Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Saison estivale 2016- Noyades - Bilan Protection civile

Date de création: 26-10-2016 12:40
Dernière mise à jour: 26-10-2016 12:40
Lu: 81 fois


TOURISME – SAISON- SAISON ESTIVALE 2016- NOYADES- BILAN PROTECTION CIVILE

La saison estivale s’est terminée depuis plus de 20 jours et l’heure est désormais au bilan. Et le moins que l’on puisse dire à propos des noyades c’est que l’été 2016 fut aussi dramatique que les précédentes années.
En tout cas, pire qu’en 2015 si on se fie aux statistiques effroyables liées aux noyades déplorées par les services de la protection civile. Ils sont 230 morts recensés dont 124 sur les plages, a révélé en effet à El Moudjahid le lieutenant Bernaoui de la cellule de communication de la direction générale de la PC.
Ce dernier, joint par téléphone, a souligné que le nombre des décès dans les plages a augmenté de quatre pour atteindre donc le chiffre de 124 morts parmi lesquels, faut-il le souligner, plus de 70% ont perdu la vie en s’aventurant dans les plages non surveillées, 86 décès pour être précis. A noter également que sur les 38 victimes constatées dans les plages autorisées à la baignade, 17 d’entre elles ont péri en dehors des horaires de surveillance, fixés, pour rappel, de 9h à 19h. « Pour les 21 autres victimes, à noter que 80% sont des adolescents qui se sont noyés durant des journées où la baignade était tout simplement interdite à cause d’une mer très agitée, c'est-à-dire fanion rouge, ce qui met en évidence le facteur de l’imprudence comme cause principale d’une grande partie des noyades », nous a indiqué le lieutenant Bernaoui qui confie que la majorité de ces noyés sont issus des wilayas de l’intérieur du pays, chose qui explique « l’ignorance » par les citoyens de ces régions des « règles » de baignade et des consignes de sécurité à respecter.
Par wilayas, la triste palme des victimes revient à Mostaganem avec 17 décès, tous malheureusement enregistrés dans des plages non surveillées, ce qui nous interpelle encore une fois sur le civisme de certains estivants qui se soucient peu des risques qu’ils encourent en fréquentant ces lieux. « La deuxième place est occupée par Boumerdès et Bejaia avec 14 noyades, dont plus de la moitié observée dans des plages non surveillées, suivies de Jijel avec 13 victimes, dont 8 dans des plages interdites à la baignade », a-t-il détaillé en révélant la performance de Tizi-Ouzou qui n’a enregistré un « seul » décès même si une victime reste toujours de trop. En termes d’intervention, la protection civile, avance un nombre qui dépasse les 70.000 interventions effectuées sur les plages par les éléments de la protection civile, soit une hausse de 30% par rapport à l’été 2015, ce qui a permis de sauver d’une noyade certaine plus de 47.643 personnes (+35%). Le nombre des personnes soignées au niveau des postes de surveillances des plages s’élève à 17.575 quand le nombre des baigneurs évacués vers les différents centres de santé est estimé à 4.300 cas.                                                                                                                     
Cette hausse des chiffres trouve en vérité son explication au nombre des estivants ayant fréquentés les plages d’Algérie cet été. L’affluence a connu en effet un bond important pour s’établir à 112 millions de personnes.

112 millions d’estivants sur les plages d’Algérie

Par wilayas, c’est la capitale de l’ouest du pays, Oran, qui occupe le haut du tableau avec plus de 18 millions d’estivants. Ain-Temouchent (12 millions) et Jijel (11 millions) complètent le podium.
Outre les noyades, nos plages sont devenues ces dernières années le théâtre d’une autre forme de drames, en l’occurrence les accidents provoqués par les engins nautiques dont les célèbres jet-ski. « Cette année, nous avons déploré un décès à Tipasa et une trentaines de blessés dans différentes wilayas du pays », a regretté le lieutenant Bernaoui.                        
 Il est utile de rappeler que la direction générale de la Protection civile a mis en place en prévision de la saison estivale de 2016 un « important » dispositif de sécurité au niveau des plages surveillées pour « assurer » la surveillance des baignades et la protection des estivants. Un dispositif préventif et opérationnel qui, couvrant les 383 plages autorisées à la baignade, comprend un potentiel humain de 16.569 maîtres nageurs. Ces dispositifs sont dotés d’équipements et matériels de sauvetage en mer « nécessaires » pour accomplir leurs missions, dont 155 embarcations pneumatiques. Concernant par ailleurs les noyades constatées dans les réserves d’eau, les statistiques ne sont pas moins alarmantes dans la mesure où le bilan fait état de 106 morts. 34 victimes ont été enregistrées dans les mares d’eau, 25 personnes ont trouvé la mort dans les barrages et 24 autres ont péri dans les retenues collinaires. On compte également la noyade de 14 personnes dans les bassins et piscines, 6 dans les oueds et 3 se sont noyées dans les lacs. « Les wilayas les plus touchées par ce phénomène sont Ain-Defla (10 décès), talonnée de près par Tiaret et Chlef, avec chacun 8 victimes ».