Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bilan Dgsn 2016

Date de création: 02-02-2017 16:36
Dernière mise à jour: 02-02-2017 16:36
Lu: 91 fois


SOCIETE- CRIMINALITE- BILAN DGSN 2016

Les services de la police judiciaire de la Sûreté nationale ont réussi, durant l’exercice 2016, à résoudre un taux d'efficacité de 99,56% des affaires criminelles enregistrées par la Sûreté nationale. Ce sont, en réalité, 228 affaires criminelles solutionnées à travers l’ensemble du territoire national sur les 229 constatées, soit une seule et unique affaire qui est en cours d’enquête.
La performance de la police nationale est tout simplement le résultat de la stratégie de modernisation qu’a enregistrée la Direction  générale de la Sûreté nationale (DGSN), le renforcement du travail du renseignement, les moyens techniques et scientifiques mis à la disposition de ses effectifs, ainsi que la formation de haut niveau dispensée aux policiers stagiaires. Les enquêtes et autres opérations policières menées d’une main de maître par les brigades de la police judiciaire et scientifique se sont soldées par l’interpellation de pas moins de 490 personnes dont l’âge varie entre 19 et 36 ans, parmi lesquelles 37 femmes, indique la cellule de communication de la DGSN. Présentés devant le procureur de la République près le tribunal de compétence, 378 des présumés auteurs et complices ont été mis en détention provisoire, avant leur présentation devant le juge de compétence.
Durant la période de référence, les services de la police judiciaire ont constaté le décès de 228 personnes suite à des crimes, certains crapuleux tels que des parricides infanticides, ajoute la même source.
En détails, pour ce qui est des meurtres avec préméditation, la police criminelle a traité 127 affaires soldées par l'arrestation de 295 personnes, dont 127 présumés et 168 complices.    
Aussi, ce sont plus de 42% des crimes commis en 2016 qui sont dus à des disputes et à des provocations. La majorité des crimes (225) ont été commis par arme blanche, suivis de 4 crimes commis par des armes à feu, à savoir des fusils de chasse. Ces affaires ont entraîné l’arrestation de 490 personnes impliquées âgées de 19 ans à 36 ans, ce qui renseigne sur l’implication des jeunes dans les assassinats.
Le rapport a signalé également que parmi les suspects interpellés, figurent 228 auteurs principaux présumés, dont neuf femmes, alors que 262 autres ont été arrêtés pour complicité, parmi eux 18 femmes.
Concernant le second type de criminalité contre les personnes, à savoir les cas des coups et blessures volontaires (CBV) ayant entraîné la mort, «101 affaires ont été traitées qui ont donné lieu à l'arrestation de 195 personnes, dont 101 présumés et 94 complices tous présentés devant les juridictions territorialement compétentes», indique la même source.           
Selon les statistiques de la police, quatre meurtres ont été commis par arme à feu, alors que le reste avec arme blanche (couteaux, épées et objets contondants).
Ces mêmes chiffres issus d’une étude établie par le service des statistiques de la DGSN ont démontré que les rixes, les disputes et les provocations sont les causes principales à l'origine de ces crimes, avec un taux de 24,98%, suivies des affaires de vol avec 14,47%, des disputes familiales avec 12,73%, des  affaires de famille avec 7,90%, des abus d'alcool et de stupéfiants avec 7,89%, des différends pour cause d'argent avec 6,14%, des affaires de vengeance avec  5,70%, puis des affaires liées à des troubles mentaux, avec 3,07%.
D’autres individus ont été impliqués dans des meurtres de leur épouse ou père.
À cet effet, la DGSN appelle les citoyens à «manifester davantage de collaboration avec les services de la police pour pouvoir lutter contre le crime et œuvrer à le contenir à travers une participation effective à l'action de sensibilisation de proximité».
La DGSN souligne, enfin, l'importance de «dénoncer les crimes afin de faciliter l'arrestation de leurs auteurs, et ce à travers le numéro vert 1548, celui des secours 17».
Par ailleurs, la division de la police judiciaire du Centre a traité 58.607 affaires criminelles sur un total de 88.605 affaires enregistrées en 2016, une hausse de 3,50%, en comparaison avec le bilan de 2015. Le plus grand nombre de cas ont été enregistrés au niveau de la capitale, avec 10.684 affaires. La wilaya de Chlef vient en second lieu, avec 3.444 affaires, suivie de la wilaya de Blida, avec 2.692, et la wilaya de M'sila, avec 2.103 dossiers.