Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bilan Gn 2016

Date de création: 05-10-2017 11:43
Dernière mise à jour: 05-10-2017 11:43
Lu: 12 fois


SOCIETE- CRIMINALITE- BILAN GN 2016 La criminalité en Algérie serait-elle en régression ? La lecture du bilan d’activité pour l’année 2016 des différentes brigades de lutte contre ce fléau, au sein de la Gendarmerie nationale, démontre certes des indicateurs en baisse, mais qui restent plus ou moins relatifs. D’après le colonel Laldji Mounir début mars 2017) directeur de la sécurité publique et de l’emploi à la Gendarmerie nationale, cette baisse est due à la réadaptation des dispositifs de sécurité selon les besoins et les spécificités de chaque zone couverte et chaque type de crime. De manière globale, les unités de ce corps de sécurité ont traité 114 738 affaires, dont 3976 crimes, 92 303 délits, 9654 contraventions et exécuté 8805 mandats de justice, quelque 115 487 personnes sont impliquées, dont 14 056 ont été écrouées. «Dans le cadre de notre stratégie de sécurisation des biens et des personnes, nous avons effectué 5768 opérations coup-de-poing, où il a été procédé à l’examen de la situation de 2 409 090 personnes, à l’identification de 1 095 869 véhicules, conduisant à l’arrestation de 15 586 personnes, dont 9209 recherchées par la justice, et la saisie de 182 véhicules. Sétif, Alger et Tébessa sont en tête des wilayas ayant enregistré le plus grand nombre d’affaires traitées», détaille-t-il. Selon ce bilan, présenté jeudi, le nombre des atteintes aux personnes est, malgré une légère baisse, resté stable. Elles représentent un taux de 47,91% de la criminalité de droit commun avec 19 486 affaires. «Les homicides volontaires, 429 affaires, représentent 2,20% des atteintes aux personnes. Les coups et blessures volontaires (CBV) représentent 67,06% des affaires traitées avec 13 068 dossiers. Je tiens à rassurer que le kidnapping des mineurs est loin de représenter un véritable fléau. Durant l’année 2016, nos unités ont enregistré 23 affaires (0,02% des affaires de droit commun), dont 93% des affaires ont été résolues», ajoute le conférencier avant de détailler par la langue des chiffres les différentes atteintes contre la famille et les bonnes mœurs qui ont également connu une baisse de plus de 10%. Les attentats à la pudeur et les viols restent les délits les plus courants. Les wilayas les plus concernées sont Annaba, Oran et Batna. «Grâce à une multiplication des efforts et une action proactive ciblée, nous avons réussi à augmenter de 7% le nombre des affaires traitées dans le domaine de la criminalité organisée. En matière de contrebande, nous avons recensé 5249 affaires traitées (+17,14%) et l’arrestation de 1875 personnes (+23,03%). La contrebande de carburant détient le monopole des affaires avec 2832 affaires traitées, 203 personnes arrêtées et 1 370 575 litres saisis. L’immigration clandestine a également enregistré une hausse de 5,39% en matière d’action proactive menant à l’arrestation de 6499 personnes impliquées dans 2171 affaires. Pour l’émigration irrégulière, nous avons recensé, durant cette période, 169 affaires impliquant 1005 personnes arrêtées, dont plus de 80% ont tenté d’émigrer par voie maritime», ajoute le colonel qui explique que ce nombre a connu une hausse de près de 200%. Dans le trafic des drogues, la Gendarmerie nationale a enregistré 4127 affaires avec des saisies conséquentes de 79,616 tonnes de kif traité, 517 056 comprimés de psychotropes et 43,165 kg de cocaïne. Cela a mené à l’arrestation de 6284 personnes, dont plus de la moitié sont âgées de moins de 30 ans. Les éléments de la Gendarmerie nationale ont aussi saisi, durant les deux premiers mois de l’année en cours, 8 kg de kif traités. S’agissant des affaires liées à la cybercriminalité, le nombre est passé de 300 affaires en 2015 à 538 affaires en 2016. A propos de la secte Al Ahmadiya, le colonel Laldji Mounir fait savoir que 64 personnes ont été arrêtées. La plus importante arrestation a été effectuée, en juin dernier, dans la wilaya de Blida. Concernant l’identification des lieux d’activité de cette secte, notamment sur les réseaux sociaux, il avoue que l’utilisation des VPN rend cette mission difficile.