --Dans une lettre adressée ce mercredi 1er mars à Pedro Comissario Afonso, président en exercice du Conseil de sécurité et ambassadeur du Mozambique auprès de l’ONU, le gouvernement malien a annoncé sa décision de retirer le statut de la France en tant que porte-plume des résolutions concernant le Mali au Conseil de sécurité de l’organisation onusienne. « En attendant la réunion spéciale du Conseil de sécurité sollicitée par le Mali, le gouvernement de la république du Mali […] récuse officiellement le statut de porte-plume de la France sur toutes questions examinées par le Conseil de sécurité concernant le Mali », a indiqué le gouvernement malien. La France a porté la plume sur tous les sujets concernant le Mali au Conseil de sécurité depuis décembre 2012, lorsque la situation dans ce pays était inscrite à l’agenda du Conseil. En août 2022, Bamako avait porté plainte auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU contre la France pour actes d’agression, de subversion, de déstabilisation et de violation de l’espace aérien malien par des aéronefs des forces armées françaises. Début 2022, les autorités maliennes ont alerté à deux reprises la communauté internationale sur les actes hostiles de la France.« Ces faits, pour le moins, interrogent sur l’objectivité et l’impartialité de la République française », note le gouvernement malien.