Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Energie (et Mines)

Journe du Vendredi 03/07/2021

<< juillet 2021 >>
sam dim lun mar mer jeu ven
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6



-Les vingt-trois pays de l’Opep+, le cartel emmené par l’Arabie saoudite et la Russie, n’ont de nouveau pas réussi à trouver un consensus sur leurs quotas de production de brut à compter du mois d’août, après une première impasse des négociations la veille. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés ont donc reporté à lundi, 5 juillet, leurs discussions entamées jeudi qui, au départ, devaient être bouclées en un jour, a annoncé l’organisation dans une déclaration transmise à l’AFP. Cette fois, ce n’est pas la traditionnelle rivalité entre Moscou et Ryad qui a fait capoter les négociations: les Emirats arabes unis seraient les responsables de l’échec du sommet, selon les commentaires des observateurs de marché. Abou Dhabi aurait renouvelé sa demande de la veille, à savoir la révision à la hausse de son volume de production de référence, qui sert de base au calcul de son quota. Ce seuil arrêté à la date d’octobre 2018 est jugé obsolète par les Emirats qui revendiquent « une capacité (de production) désormais plus élevée », explique Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank. Actuellement à 3,17 millions de barils par jour, le ministre émirati aurait insisté pour qu’il soit « relevé à 3,8 millions de barils par jour », précise Ole Hansen, analyste de Saxobank. Mais l’alliance n’a visiblement pas voulu ouvrir la boîte de Pandore. En cas d’aval, « les autres membres pourraient protester », avait prévenu plus tôt dans la journée Louise Dickson, de Rystad.